Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Soins palliatifs : de quoi s'agit-il exactement ?

Publié le 25 Avril 2016, 14:41pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

Soins palliatifs : de quoi s'agit-il exactement ?

Lorsqu'une maladie grave devient non curable, on peut proposer des soins palliatifs au patient. Un accompagnement et des traitements qui privilégient le confort et la dignité. Le point avec le Dr Charles Jousselin, philosophe et président de la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs.

Soins palliatifs : de quoi s'agit-il exactement ?
© iStockPhotos

Les soins palliatifs , c'est l'ensemble des soins proposés à une personne atteinte d'une maladie grave pour l'aider à vivre le mieux possible le temps qui lui reste, quels que soient son âge et sa maladie. Cette prise en charge vise à apporter le maximum de confort et de soulagement. Elle fait intervenir un médecin, une infirmière, un psychologue, souvent un diététicien, parfois une assistante sociale, un ergothérapeute... qui travaillent au sein d'une équipe spécialisée. Ces soins peuvent durer plusieurs jours, plusieurs semaines ou plusieurs mois, tant que le patient en a besoin. Une étude a montré que les personnes atteintes d'un cancer du poumon non curable vivent mieux et plus longtemps lorsqu'elles en bénéficient.

 

Quels sont les types de traitement proposés ?

Tout dépend des besoins. L'équipe va prescrire des médicaments mais pas seulement. Cela peut aller des antalgiques si la personne a mal, à une oxygénothérapie si elle est en insuffisance respiratoire, en passant par une prise en charge psychologique si elle souffre moralement...

Mais les soins palliatifs reposent d'abord sur la rencontre entre une équipe soignante et une personne malade en vue d'établir une confiance et une reconnaissance mutuelles. C'est indispensable pour que la prise en charge soit bien adaptée au vécu, aux souffrances et aux attentes du malade. Les membres de l'équipe sont attentifs à soutenir le patient dans sa globalité. Ils se soucient de son état général, autant sur le plan physique que sur le plan moral. Et ils travaillent souvent avec des bénévoles qui offrent une présence et une écoute au patient et à ses proches.

 

A quel moment propose-t-on les soins ?

On ne bascule pas brusquement d'une hospitalisation classique dans une unité de soins palliatifs. Il s'agit d'une évolution de la prise en charge qui se dessine peu à peu. Quand l'équipe qui suit habituellement le malade se sent démunie, elle peut contacter une équipe spécialisée en soins palliatifs . Celle-ci rencontre le patient et lui propose des soins complémentaires pour améliorer son confort de vie. Une alliance se met alors en place entre les deux et les traitements sont continuellement adaptés à l'évolution de la maladie, notamment s'il y a douleur.

 

Doit-on être hospitalisé pour en bénéficier ?

 

Pas nécessairement. À l'hôpital, les soins palliatifs sont assurés dans une unité spécialisée ou par des équipes mobiles qui se déplacent dans le service où est hospitalisé le patient. Mais s'il le souhaite et si sa situation le permet, il peut être pris en charge à domicile. Dans ce cas, c'est un réseau de soins palliatifs qui fait intervenir des professionnels en ville ou de l'hôpital. Si les soins sont trop complexes, le malade est hospitalisé chez lui et suivi par une équipe d'hospitalisation à domicile.

Fin de vie : la loi 2016 établit de nouvelles règles

• L'accès aux soins palliatifs pour tous. Actuellement, seule une minorité de patients y a accès, en raison d'une insuffisance d'équipes.

• Le recours à la sédation profonde et continue est autorisé. Les malades en phase terminale peuvent demander un traitement pour réduire leur niveau de conscience et leur douleur. Mais les soins palliatifs sont censés les soulager suffisamment pour éviter d'y avoir recours.

• Le médecin doit respecter les directives anticipées du malade. Chacun peut rédiger des directives précises en prévision du jour où il ne pourrait plus s'exprimer.

A lire aussi :

Soins palliatifs : la France toujours en retard

Médecine palliative : des soins peu connus en France

 

Commenter cet article

Archives