Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


A Florence, les riches familles du XVe siècle le sont toujours

Publié le 21 Mai 2016, 10:01am

Catégories : #ECONOMIE

A Florence, les riches familles du XVe siècle le sont toujours

Il s’en est passé des choses à Florence depuis la Renaissance : les Médicis ont (re)pris le pouvoir, puis l’ont (re)perdu, la ville est devenue la capitale du grand-duché de Toscane, bientôt tombé dans le giron du royaume d’Autriche.

Conquise par Napoléon Ier, puis intégrée au royaume d’Italie, Florence a finalement connu (comme le reste de l’Italie) le fascisme, puis son renversement. Florence est, depuis toujours, la ville des ambitieux. Le dernier en date s’appelle Matteo Renzi, maire de 2009 à 2014, devenu, à 39 ans, le plus jeune président du Conseil de l’histoire de l’Italie.

L’histoire de Florence a une autre facette, nettement plus constante : c’est l’inébranlable richesse de sa bourgeoisie. Pour illustrer cette donnée, deux économistes italiens, Guglielmo Barone et Sauro Mocetti, ont comparé les revenus des contribuables florentins de 1427 avec ceux de 2011.

Cette recherche a été rendue possible par un recensement de près de dix mille contribuables réalisé au XVe siècle, avec nom et prénoms du chef de famille, métier et revenu financier.

Environ neuf cents noms de ce recensement existent toujours à Florence, et, les patronymes toscans étant relativement singuliers, les auteurs ont considéré que sur les cinquante-deux mille habitants portant ces noms aujourd’hui, certains avaient des chances d’être les descendants de ceux qui le portaient en 1427.

Dynasties

Leur étude montre une persistance significative des revenus dans les familles florentines. Les descendants des familles les plus aisées sont toujours les plus riches.

« Ceux qui gagnent le plus parmi les contribuables actuels étaient déjà au sommet de l’échelle socioéconomique il y a six siècles. »

Sur les cinq familles ayant les plus hauts revenus en 2014, quatre faisaient déjà partie des 3 % les plus riches en 1427. Ces quatre familles appartenaient à la corporation des cordonniers et des avocats.

Les économistes en arrivent à une seconde conclusion : l’existence de « dynasties » professionnelles à Florence. La probabilité d’appartenir aujourd’hui aux métiers « d’élite »(banquier, avocat, médecin) est plus élevée chez ceux dont les ancêtres exerçaient déjà ces métiers en 1427.

L’autre singularité de cette découverte est qu’elle constate une persistance forte des revenus pour l’ensemble de la population. Les 33 % les plus riches de Florence en 1427 ont statistiquement des chances d’être encore plus riches aujourd’hui. Cela correspond à un groupe social plus vaste que la seule catégorie des princes et des ducs de l’ancienne cité.

L’ascenseur social ne traverse pas le siècle

image: http://s1.lemde.fr/image/2016/05/20/534x0/4923499_6_29b0_les-vieille-maisons-florentines-le-long-de_f78bc77d7e9921cca88c2d1438fae3e8.jpg

Les vieille maisons florentines le long de l’Arno servaient au commerce.
Les vieille maisons florentines le long de l’Arno servaient au commerce. Tony Gentile/Reuters

La principale conclusion de ce document est qu’il y a moins de mobilité économique sur le long terme qu’on pourrait le penser en observant l’évolution socioéconomique des familles à court terme. En effet, les études sur ce phénomène observent plutôt les changements sur une génération, comparant les revenus des pères avec ceux des fils. Elles tendent à montrer que la mobilité économique varie d’un pays à l’autre, mais comme le rappelle Vox, même dans les pays où les transferts de capital sont importants (ou la redistribution des richesses est faible) la mobilité économique est plutôt importante.

En 1986, les économistes Gary Becker et Nigel Tomes concluaient que « presque tous les avantages et les désavantages des revenus des ascendants sont balayés en trois générations ».

A Florence, la persistance intergénérationnelle des revenus est très forte, même en tenant compte du fait que la mobilité sociale en Italie est plutôt faible comparé au reste de l’Europe, notamment aux pays scandinaves. Comme l’explique Vox, le moyen le plus simple d’expliquer cette découverte est de conclure que les schémas de mobilités à court terme ne peuvent pas être projetés sur des périodes de temps très long, notamment parce que le lien entre le revenu et le statut social est variable.

Dans un cas de figure fréquent, un individu peut bénéficier du capital culturel et économique de ses parents ou bien choisir une profession intellectuelle ou artistique où il gagnera moins d’argent. Mais la persistance d’un capital culturel, la transmission de biens et l’accès à un réseau professionnel familial peuvent permettre d’expliquer comment, sur plusieurs générations, la richesse se maintient en dépit des choix individuels d’entrer ou de sortir de tel ou tel corps professionnel promettant de forts revenus.


source

Commenter cet article

Archives