Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Au Japon, des peluches rafistolées pour parler du don d'organes aux enfants

Publié le 16 Mai 2016, 12:32pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

Au Japon, des peluches rafistolées pour parler du don d'organes aux enfants

Greffer des peluches pour parler du don d'organes aux enfants : voici la bonne idée d'une agence publicitaire japonaise. Sur l'archipel, 14 000 personnes seraient en attente d'une greffe.

Au Japon, des peluches rafistolées pour parler du don d'organes aux enfants
© Thinkstock

Ça ressemble à un conte de fées. Singes, dauphins, hippopotames... Au Japon, l'agence publicitaire Dentsu soigne les nounours et les doudous usés ou abimés à l'aide de morceaux de tissu provenant... d'autres peluches.

L'initiative, baptisée « Second Life Toys » (que l'on pourrait traduire par « une seconde vie pour ma peluche ») a pour objectif de sensibiliser le jeune public japonais au don d'organes .

Car si la France enregistre chaque année 5000 dons environ (et les Etats-Unis, 7500), le Japon, lui, ne réalise que 300 transplantations par an et 14 000 patients japonais seraient actuellement en attente de greffe - de reins en particulier.

Cette pénurie s'explique par les conditions du don d'organes au Japon. En France, c'est la loi du «  consentement présumé  » qui s'applique : toute personne est donneuse d'organes par défaut, sauf refus explicite. Au Pays du Soleil Levant, il faut s'inscrire pour devenir donneur... et la procédure est parfois fastidieuse. Pour rappel, cet archipel compte à peu près deux fois plus d'habitants que l'Hexagone (126 millions).

 

Faire connaître sa position vis-à-vis du don d'organes

Le principe est simple : grâce à un site internet dédié (en anglais), on peut envoyer un jouet abimé (« en attente de greffe ») et un jouet « donneur » (neuf ou usé). Quelques semaines plus tard, le jouet abimé revient, réparé comme par magie... et beaucoup plus original !

En France, il est possible d'effectuer un don d'organes de son vivant : les tissus et les organes concernés sont la moelle osseuse (les cellules souches hématopoïétiques, plus exactement), les reins, la peau, certains fragments osseux et les lobes hépatiques et pulmonaires - exceptionnellement.

Il est essentiel de faire connaître sa position vis-à-vis du don d'organes. Si vous refusez tout prélèvement après votre décès, inscrivez-vous sur le Registre National des Refus, auprès de l'Agence de Biomédecine. En revanche, si vous êtes « pour », signalez-le à vos proches et/ou procurez-vous gratuitement une carte de donneur d'organes sur le site de la fédération France ADOT.

Source .

 

 

Commenter cet article

Archives