Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Action de groupe contre le plan antipollution à Paris

Publié le 11 Mai 2016, 13:22pm

Catégories : #ECONOMIE

Action de groupe contre le plan antipollution à Paris

PARIS (Reuters) - L'association "40 millions d'automobilistes" annonce mercredi une action collective en justice contre la décision de la mairie de Paris d'interdire la circulation des véhicules anciens dans la capitale à partir du 1er juillet.

Elle réclame l'indemnisation automobilistes lésés, plusieurs millions selon ses décomptes.

Le plan antipollution annoncé en décembre 2014 par Anne Hidalgo, et dont les mesures ont été entérinées en février dernier par le Conseil de Paris, prévoit des interdictions de circulation progressives pour les voitures particulières et les utilitaires légers afin de réduire la pollution aux particules.

Les véhicules (essence et diesel) immatriculés avant 1997, soit 513.000 selon la mairie de Paris, ne pourront circuler à Paris à compter du 1er juillet entre 08h00 et 20H00, hors week-ends. Ceux immatriculés avant 2011 (quelque deux millions concernés) seront interdits à l'horizon 2020.

La maire socialiste de Paris a plusieurs fois souligné sa volonté d'aboutir à "la fin du diesel" à Paris et "au-delà du périphérique" en 2020.

Dans un entretien au Parisien publié mercredi, Christophe Najdovski, adjoint chargé des Transports, met en avant des impératifs de santé publique et "le droit des Parisiens à respirer un air sain".

"66% des oxydes d'azote (Nox) et 58% des particules fines sont dus au trafic routier dans Paris, où 90% de la population est exposée à des niveaux de Nox supérieurs aux normes européennes", justifie-t-il.

PLUS D'UN MILLIARD DE PRÉJUDICE?

"Si l’on pourrait - à la rigueur - comprendre la volonté d’une municipalité d’épurer le parc automobile par des mesures incitatives et des aides financières à l’achat d’un véhicule plus vertueux, impossible de cautionner l’ampleur que prendront les interdictions à l’horizon 2020", juge "40 millions d'automobilistes" dans un communiqué.

"Ces véhicules représentent à ce jour 84,9% des six millions de voitures particulières qui composent le parc automobile francilien", précise-t-elle. Soit, selon ses comptes, plus de cinq millions de véhicules, dont 870.000 dès le 1er juillet.

L'association dénonce l'aberration de ces mesures "socialement injustes qui pénalisent en premier les plus modestes : "Comment arriver à vendre à prix décent un véhicule qui subit de lourdes restrictions de circulation?"

"Avec une dévaluation de 1.250 euros en moyenne par véhicule, cela représente un préjudice total de près de 1,1 milliard d’euros", déclare Pierre Chasseray, délégué général de l’association, dans le communiqué.

L'association appelle tous les automobilistes d'Ile-de-France concernés à s'inscrire sur le site www.remboursemabagnole.com "pour intervenir dans le cadre d'une action collective (...) afin d'obtenir l'indemnisation du préjudice financier subi".

"A-t-on vraiment besoin, lorsqu'on se déplace à Paris en semaine et en journée, d'utiliser un véhicule individuel alors qu'il existe des modes de déplacement alternatifs non polluants", réplique Christophe Najdovski.

"On ne peut pas, comme le fait l'association 40 millions d'automobilistes, défendre le droit à polluer alors que le tout automobile est un modèle du XXe siècle passéiste", ajoute-t-il.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

 
 
 
 

Commenter cet article

Archives