Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Bipolaires : « Le malheur n’est pas admis sur Facebook »

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Mai 2016, 07:51am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #FACEBOOK, #INTERNET

Bipolaires : « Le malheur n’est pas admis sur Facebook »

C’est ta cousine qui poste de longs textes poétiques. C’est ton amie de collège qui te spamme sur Snapchat avec ses nouveaux vêtements. C’est ce mec rencontré en soirée qui a posté un selfie bizarre sur Instagram, la gueule défaite d’avoir pris trop de cachets.

La bipolarité explose quelque fois sur notre fil d’actualité, plus ou moins distinctement. Souvent, seuls les gens les plus proches comprennent les signaux.

« Vous m’avez laissée pour morte »

Sinead O’Connor, elle, en a donné beaucoup et à plusieurs reprises. Après avoir disparu 24 heures dimanche 15 mai, la chanteuse a posté un long texte mercredi 18 mai sur sa page Facebook, adressé à sa famille :

 « Vous m’avez tous abandonnée à cause DE MES TENDANCES SUICIDAIRES. VOUS ETES UNE BANDE DE CONNARDS. VOUS M’AVEZ LAISSEE POUR MORTE. »

La semaine précédant sa disparition, la chanteuse, dont le fils de 11 ans a été placé en famille d’accueil, avait déjà posté plusieurs lettres ouvertes aux différentes personnes de sa famille et des menaces mystérieuses.

« Sinead va chercher de l’aide » ; « Les maladies mentales sont vraiment difficiles. Pour la personne et sa famille, comme cette lettre le montre »

Selon Michel Maron, psychiatre spécialisé dans les troubles bipolaires au CHRU de Lille, ce genre d’appel à l’aide public est le signe d’une grosse phase dépressive. Il rappelle que la bipolarité, comme son nom l’indique, est une maladie en deux temps. Un trouble à bascule.

  • La phase « up ». Elle dure quelques semaines à plusieurs mois. Aussi appelée phase maniaque, d’euphorie ou d’exaltation. « Le patient ne s’arrête jamais de bouger, de se mettre en mouvement. Il dépense beaucoup d’argent par exemple, prend plein de rendez-vous, jusqu’à parfois se mettre en danger. » Mais en général, il ne consulte pas parce qu’il se sent « plus que bien ».
  • La phase « down ». Une phase de dépression lourde, de « mélancolie » souvent d’autant plus dure que l’euphorie était puissante.

20% des bipolaires se donnent la mort

La plupart des patients qui « descendent » ont tendance à se terrer loin du regard des autres. Facebook compris.

« C’est d’ailleurs le problème parce que la socialisation est très importante dans ces moments-là, notamment pour éviter le suicide. Il faut savoir que 20% des bipolaires se donnent la mort. »

« Où est le bouton Facebook “Je suis inquiet à propos de la santé mentale de cette personne’” ? » - Page Facebook de Sinead O’Connor

Une ancienne camarade de classe, Sarah diagnostiquée bipolaire l’an passé, vit ainsi ses phases « down » en silence. A l’opposé d’une Sinead O’Connor :

« J’ai déjà super honte de faire une dépression, alors l’afficher à 700 de mes amis, mon dieu... »

La jeune fille de 24 ans me raconte que quand elle est « en dép » elle ne se trouve « pas belle, pas intéressante », et donc « évite les réseaux sociaux au maximum ».

« Le malheur n’est pas admis sur Facebook. Quand tu te mets sur ton 31 sur ta photo de profil, c’est pour dire aux gens : je suis au top, je suis la version améliorée de moi-même. Tu partage tes réussites, tes amitiés choisies, tout ce que tu as envie de montrer de toi. J’ai pas envie de montrer quelqu’un de fragile, j’ai pas envie qu’on profite de ma vulnérabilité. »

Superconnectée puis invisible

Sarah préfère donc faire un tour, anonymement, sur les forums spécialisés comme Bipote. Elle trouve du réconfort auprès de gens qu’elle fréquente depuis plusieurs mois, mais qui ne sont pas ses amis – « Je n’assume pas encore. » Comme sa maladie, la même que celle de sa mère, qu’elle a longtemps niée.

En phase « up », au contraire, Sarah est constamment branchée aux réseaux sociaux. En ce moment, elle passe sa vie sur Snapchat à remplir sa « story » de vidéos d’elle qui chante et danse. Sarah est en phase maniaque, « tassée » par son thymorégulateur ou régulateur d’humeur, qu’elle prend depuis huit mois. Et auquel elle s’est enfin habituée.

