Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Un mouvement politique sans leader, c’est possible?

Publié le 26 Avril 2016, 10:09am

Catégories : #POLITIQUE

Un mouvement politique sans leader, c’est possible?

La plupart des mouvements ont vu se détacher quelques figures dirigeantes, et ceux qui ont réussi à s'en passer n'ont guère duré.

Pas de «porte-parole», encore moins de «secrétaire général» ou de «président»: pour l’instant, le mouvement Nuit Debout fonctionne de manière purement horizontale, ou presque. Il y a bien quelques figures qui se détachent, comme celle de Frédéric Lordon, l’économiste adulé de l’extrême gauche et acclamé dès le premier jour du mouvement, ou de François Ruffin, auteur du film Merci Patron!Mais Ruffin comme Lordon refusent le rôle de leader, et il faut bien le reconnaître: pour l’instant, ce corps a réussi à fonctionner sans que l’on ne voie sa tête. Pour combien de temps? D’autres mouvements y sont-ils parvenus et à quel prix? Nuit Debout pourra-t-il continuer à fonctionner ainsi s’il dépasse le cadre des débats pour se transformer en mouvement politique?

Mettons fin provisoirement au suspense: aucun mouvement social d’ampleur, avant lui, n’a réussi à franchir le stade du pouvoir sans leader identifié. Et même sans prendre le pouvoir par la voie des institutions, et sans durer longtemps, peu sont parvenus à exister sans que ne finissent très vite par se détacher, volontairement ou non, quelques figures.

Le réalisateur Francois Ruffin, le 9 avril 2016. Crédit: JOEL SAGET / AFP.

L’exception des Indignés espagnols

Les Indignés espagnols ont réussi ce tour de passe-passe pendant quelques mois, selon la chercheuse Héloïse Nez, qui a assisté à près de 70 assemblées générales. «Je suis incapable de vous citer un leader des Indignés. Pas même au niveau local», avance-t-elle. Puis, bien plus tard, est né Podemos, avec sa figure charismatique, le chercheur en sciences politiques Pablo Iglesias, celle-là délibérément mise en avant pour conquérir le pouvoir.

Pour Héloïse Nez, si les Indignés ont réussi cet exploit politique de garder invisible tout potentiel «leader», c’est d’abord parce qu’ils étaient très organisés. Contrairement à l’image très «spontanée» que l’on en a, les militants du mouvement du 15-M ont défini dès le début des règles très précises, héritées du mouvement des squatteurs espagnols («Okupa»). Ils ont instauré un système de rotation des tâches qui faisait qu’une même personne ne pouvait rester par exemple modératrice des assemblées pendant des semaines. Elle devait tourner sur les postes de porte-parole, organisateur, etc. La formalisation des règles du débat, avec des tours de parole très stricts, a aussi beaucoup joué, estime Héloïse Nez.

La démocratie athénienne, une démocratie directe

Avant eux, de nombreux autres mouvements ont essayé de contenir toute forme de leadership, avec plus ou moins de succès. C’est le cas de systèmes qui mélangeaient tirage au sort et démocratie directe, comme à Athènes. Les Athéniens tiraient au sort leurs «bouleutes» parmi les volontaires de plus de trente ans, siégeant à la Boulè, autrement appelée «Conseil des Cinq-Cents». Ils ne pouvaient exercer plus de deux mandats, non-successifs. Les magistrats (astynomeshiéropoioihipparques, etc.) eux aussi ne pouvaient siéger plus d’un an.

Mais ces règles démocratiques très horizontales n’ont pas réussi à empêcher l’émergence de citoyens de renom, le plus souvent issus de familles riches, capables d’assurer les charges d’entretien des temples. Des «stratèges» comme Périclès ont été élus de nombreuses fois d’affilée et sont devenus des figures très célèbres. La démocratie athénienne a aussi fonctionné autour d’orateurs de talents, comme Démosthène.

La Révolution contre la «tyrannie»

La révolution française, à ses débuts, peut être regardée comme un autre exemple de tentative d’empêcher des «leaders» d’émerger. Les sections parisennes étaient marquées par la critique de Jean-Jacques Rousseau de la démocratie représentative, explique le politologue Frédéric Sawicki. «La souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu’elle ne peut être aliénée; elle consiste essentiellement dans la volonté générale, et la volonté ne se représente point»dit le philosophe au chapitre III du Contrat social. On se méfie des chefs et on fait là aussi tourner les porte-parole. On applaudit au contraire les discours qui critiquent la tyrannie, autre nom des rois en grec («La tyrannie vit encore dans les cœurs, et Rome n’existe plus que dans Brutus», lançait«l’Incorruptible» Robespierre).

