Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Nicolas, 31 ans, gagne 8 500 euros par mois sans bouger de sa chaise

Publié le 27 Avril 2016, 10:32am

Catégories : #TECHNOLOGIE, #ECONOMIE

Nicolas, 31 ans, gagne 8 500 euros par mois sans bouger de sa chaise

Nicolas nous a contactés suite à notre article «  Peut-on vraiment gagner de l’argent sur Internet ?  ». Car lui en gagne, et beaucoup, depuis qu’il a ouvert son blog. Par une drôle de mise en abyme, il y liste des astuces pour «  gagner de l’argent sans tomber dans des arnaques  ». Au début, on n’y croyait pas trop. 

Mais le blogueur de 31 ans nous a ouvert ses comptes avec transparence. Et sa courbe de revenus mensuels impressionne : en six mois, ils ont presque triplé, de 2 500 euros en août dernier à 8 400 aujourd’hui. 

Et il nous promet qu’avec les bonnes techniques, «  tout le monde peut faire ce que j’ai fait. Ouvrir un blog et gagner sa vie ». Ses principales sources de revenus sont :

  • La pub.
  • L’affiliation (un système de parrainage où vous êtes rémunérés si quelqu’un clique sur un lien à partir de votre site).
  • Les articles sponsorisés.

Il raconte qu’il a travaillé tous les soirs pendant un an et demi pour monter son projet et claquer la porte de son ancienne boîte, en juin dernier. Un job d’informaticien dans une grosse entreprise de marketing en Espagne, qui «  ne le passionnait pas  », payé 2 000 euros net. 

« S’impliquer pour y arriver »

Avant de devenir blogueur professionnel, Nicolas avait déjà écrit en amateur sur le développement personnel ou son Erasmus à Dublin, mais dit qu’il est loin d’être «  un très bon rédacteur  ».

«  Evidemment, il n’y a pas de solution miracle, c’est ce que j’explique sur mon blog. Il faut s’informer beaucoup, s’impliquer pour y arriver. »

Et aussi être malin. Il sait bien que la majorité des gens qui gagnent de l’argent sur Internet, ses lecteurs notamment, ne vont se faire que quelques centaines d’euros maximum. Nicolas reste une exception.

Son père, un fou des comptes

Principale explication de son succès financier : son blog est le premier dans les résultats Google de «  gagner de l’argent  ». Du coup, 85% du trafic de son site (5 000 visiteurs uniques par jour) vient du moteur de recherche. Et c’est en partie pour ça qu’il a choisi ce thème.

Pour être bien placé, il dit n’avoir utilisé que des techniques de référencement « naturel » et jamais acheté de liens car « Google n’aime pas et c’est donc une mauvaise idée sur du moyen-long terme ». 

«  J’avais fait des recherches notamment sur des blogs américains et capté qu’en France c’était possible d’être premier sur ces questions. Il y avait une niche à prendre. »

Surtout, le sujet l’intéressait «  depuis longtemps  ». Il affirme :

« J’ai toujours cherché à gagner de l’argent. Quand j’étais petit avec mon frère on vendait un journal mais le voisin nous a menacé de nous dénoncer à la police. J’ai essayé les paris sportifs mais c’était une arnaque. Puis je répondais à des e-mails rémunérés [des systèmes qui vous payent quelques centimes pour les ouvrir et les scroller, voire cliquer sur un lien, ndlr], ce genre de chose. »

Fils d’un employé de banque et d’une mère au foyer, il a grandi dans une famille où «  il fallait faire attention  ». Son père était un fou des comptes, «  et grâce à ça on n’a jamais manqué de rien  ». Lui-même ne fait jamais de « dépenses extravagantes », et met à jour ses comptes sur une appli dédiée, «  Financisto  ». Il l’a utilisée pour nous ouvrir son porte-monnaie.

Nicolas, auteur du blog ABC Argent
Nicolas, auteur du blog ABC Argent - Alice Maruani

Je le rencontre à la terrasse d’un café près de gare de l’Est. Encore bronzé du ski – «  mes premières vacances à la neige, j’ai beaucoup dépensé  » – il est de passage à Paris avant son retour à Madrid, où il vit avec sa copine.

A l’entendre, Nicolas a une vie de rêve, avec un blog qui lui assure une sorte de rente – «  même quand je ne travaille pas, je gagne de l’argent  » – des vacances quand il le souhaite, et pas de patron. Ça donne envie, et il le sait : «  Si tu veux te reconvertir, je peux t’aider ». Confession : j’ai gardé son contact, juste au cas où.

Revenus : 8 510 euros par mois

  • Revenus tirés du blog : 8 400 euros par mois 

C’est son revenu moyen sur les quatre derniers mois.

Son travail consiste à écrire des articles et faire une veille d’information sur ses sujets. Mais aussi répondre aux e-mails de ses lecteurs, animer sa communauté et gérer ses partenariats et un peu de paperasse. Il est libre de travailler quand il veut mais ne peut pas trop se relâcher non plus.

« Quand j’écris moins d’articles, je vois souvent mes revenus baisser. »

Aujourd’hui, il cherche à se développer en montant des blogs pour d’autres personnes.

La publicité représente environ 20% de ses revenus. Pour le reste, c’est surtout de l’affiliation : des liens qu’il met sur son site et qui lui rapportent de l’argent par un système de parrainage.  « Mais je suis très transparent avec mes lecteurs, je leur indique à chaque fois que je gagne de l’argent s’ils cliquent ». 

Un avertissement sur le site de Nicolas
Un avertissement sur le site de Nicolas - abcargent.com

Et aussi des articles sponsorisés, pour lesquels les entreprises viennent vers lui avec une offre.