Sinead O'Connor en concert à Cambridge, en Angleterre, le 1er août 2014
Sinead O’Connor en concert à Cambridge, en Angleterre, le 1er août 2014 - Geoff Robinson Photogra/REX/SIPA

Elle a été diagnostiquée l’été dernier après une première phase maniaque. Elle raconte :

« Je me suis teint les cheveux en rouge. Je postais quatre à cinq photos de moi par jour. »

Elle ajoutait des inconnus sur Facebook, partageait ses intérêts. « Je devenais mondaine à l’extrême, j’avais envie de plaire pour plaire. » Elle parle de ces moments-là comme un truc « mille fois plus puissant que la coke ».

« Mais après tu payes la facture, tu t’épuises physiquement et émotionnellement. »

Vu de l’extérieur, les bipolaires en phase maniaque sont des internautes très actifs et un peu narcissiques. En phase « down », ils s’évanouissent.

« Zone rouge »

Quand tu connais intimement la maladie, quand c’est la tienne ou celle d’un proche, l’utilisation des réseaux sociaux est un des « clignotants qui s’allument dans la zone rouge ».

Pour le Dr. Maron, ça fait partie de « l’éducation thérapeutique », fondamentale dans la maîtrise de cette maladie.

« Je demande aux patients d’établir un tableau de bord personnalisé pour savoir s’ils sont au début d’une phase : pour certains ce sera une difficulté de sommeil, pour d’autre une angoisse au réveil, et pour d’autre, c’est l’utilisation de Facebook. »

L'abilify, un des régulateurs d'hummeur les plus communs
L’abilify, un des régulateurs d’hummeur les plus communs - Wikimedia

Des signes qui alertent aussi les proches que la machine s’emballe. La cousine de Sarah, qui habite au Maroc, « s’est rendue compte que je n’allais pas bien grâce à ça et est venue m’en parler ».

« Il y a un filtre qui ne fonctionne pas »

Mais à entendre le psychiatre, l’hyperconnexion des patients les plus jeunes – il dit « l’hypercâblage » – est d’abord un danger.

« Aujourd’hui, tout le monde gère des sollicitations multiples, et c’est déjà compliqué. Pour les bipolaires c’est encore plus difficile de faire ce tri, il y a un filtre qui ne fonctionne pas. »

Pour contrôler la maladie, les patients doivent adopter une « bonne hygiène de vie » et « une régularité de l’existence ». Bref, pas une vie de moine mais presque.

« Recevoir un message ou une notification à n’importe quelle heure, ça devient un problème chez mes patients. Les réseaux sociaux sont de puissants synchroniseurs. Qu’est-ce qui te réveille plus qu’une conversation qui s’engage en pleine nuit  ? »

Facebook et Snapchat nourrissent le monstre. Comme l’information en continu. Le Dr. Maron me décrit des patients « scotchés chez eux depuis les attentats ».

« Les flux d’information avec une forte valeur émotionnelle, en temps réel, peuvent contribuer à la maladie. »

Déconnexion thérapeutique

D’où le besoin de déconnecter. Lucien, bipolaire de 24 ans, coupe souvent son portable. En ce moment, il ressent le besoin de se poser dans des parcs et écouter de la musique. Diagnostiqué depuis quatre ans, il est devenu un peu expert de sa maladie, comme beaucoup de bipolaires. Normal : elle consiste aussi à « réfléchir beaucoup trop sur des trucs insignifiants », m’explique-t-il.

« Donc les réseaux sociaux je fais gaffe, c’est nuisible pour moi. »

Il prend un exemple : 

« Instagram c’est plein de gens superficiels. Quand je traîne dessus j’ai encore moins envie de voir du monde, ça nourrit mes angoisses et ma misanthropie. »

Il se méfie aussi depuis qu’il a craqué en exposant publiquement sur Facebook sa « presque tentative de suicide » – « J’avais tellement honte après ça... »

Dix ans pour diagnostiquer la bipolarité

Je demande au Dr Maron si le fait d’être tout le temps branchés, sur-sollicités, n’explique pas l’augmentation du nombre de bipolaires ces dernières années (+ 40% chez les jeunes Américains en 10 ans).

« C’est un élément fondamental mais pas un déclencheur. »

Pour le psychiatre, c’est plutôt dû à un meilleur taux de diagnostic :

« On met en moyenne dix ans à diagnostiquer la bipolarité. C’est énorme, l’entourage pense que c’est un tempérament. Parce qu’il y a des temps de souffrance intenses qui ne s’exposent pas forcément, et qui pourtant existent. » 

 Source

 

Commenter cet article

Archives