La Révolution ne parviendra pas à empêcher que des politiciens chevronnés comme Robespierre ou Danton ne prennent le pouvoir. Elle fera aussi émerger de nouvelles figures, comme le médecin et journaliste Jean-Paul Marat ou l’avocat Camille Desmoulins.

Portrait de Maximilien de Robespierre (1758-1794). Artiste inconnu. Via Wikipedia.

La Commune de Paris sans «chef véritable»

Qui peut citer autant de têtes connues pour la Commune de Paris? Cet épisode a pourtant inspiré ensuite toute la gauche radicale, des marxistes aux anarchistes, des bolcheviques aux révolutionnaires espagnols. «Aucun chef véritable ne va se distinguer au sein de la Commune», fait remarquer le politiste Jérôme Lafargue.

Mais l’insurrection n’a duré que deux mois, de mars à mai 1871. Sa brièveté explique en grande partie cette absence, ainsi que d’autres facteurs: à cette époque, les figures célèbres, comme Blanqui, sont en prison ou en retrait. Et s’il n’y a pas de chef véritable, quelques figures ont quand même émergé, note le professeur d’histoire contemporaine Jean Garrigues, auteur de Les hommes providentiels. Histoire d'une fascination française. Louise Michel est la plus célèbre, mais on peut citer aussi Charles Delescluze, Benoît Malon, Eugène Varlin...

Vouloir destituer ceux qui ont le pouvoir, et empêcher qu’il ne se crée en son sein, est une vieille tradition à gauche. D’autres mouvements, comme Mai 68, ont combattu contre la figure du chef, mais auront eux aussi leur figures emblématiques, comme Daniel Cohn-Bendit, Alain Geismar ou Jacques Sauvageot. Cette tradition perdure encore aujourd’hui dans divers mouvements de manière plus ou moins aiguë, symbolisée par exemple par le geste d’Olivier Besancenot, qui «a laissé à Philippe Poutou le soin d’incarner le NPA, et auparavant Alain Krivine l’avait fait avec Besancenot», note Jean Garrigues. Nuit Debout n’aurait donc «rien inventé».  

«Loi d’airain de l’oligarchie»

Le plus souvent, ces expériences pourtant très hostiles au pouvoir ont échoué à contenir l’émergence de leaders. Il existerait ainsi une sorte de «loi d’airain de l’oligarchie», théorisée par le sociologique Roberto Michels en 1911, qui expliquerait la formation inévitable dans toutes les organisations politiques d’une élite bureaucratique, y compris dans celles qui se disent démocratiques, selon le politologue Loïc Blondiaux:

«Il y a peu d’exemples de mouvements issus du peuple qui dans l’histoire soient parvenus durablement à éviter que des leaders n’émergent. C’est en général le lot de la plupart des “expériences plébéiennes du politique”, dont parle le philosophe Martin Breaugh lorsqu’il évoque ces moments dans l’histoire, des révoltes de la plèbe romaine jusqu’à la Commune de Paris, au cours desquels le peuple revendique un meilleur partage du pouvoir.»

Le soir du premier tour de l'élection présidentielle, le 6 décembre 1965. AFP PHOTO

Contexte français

Des facteurs spécifiques au contexte français s’y ajoutent, avec l’existence d’une culture de l’homme providentiel, et un système politique très tourné vers la personnalisation. C’est particulièrement vrai depuis la mise en place de l’élection présidentielle au suffrage universelle en 1962, et encore plus depuis celle du quinquennat en 2000: l’élection présidentielle a désormais lieu juste avant les législatives, et lie de fait les députés au destin du chef de l’Etat en réduisant leur marge de pression et de négociation.

La personnalisation du pouvoir pourrait même avoir été encore renforcée récemment, selon Jean Garrigues, par la mise en place de primaires, qui selon l’historien substituent aux discussions sur le programme des partis les confrontations de candidats.

Des lieux de pouvoir «forcément incarnés»

Nuit Debout peut-il durer, grandir et constituer une force de revendications sans leader(s) identifié(s)? Au regard de ces expériences, l’observateur blasé des mouvements politiques serait tenté de répondre par la négative, ne serait-ce que parce que les logiques d’organisation vont de pair avec une certaine spécialisation.«Tant que le mouvement n’a pas de programme, de parole homogène et qu’il ne s’est pas fixé des objectifs précis d’action, c’est envisageable. [...] Mais qui dit organisation dit division des tâches, et donc mandats», estime Frédéric Sawicki.

