Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Oufti-1 a rejoint l'espace

Publié le 26 Avril 2016, 10:16am

Catégories : #SCIENCE

Oufti-1 a rejoint l'espace

Après trois reports consécutifs, la fusée Soyouz VS14 emportant notamment le premier nanosatellite belge, Oufti-1, a été lancée "avec succès" depuis le Centre spatial guyanais (Kourou) lundi à 23h02 HB, a confirmé la société Arianespace sur le réseau social Twitter.

Après deux reports dus à la météo, et un troisième dû à "une anomalie sur la centrale à inertie de Soyouz" selon un tweet du PDG d'Arianespace Stéphane Israël, le lancement initialement prévu vendredi dernier s'est déroulé sans problème apparent lundi. 

Soyouz emporte dans l'espace trois Cubesat (nanosatellites en forme de cube) dont Oufti-1, conçu par des étudiants de l'Université de Liège (ULg) et de plusieurs hautes écoles de la région liégeoise dans le cadre du programme "Fly Your Satellite" de l'ESA qui vise à stimuler les vocations scientifiques.

Oufti-1 (acronyme pour Orbital Utility For Telecommunication Innovations) mesure 10 cm de côté, pèse un kilo et développe une puissance d'un watt. Équipé d'une multitude de technologies de pointe (panneaux solaires, batterie avec régulation technique, système de télécommunication, etc.), le premier nanosatellite belge devra remplir deux missions. 

La première sera de servir de relais dans l'espace pour les radioamateurs utilisant le système de télécommunication numérique D-STAR. La deuxième sera de tester de nouvelles cellules solaires à haut rendement. Oufti-1 sera placé sur une orbite elliptique inclinée de 98°, à une altitude comprise entre 450 et 660 km de la terre. Il devrait avoir une durée de vie opérationnelle d'environ deux ans.

La fusée russe a également pour mission de mettre en orbite le satellite européen Sentinel-1B, frère jumeau de Sentinel-1A lancé il y a deux ans, et le Satellite Microscope du Centre national d'études spatiales (CNES) qui entend mettre à l'épreuve un principe de la théorie d'Einstein. 

La mission Sentinel-1 consiste en une paire de satellites (1-A et 1-B) équipés chacun d'un radar sophistiqué et capable de fournir des images de la surface de la Terre de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météorologiques.

Au-dessus des mers et des océans, le satellite fournit des images pour dresser des cartes des glaces ou détecter d'éventuels déversements d'hydrocarbures. Au-dessus des terres, il permet d'observer l'utilisation des sols et de surveiller les glissements de terrain. La mission doit aussi permettre de réagir plus rapidement en cas d'inondations ou de séismes.

Cette mission fait partie de l'ambitieux programme Copernicus de l'Union européenne, pour la surveillance de l'environnement. Il comprend plusieurs types de satellites Sentinel appelés à fonctionner par paire. 
 

 

source

Commenter cet article

Archives