Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi n’y a-t-il aucun visage humain sur les billets en euro?

Publié le 21 Avril 2016, 16:33pm

Catégories : #ECONOMIE

Pourquoi n’y a-t-il aucun visage humain sur les billets en euro?

Voici l’histoire d’une frilosité typiquement européenne.

Harriet Tubman sera bientôt la première femme noire à figurer sur un billet américain, le billet de 20 dollars. La nouvelle de cet hommage à cette militante contre l’esclavage et de cette victoire des féministes, qui voulaient une femme sur le billet de 10 dollarsvient d’être annoncée par le Trésor américain. C’est l’un des nombreux visages choisis par les autorités américaines depuis le lancement du billet vert. On trouve aussi les présidents Abraham LincolnAlexander Hamilton,Andrew JacksonUlysses S. Grant et Benjamin Franklin. Ailleurs, les nations dotées d’une monnaie forte, comme le yen, la livre sterling ou le franc suisse, ont aussi opté pour des hommes et des femmes célèbres, qu’ils soient scientifiques, artistes ou politiques. 

Rien de tel pour la monnaie de l’Union européenne. Nos euros ont pour effigies des bâtiments abstraits, de divers époques: une façade classique pour le billet de 5 euros, avec au dos un pont de la même époque; une façade romane pour notre billet de 10 euros, avec un pont roman au dos, et ainsi de suite, chronologiquement, jusqu’au billet le plus élevé, celui de 500 euros, qui figure un bâtiment et un pont modernes.

Une nouvelle série lancée en 2013 a introduit un peu d’humanité, dans un tout petit coin à la droite du recto, avec le visage de la déesse Europe. Mais il est tout petit et, évidemment, Europe est une figure mythique, qui n’a pas existé. Pourquoi donc les Européens ont-ils opté pour de telles abstractions, en lieu et place de personnages bien vivants?

Billet de cinq euros | Robert Kalina via Wikimedia Commons License by

«Préférence nationale»

Un document de la Banque centraleapporte des éléments de réponse. On y apprend que la décision de figurer des monuments abstraits a été décidée en 1995 par le Conseil de l’Institut monétaire européen, qui avait constitué un «Groupe de travail sur les billets» et consulté un organe externe indépendant «composé d’experts en histoire, art, psychologie, conception graphique et conception des billets». Les experts se sont tout de suite accordés sur une stylisation du drapeau européen, avec les fameuses «étoiles». Puis ils ont proposé dix-huit thèmes, «mais nombre d’entre eux avaient une connotation nationale ou semblaient promouvoir l’intérêt national de certains pays», explique la Banque centrale.

Tandis que les monnaies nationales figurent habituellement de vraies personnes et de vrais endroits, l’identité européenne est trop fragile pour cela

Gideon Rachman, dans le Financial Times

Au final, un thème sera retenu, intitulé «Époques et styles architecturaux en Europe», qui devait représenter sur une face un style architectural et sur l’autre«le portrait d’hommes et de femmes ordinaires emprunté à des tableaux et des dessins d’artistes européens des différentes époques». Mais toutes les maquettes contenant des portraits ont été éliminées au cours du processus de sélection, au motif que «même une très légère ressemblance avec une personne réelle pourrait être interprétée comme l’expression d’une préférence nationale».

«Les billets en euros devaient être unanimement acceptés au sein de la Zone euro et même au-delà. Comme ces billets étaient appelés à circuler au-delà des frontières dans des espaces culturels très divers, il convenait de prévenir tout préjugé national ou de genre», explique encore la BCE.

Verso du billet de 5 euros | Robert Kalina via Wikimedia Commons CC License by

Éloignement de l’Union 

Nous y voilà donc: si l’Europe n’a pu s’accorder sur de grandes figures, c’est parce qu’elle a eu peur que ce choix ne crée des jalousies. Alors que des fédérations comme les États-Unis ou la Suisse ont une unité nationale suffisamment forte pour s’accorder autour de grandes figures, l’Union européenne a eu peur de la division et reste paralysée autour d’un demi-choix.

Ce qui fait dire à l’un des rédacteurs en chef du Financial Times, Gideon Rachman, que, «tandis que les monnaies nationales figurent habituellement de vraies personnes et de vrais endroits, l’identité européenne est trop fragile pour cela». Comme pour nombre de ses politiques, l’Europe est restée bloquée au stade de la demi-solution, faute d’un réel consensus.

Un artiste grec, Stefanos, s’est même moqué de cet esprit très abstrait et finalement très symbolique de l’éloignement des institutions européennes de leurs citoyens en dessinant sur des billets de petits personnages, écrasés par le poids des dettes et de la précarité, qu’il a fait circuler en allant les dépenser normalement.

Pour surmonter cette crise identitaire, Gideon Rachman propose sa petite sélection: Beethoven, Picasso, Shakespeare, Winston Churchill, Charlemagne, et aussi, même s’il est moins connu, Jean Monnet, parce qu’il est à l’origine de l’idée européenne. Sur le réseau social Reddit, des utilisateurs avancent leur propre classement, certains estimant «honteux» que les euros n’aient aucun visage humain. Pourquoi ne pas organiser une grande consultation nationale autour de ce sujet? Voilà qui pourrait peut-être souder les Européens autour de valeurs positives.

Aude Lorriaux

source

Commenter cet article

Archives