Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Bruno Bézard quitte la direction du Trésor pour un fonds d’investissement franco-chinois

Publié le 25 Mai 2016, 10:11am

Catégories : #ECONOMIE

Bruno Bézard quitte la direction du Trésor pour un fonds d’investissement franco-chinois

Du service de l’Etat à celui des investisseurs et des entreprises. Le directeur général du Trésor, Bruno Bézard, 53 ans, a décidé de prendre un virage à 180 degrés en rejoignant le fonds d’investissement Cathay Capital. Après un parcours sans faute au sein de la haute fonction publique, il démissionne de l’un des postes les plus prestigieux de la République pour embrasser une carrière aux confins de la finance et de l’entrepreneuriat. Son successeur sera nommé « dans le cadre de la nouvelle procédure mise en place pour la sélection des directeurs d’administration centrale », a indiqué le ministère de l’économie et desfinances, dans un communiqué publié lundi 23 mai.

Cathay Capital est une société de gestion, qui héberge notamment des fonds franco-chinois de private equity, chargés d’investir dans des entreprises non cotées de taille intermédiaire. A sa tête, Ming-Po Cai, un entrepreneur chinois de 47 ans, installé depuis trois ans à New York. Parti de zéro il y a neuf ans, celui-ci gère aujourd’hui 1,3 milliard d’euros au travers de plusieurs fonds investis en Europe, en Asie et aux Etats-Unis.

Les deux hommes s’étaient rencontrés en 2011, à Pékin, autour d’une assiette de raviolis, alors que M. Bézard était ministre conseiller pour les affaires économiques enChine. Présentés par un ami commun, l’investisseur et le haut fonctionnaire se sont plu immédiatement, même si l’idée de travailler ensemble ne s’est concrétisée que très récemment. « Bruno est quelqu’un qui a beaucoup d’humilité et de simplicité, explique Ming-Po Cai. Tout en étant très engagé dans ce qu’il fait, il ne se prend pas au sérieux, mais il est capable d’inspirer rapidement la confiance. Ces qualités sont au cœur des valeurs de Cathay. »

 

« Les chocs culturels vous font rajeunir »

Cette expérience asiatique de deux ans, entre 2010 et 2012, a été déterminante dans le départ de M. Bézard, qui prendra effet le 20 juin. Pour lui, la Chine représente alors un choc culturel, qui ne demande qu’à se concrétiser au travers d’un futur projet professionnel. Celui-ci mettra plusieurs années à mûrir avec Cathay Capital, dont la particularité biculturelle séduit le haut fonctionnaire. La société, agréée par l’Autorité des marchés financiers et qui gère des fonds notamment abondés par Bpifrance, épaule en effet des entreprises françaises qui cherchent à se développer en Chine et, en sens inverse, soutient des sociétés chinoises dans leurs activités internationales. Cathay, qui dispose de bureaux à Paris, Shanghaï, Pékin, Munich, New York et San Francisco, a investi dans plusieurs dizaines d’entreprises, comme Moncler (prêt-à-porter), Mauboussin (joaillerie) ou Dessange (coiffure).

« C’est une décision lourde, mais c’était le moment pour moi, parce que j’ai beaucoup d’énergie que j’ai envie de déployer sur quelque chose de très opérationnel, avec deux passions : la Chine et l’entreprise », explique au Monde M. Bézard, qui devrait prendre la responsabilité d’un nouveau fonds au sein de Cathay. « J’avais envie d’apprendre autre chose, les chocs culturels vous font rajeunir. On m’a fait d’autres propositions, mais qui n’avaient pas cette double dimension opérationnelle et internationale. Je n’ai pas encore l’âge d’être une plante verte, même très coûteuse », plaisante-t-il. L’argent a-t-il été un moteur dans ce départ ? « Si j’avais été passionné par l’argent, j’aurais quitté la fonction publique depuis longtemps et j’ai refusé d’autres postes qui auraient été beaucoup plus rémunérateurs », répond-t-il.

Changement d’univers radical

Pour ce qui concerne d’éventuels conflits d’intérêts, la Commission de déontologie de la fonction publique a donné son feu vert il y a quelques jours. « Je n’aurais même pas envisagé une sortie qui aurait pu poser la moindre question du point de vue éthique »,assure M. Bézard.

Le changement d’univers est toutefois radical. Issu d’un milieu modeste, M. Bézard est un pur produit de la méritocratie républicaine. Boursier, le Picard d’origine intègre l’Ecole polytechnique, puis l’ENA, où il côtoie notamment Nicolas Dufourcq, aujourd’hui directeur général de Bpifrance, Alexandre de Juniac, le PDG en partance d’Air France-KLM, ou Denis Olivennes, l’actuel patron d’Europe 1. M. Bézard sort major de la promotion Michel de Montaigne (1988).

Jusque-là, son parcours avait été rectiligne, enchaînant les responsabilités au Trésor, entrecoupées de courtes périodes en cabinet ministériel, à l’économie en 2000 auprès de Christian Sautter, puis à Matignon sous Lionel Jospin en 2001. Même si son cœur penche à gauche, M. Bézard n’est pas un militant et revendiquera toujours sa liberté de pensée.

En 2002, après le retour de la droite au pouvoir, il réintègre le Trésor et rédige à la demande de Francis Mer, alors ministre de l’économie, une note de quatre pages qui jette les bases de ce qui deviendra bientôt l’Agence des participations de l’Etat (APE). Après avoir été directeur général adjoint de cette structure, il en prend la direction en 2007 pendant trois ans, jusqu’à son départ pour la Chine. En 2012, il revient à Paris pour devenir directeur général des finances publiques. Deux ans plus tard, il est nommé à la tête du Trésor en remplacement de Ramon Fernandez, parti chez Orange.

 Lire aussi :   A l’Elysée, des départs en série signent la fin d’une époque

Ce départ pour le secteur privé s’ajoute à celui de Laurence Boone, la conseillère spéciale de l’Elysée, chargée des sujets économiques, qui a rejoint en février l’assureur Axa comme économiste en chef. Jean-Jacques Barbéris, conseiller de François Hollande pour les affaires économiques et financières nationales et européennes, doit égalementpartir en juin pour Amundi, la filiale du Crédit agricole spécialisée dans la gestion d’actifs.


source

Commenter cet article

Archives