Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Sait-on regarder un match de foot ?

Publié le 23 Avril 2016, 11:45am

Catégories : #SPORTS

Sait-on regarder un match de foot ?

Jamais un livre en France n'a réellement traité ce sujet. Et pourtant, qui dans ce pays n'a jamais regardé au moins une fois un match de football à la télévision ? Comment regarder un match de foot ? aux éditions Solar est un ouvrage exhaustif qui s'adresse à tous les passionnés du ballon rond. Quatre auteurs de la revue Les Cahiers du foot - Gilles Juan, Raphaël Cosmidis, Julien Momont et Christophe Kuchly - ont réalisé un énorme travail pour recueillir témoignages d'entraîneurs, de joueurs mais aussi de diffuseurs expliquant les enjeux tactiques, la psychologie des 22 acteurs d'une rencontre, les évolutions du jeu et son futur. Un livre aussi qui met le doigt sur les difficultés du football français à se développer. Entretien avec Gilles Juan, l'un des auteurs.

Le Point.fr. : « Comment regarder un match de foot ? » Un peu présomptueux comme titre non ? 

Gilles Juan. Non, pas du tout. Il s'agit de présenter des témoignages, des références historiques, des définitions, en un mot des repères, pour dépasser la vision étriquée d'un match que l'on a en France et de le regarder, aussi, comme une opposition tactique. L'objectif est de relayer, dans un souci pédagogique, les points de vue des acteurs du football, joueurs, entraîneurs (comme Gourcuff, Suaudeau, Denoueix, NDLR), présidents et diffuseurs sur les questions de jeu.

Estimez-vous que les spectateurs manquent de culture tactique en France ?

Il y a surtout un vide journalistique sur la pédagogie et la compréhension tactique des rencontres. Les déclarations de joueurs ou d'entraîneurs en zone mixte d'après-match sont souvent aseptisées. À tel point que dès qu'un acteur du foot sort du lot, il est catalogué comme « bon client » ou devient un abonné du prix Citron (« honorant » le joueur ou le coach le moins sympathique, NDLR). On se focalise également sur les avis des consultants, ex-joueurs pros ou coachs de renom, mais sans club à entraîner. Or, la légitimité de leur avis vient de leur statut, de ce qu'ils sont et non pas de ce qu'ils disent. L'énonceur plutôt que l'énoncé. Le journaliste, en face, est enclin à abandonner l'approche technique d'une rencontre pour se concentrer sur « la petite phrase » qui fera son effet. Exemple, on va se plaindre que le jeu pratiqué par l'entraîneur Jardim à Monaco est chiant plutôt que d'expliquer son coaching. On va dire que l'arbitre est nul plutôt que de s'interroger sur ce qui l'a poussé à prendre telle décision.

La diffusion des matches est-elle aussi concernée par cette approche étriquée ?

Oui, le manque de culture foot en France a incité les diffuseurs à insister sur la mise en scène des matches. Ils tentent de séduire les gens qui n'aiment pas ce sport en cherchant à les attirer par des images sensationnelles. Ils se font une idée de ce que les téléspectateurs vont aimer, mais, en fait, ils n'en savent rien. Par les gros plans, le cadrage des tribunes, les gros plans sur les visages, la sueur, l'utilisation excessive des ralentis, ils font un lien entre performance de la réalisation et logistique technique. Plus les caméras seront nombreuses, plus la réalisation sera jugée bonne. L'esthétique du geste, de la performance individuelle sont mis en avant au détriment de l'esthétique tactique. Les diffuseurs anglo-saxons sont d'ailleurs souvent déconcertés lorsqu'ils sont confrontés au « savoir-faire » français en la matière.

L'approche française du football serait donc inadaptée ?

Elle résulte d'une grosse méconnaissance. En France, le foot est face à des détracteurs qui ont tendance à le rabaisser comme une activité grotesque se limitant à pousser la baballe avec le pied. Il faut cesser avec cette approche péjorative. On a le droit évidemment de ne pas aimer ce sport. Mais on ne peut contester les prouesses physiques et mentales requises pour atteindre un bon niveau. Notre outil naturel pour manipuler des choses, c'est la main, bien pratique pour attraper, tenir, lancer, toucher, etc. Mais le pied ? Contrôler quelque chose avec son pied, le voilà, le génie singulier du foot. C'est contre nature et intrinsèquement subtil techniquement. La configuration et les limites du terrain, le positionnement des cages au bout de chaque camp, la complexité tactique du jeu collectif rendent le but précieux et rare. C'est un sport où des équipes largement moins fortes peuvent tenir le résultat contre des adversaires jugés très supérieurs. Des scénarios presque impossibles en rugby, basket, volley ou handball.

Cette contrainte de la main interdite serait donc la clé du succès du foot ?

Il suffit de se pencher sur les réformes des lois du jeu au début des années 1990 pour aller dans ce sens. En empêchant le gardien de récupérer à la main une passe du pied de son coéquipier, en lui imposant de garder le ballon dans les gants au maximum six secondes, quel autre objectif est ici poursuivi à part celui de rajouter du handicap ? Les initiateurs de ces nouvelles règles ont voulu rendre le jeu plus attrayant. Le handicap est donc ici la clé du spectacle.

L'avènement de l'arbitrage vidéo obéit-il à ce souci de rendre ce sport plus intéressant ?

Non, il s'agit ici d'un autre débat. Il existe aujourd'hui un lobby en faveur de l'arbitrage vidéo si écrasant que son introduction dans les matches est inéluctable. Mais cette foi en la vidéo pour statuer sur une situation de jeu n'est qu'une illusion pour assouvir la soif de justice du spectateur.

Une illusion de justice ? Vraiment ?

Juste un exemple : les ralentis mettent-ils toujours fin aux débats animés entre supporteurs pour prouver s'il y avait penalty ou pas sur cette action ? Pas du tout, leur frustration perdure même si, après, on leur diffuse l'image de la situation litigieuse. Et puis, il va falloir définir ce qui relève de l'arbitrage vidéo. Y aura-t-il des contestations sur des touches avec obligation de mettre la vidéo ? Au point de hacher le jeu toutes les cinq minutes ? Vers quoi se dirige-t-on ? Nous (les auteurs) ne sommes pas contre l'arrivée de la vidéo. Nous espérons que son application prouvera toute seule son inefficacité.

 

Comment regarder un match de foot ? Solar Éditions - 17,90 euros                                                      source

Commenter cet article

Archives