  • Dividendes : 80 euros par mois

​Nicolas a investi 3 500 euros l’an passé dans des fonds d’investissement, au pifomètre. Ca fluctue et ça le stresse un peu.

« Je suis frileux avec le fait d’investir. Je n’aime pas perdre le contrôle. »

Il pense en ce moment à l’immobilier, plus sûr. Mais « ce n’est pas pour tout de suite », il doit d’abord trouver la meilleure option, donc s’informer à fond.

  • Intérêts : 30 euros par mois

​Le blogueur va sur des sites de prêts entre particuliers ou pour les PME, avec des taux à 7% environ, et où le risque de perdre de l’argent est faible. 

Dépenses fixes : 3 972 euros par mois

  • Loyer : 700 euros par mois

Il habite avec sa copine dans la banlieue de Madrid. Un 50m2 avec une grande terrasse. « Pour avoir la même chose dans le centre, on paierait beaucoup plus. Mais on pense quand même à déménager. »

  • Charges (électricité, eau, etc.) : 80 euros par mois

​« Je n’ai pas utilisé de comparatif, c’est le propriétaire qui a choisi les opérateurs. »

  • Téléphone : 10 euros par mois

Pour dépenser juste ce qu’il faut, Nicolas a fait un tableur Excel de ses consommations. « Ma copine s’est foutue de moi ». Il a opté pour un forfait sans engagement, 1 heure d’appels, 1 Gigaoctet de données.

  • Frais bancaire : 10 euros par mois
  • Impôts sur le revenus : 1 500 euros par mois

Cette partie était difficile à calculer, à cause du système espagnol de prélèvement à la source, combiné à son statut d’indépendant. Il paye une partie des impôts en « anticipé » (1 180 euros par mois), et une autre a posteriori, par rectification – un peu comme avec les échéanciers d’électricité, où on nous demande de l’argent quand on a dépensé plus, et inversement.

Son taux d’imposition était de 20%, mais devrait passer à 30% avec l’augmentation de ses revenus, donc un ajustement d’environ 3 000 euros sur l’année. `

  • Forfait mensuel d’auto-entrepreneur : 130 euros par mois

​En Espagne, les indépendants cotisent chaque mois, au forfait.

« Comme la plupart des gens dans mon cas, je cotise au minimum. Ca veut dire que je paye moins pour ma retraite, ce genre de choses. Mais je préfère me faire ma retraite moi-même. »

  • Espace de coworking : 120 euros
  • Expert comptable : 60 euros

Il l’aide à émettre ses factures et les présenter à l’administration espagnole.

  • Dépense « business », applis et services  : 220 euros par mois

ll s’agit ici des services qu’il paye pour améliorer son blog. Evernote, Dropbox côté grand public. Et d’autres services plus spécialisés pour mesurer ses statistiques, savoir qui clique sur ses liens, lui fournir des templates, acheter des pubs de temps à autre, et aussi payer des piges à d’autres rédacteurs.

  • Mutuelle (santé) : 82 euros par mois
  • Transport : 40 euros par mois

​Il n’a pas de carte de transport parce qu’il travaillait chez lui puis au coworking où il peut aller à pied. Mais il dépense de l’argent pour aller dans le centre. « Ca reste en dessous d’un forfait qui coûte 52 euros. »

  • Abonnement Spotify et Netflix  : 20 euros par mois
  • Etudes en Master de sa petite amie : 1 000 euros

« Ça ne me dérange pas, mais elle ça la gène un peu. »

Dépenses variables : 948 euros par mois

« Depuis que je gagne mieux ma vie, elles ont tendance à augmenter. » Mais pas de beaucoup. « Ce n’est pas une raison pour dépenser à tout va. » Quand il achète en ligne, il le fait via des sites qui proposent un « cashback » de 1 à 5% de ses achats, « c’est pas grand chose mais c’est déjà ça ».

  • Courses et alimentation : 166 euros par mois

​« C’est généralement moi qui les fais, parfois c’est ma copine. »

  • Livres : 21 eu​ros par mois

« J’en achète peu mais parfois je fais des gros craquages. A la Fnac l’autre jour j’en ai eu pour 100 euros. J’ai toujours pas fini de les lire. »

  • Sport : 0 euros par mois

​« Avant, je faisais de l’escalade mais j’ai arrêté. Aujourd’hui je cours, et c’est gratuit. »

  • Vêtements : 56 euros par mois

« Je n’en achète presque jamais, du coup ça me semble pas mal en fait ! Généralement j’y vais deux fois l’an et j’achète plein de trucs d’un coup. Cette année, j’ai aussi acheté un costume pour un mariage, ça me semble raisonnable. »

  • Cinéma : 15 euros par mois

Nicolas aime bien le ciné. Il y va une fois par semaine environ, à la séance la moins chère de la semaine. 

  • Restos et bars : 190 euros par mois

​Il ne sort « pas tant que ça ». Cette dépense est restée à peu près fixe ces derniers mois. En général, il réserve en avance sur des applis pour avoir des réductions (quand il est à Paris : sur la Fourchette). 

  • Voyages : 500 euros par mois

​C’est son principal poste de dépenses. Là, il se fait plaisir.

« J’ai été en Nouvelle-Zélande pendant un mois, et dernièrement à Séville, et au ski. »

Il envisage de faire un tour du monde avec sa copine grâce à l’argent qu’il aura mis de côté.

Epargne : 3 590 euros par mois

Avec ce qu’il met de côté, il pense voyager, acheter un chien et une voiture. Et, à plus long terme, investir pour développer son activité en embauchant quelqu’un par exemple.

source

Commenter cet article

Archives