Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi les demoiselles d'honneur sont-elles toutes habillées de la même façon ?

Publié par MaRichesse.Com sur 3 Avril 2016, 06:35am

Catégories : #COUPLE, #INSOLITE

Pourquoi les demoiselles d'honneur sont-elles toutes habillées de la même façon ?
Comme le veut la tradition dans les mariages anglo-saxons, les demoiselles d'honneur portent toutes la même robe. Et alors que les futurs mariés français s'inspirent de plus en plus des Américains et des Britanniques pour leur cérémonie, la question se pose : pourquoi les demoiselles d'honneur sont-elles obligées d'enfiler des tenues identiques ?

La saison des mariages approche à grands pas et si vous êtes la bonne amie d'une future mariée, peut-être vous a-t-on demandé d'investir dans une robe de demoiselle d'honneur. Cette coutume très anglo-saxonne est en train de se frayer un chemin jusqu'à nous... pour le meilleur et parfois pour le pire. D'abord parce que les goûts de la mariée sont malheureusement parfois discutables, ensuite parce que la nature n'a pas offert la même morphologie à toutes les femmes, enfin parce que cet uniforme n'est pas à la portée de toutes les bourses. Bref, avec un peu de créativité et d'imagination, cette tenue pourrait devenir cool, mais l'aura de tradition qui l'entoure semble l'empêcher de gagner en modernité. Mais alors, pourquoi la robe de demoiselle d'honneur est-elle souvent longues et dans une teinte pas franchement inventive (rose pâle, corail, mauve, bleu ciel) ? Et surtout, pourquoi les proches de la mariée sont-elles forcées de se glisser dans la même robe ?

A en croire une théorie vieille de plusieurs décennies, la robe de demoiselle d'honneur aurait fait son apparition en pleine Rome antique. A l'époque, les demoiselles d'honneur portaient non seulement la même tenue, mais la mariée était également vêtue de la même façon. Les jeunes femmes faisaient ainsi office de leurres et empêchaient les démons, malfaiteurs et hommes éconduits par la future épouse de venir perturber la cérémonie. Ainsi, les tourtereaux pouvaient échanger leurs voeux dans la joie, l'amour, l'émotion et la bonne humeur. Si cette légende a de quoi charmer, il semble malheureusement qu'elle ne soit qu'une légende.

 

 

 

...
 

De la Rome antique à l'Angleterre victorienne

Le journal britannique The Independents'est récemment intéressé à ce sujet et a posé quelques questions à Liz Gloyn, maître de conférences en histoire classique et en histoire de la royauté à l'Université de Londres. Et selon elle, la légende concernant la Rome antique vient en fait d'une forme particulière d'union romaine appelée confarreation et qui concernait surtout les praticiens. Au cours de ce rituel, les époux partageaient un gâteau d'épeautre ou choisissaient d'en faire offrande à Jupiter. Mais surtout, ils devaient échanger leurs voeux devant 10 témoins. Liz Gloyn explique : "Aucune source n'indique que les dix témoins devaient être habillés pareil. Et puis de toute façon, ces derniers étaient toujours des hommes".

 

 

 

Elle ajoute néanmoins que la tradition des demoiselles d'honneur a peut-être vu le jour à la même période de l'Histoire, puisque dans les mariages traditionnels, "la mariée était entourée d'un groupe de femmes sur le trajet qui la menait de chez elle à la maison de son futur époux". L'épouse portait bien un costume particulier (un voile jaune profond marquant son entrée dans la société) mais rien du côté de ses suivantes.

La réponse finalement, pourrait bien se trouver du côté de la cour royale britannique. Lou Taylor, professeure en histoire du textile et de la mode à l'Université de Brighton, indique ainsi que les demoiselles d'honneur et leurs tenues similaires ont probablement été influencées par les mariages royaux sous la gouvernance de la reine Victoria. Elle conclut : "Ces occasions permettaient d'afficher en public son pouvoir et son soutien à la famille royale, en particulier lors de la procession des mariages dans les rues de la capitale jusqu'à l'abbaye de Westminster". 

 Source

Commenter cet article

Archives