En Espagne, si le Mouvement 15-M est un exemple réussi d’organisation politique sans leader visible sur plusieurs mois, il est aussi la preuve qu’un mouvement finit toujours par mourir ou se transformer en autre mouvement disposant de leaders, avec Podemos. «Au moment où un laboratoire de réflexion doit s’articuler en un mouvement politique, il doit postuler à un lieu de pouvoir. Et ces lieux de pouvoir sont forcément incarnés: Podemos participe a des élections», estime Jean Garrigues. «Tous les mouvements commencent par être horizontaux: la verticalité se fait au cours du temps, ou elle ne se fait pas»... et le mouvement meurt alors, complète Frédéric Sawicki.

 

«La démocratie permanente épuise tout le monde»

L’absence de tête décisionnelle peut tuer le mouvement en le précipitant dans le chaos. Sans chef capable de trancher vite une situation d’urgence, Nuit Debout risque de commettre des impairs, estime Frédéric Sawicki, pour lequel l’épisode de l’agression verbale d'Alain Finkielkraut est précisément dû à cette absence de décision et d’organisation (et notamment de service d’ordre). «S’il faut un vote à chaque fois pour ce genre de choses…», se moque le politologue:

«Il y a eu un vote sur le fait d’accorder cinq minutes de parole à Varoufakis plutôt que deux! Il ne peut pas y avoir des votes sur des petites décisions là-dessus: la démocratie permanente épuise tout le monde et au bout du compte, seules quelques personnes, les plus tenaces et les plus disponibles, décideront».

Sans compter, selon le politologue, que l’absence de leaders nuirait selon lui à sa médiatisation. «Quand il y a des intellectuels qui s’emploient à ce qu’aucune tête ne dépasse, cela peut jouer en la défaveur du mouvement.» «Qu’il n’y ait pas, aujourd’hui, de porte-parole attitré de Nuit Debout nuit à la médiatisation de ce mouvement. Cela en fait également la valeur et l’authenticité», nuance Loïc Blondiaux.

Le pouvoir à tout prix?

Peu de chances, au regard des expériences précédentes, que Nuit Debout parvienne un jour à prendre le pouvoir par les voies institutionnelles tout en continuant à se passer de leaders visibles. Mais est-ce vraiment ce qu’il recherche? «Dans un univers politique marqué par une très forte personnalisation des figures de pouvoir, ces mouvements acéphales s’exposent à rester de ce fait marginales et inassimilables. Mais l’intégration au système politique traditionnel n’étant pas ce qu’ils recherchent, ils démontrent ainsi qu’il est peut-être possible de faire de la politique autrement», analyse Loïc Blondiaux.

Mai 68 n’a pas débouché sur une prise du pouvoir et les élections qui ont suivi, marquées par une majorité de droite inédite depuis cent cinquante ans, ont même démontré que la France était bien à droite et qu’elle refusait «la chienlit», pour reprendre le mot du général de Gaulle. Pour autant, Mai 68 est-il un échec? Pour nombre d’observateurs, ce mouvement a changé bien des choses dans les mentalités. D’une certaine manière, si Nuit Debout accomplissait la même révolution du regard, il aurait gagné sans avoir besoin de conquérir le pouvoir.

L’ère du web et de l’horizontalité facilitée

L’observateur blasé qui ne regarde le présent qu’à partir du passé est parfois le moins à même de voir surgir la nouveauté, ce «temps de la brèche» dont parle Martin Breaugh. Il semblerait que les révolutionnaires d’aujourd’hui, d’Occupy Wall Street au Mouvement du 15 M, soient beaucoup plus réfractaires à la représentation politique que leurs prédécesseurs: «Le rejet du principe même de la représentation est tel, dans de très nombreux mouvements, que la place du leader ne peut plus être occupée. Toute personnalisation paraît interdite», commente Loïc Blondiaux.

Les révolutions sont faites de tentatives avortées. Il aura fallu presque cent ans, pour que de 1789 à 1870, la démocratie s’installe durablement en France. Le philosophe Gilles Deleuze estimait même que «toutes les révolutions foirent»mais que «ça n'a jamais empêché les gens deviennent révolutionnaires» et que les sociétés évoluent. Nuit Debout et les autres mouvements d’Indignés sont-ils une parenthèse ou les prémices d’un système plus horizontal à naître? Il est encore trop tôt pour le dire.

Les Indignés sont mieux organisés et mieux outillés que leurs ancêtres pour contrôler le pouvoir en leur sein. Avec les réseaux sociaux et les outils web, l’horizontalité est facilitée, à la manière de ces applications qui proposent d’organiser des primaires en dehors des partis. Il est aujourd’hui plus aisé d’organiser une assemblée, de monter des comités, d’élaborer collectivement une stratégie et peut-être, d’espérer inventer une démocratie directe de masse qui n’a jamais existé.

Aude Lorriaux                                                                                                                                    source

Commenter cet article

Archives