Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


BT investit massivement dans l’Internet très haut débit

Publié le 6 Mai 2016, 12:29pm

Catégories : #ECONOMIE

BT investit massivement dans l’Internet très haut débit

Au Royaume-Uni, BT a frappé un grand coup. L’opérateur télécoms a annoncé qu’il allait investir 6 milliards de livres sterling (7,6 milliards d’euros) sur les trois prochaines années dans l’accès à l’Internet très haut débit, afin de couvrir entre 10 et 12 millions de foyers. D’ici à 2020, l’ex-monopole public espère amener la fibre et la 4G à « plus de 95 % de la population ».

L’annonce intervient à un moment critique pour l’opérateur, dont l’activité est menacée par un renforcement de la régulation. L’Ofcom, le régulateur des télécommunications britannique, a failli l’obliger à rendre indépendante son infrastructure de téléphonie fixe, aujourd’hui logée dans Openreach, une entité à part qui fournit des services à tout le marché. Soucieux de conserver son infrastructure, BT a d’ailleurs conditionné son investissement dans la fibre à une stabilité réglementaire.

BT, dont le réseau fait déjà l’objet de critiques émises par ses concurrents, n’a pas encore convaincu le secteur, notamment sur la qualité de ses raccordements. Dans certains cas, il utilisera réellement de la fibre jusqu’au pied de l’immeuble, et terminera la liaison jusqu’à l’appartement avec du cuivre traditionnel. Cependant, l’opérateur certifie que 2 millions de foyers – sur 12 millions – seront raccordés à la fibre de bout en bout.

Colère de Sky

Grand rival de BT, depuis que ce dernier a investi dans les droits sportifs en rachetant une partie de la Premier League, Sky, l’opérateur de télévision payante, qui propose aussi des abonnements Internet, ne s’est pas privé de fustiger l’ex-British Telecom. « BT continue de voir le cuivre comme la base de son réseau au XXIe siècle », a raillé le directeur financier de Sky, Andrew Griffith, dans un communiqué.

En France, une polémique identique existe entre SFR, dont l’infrastructure très haut débit repose essentiellement sur de la fibre, du câble et du cuivre, et Orange, qui a opté pour du 100 % fibre.

 LIRE AUSSI :   Numericable-SFR accusé de vendre de la fibre qui n’en est pas

Si les concurrents critiquent BT, c’est aussi parce que le groupe s’est sensiblement renforcé en rachetant l’opérateur mobile EE à Orange et Deutsche Telekom pour 12,5 milliards de livres (16,5 milliards d’euros). De fait, les premiers résultats sont réjouissants. Au premier trimestre, l’Ebitda (équivalent du résultat brut d’exploitation) de BT a fait un bond de 14 % sur un an à 2,08 milliards delivres, au-dessus des prévisions des analystes. De même, pour le chiffre d’affaires qui a cru de 22 % à 5,66 milliards de livres.

BT se porte d’autant mieux que le projet de rapprochement de ses concurrents, O2 et Three, propriété du hongkongais Hutchison Whampoa, prend l’eau. La commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, voit d’un mauvais œil cette opération, qui créerait le premier opérateur mobile du pays mais qui ferait, de facto, passer le marché de quatre à trois acteurs. Telefonica, le propriétaire d’O2, a fait savoir il y a une semaine qu’il y sondait le marché afin detrouver un autre repreneur potentiel. Le géant espagnol, qui espérait tirer de cette cession 14 milliards d’euros, n’exclut pas une mise en Bourse ou une cession partielle. A moins qu’il n’opte pour le statu quo.

source

Commenter cet article

Archives