Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les entreprises familiales plus optimistes

Publié le 29 Avril 2016, 12:18pm

Catégories : #ECONOMIE, #ENTREPRISE

Les entreprises familiales plus optimistes

Les entreprises familiales (à l’actionnariat majoritairement familial) représentent entre 70 et 80 % des entreprises en Belgique et y génèrent plus de 55 % de l’emploi. Mais il s’agit d’un ‘groupe cible’ relativement peu étudié en tant que tel.

C’est pourquoi ING Belgique s’est plongé dans la vaste enquête SAFE semestrielle de la Banque centrale européenne – sur les PME et leur financement – pour y analyser plus en profondeur l’échantillon de quelque 500 entreprises familiales belges sondées.

Le premier constat est le regain d’optimisme des PME familiales : 62 % des entreprises s’attendent à une progression de leur activité pour 2015-2017. Méthode Coué alors que seulement 32 % d’entre elles ont eu cette chance les années écoulées, le reste se contentant au mieux d’un statu quo, au pire d’un recul ?

Satisfecit bancaire…

L’étude nous éclaire aussi sur ce que les PME familiales considèrent comme leurs principales entraves au développement. Les freins les plus souvent cités (avec une gravité moyenne située en 6 et 6,5 sur une échelle de 10) sont la difficulté à trouver des gens qualifiés et les coûts de production et de main-d’œuvre. Deux problèmes très « politiques » donc.

A contrario, ING épingle, non sans un certain satisfecit, que l’accès au financement n’arrive qu’en 6e position parmi lesdits freins, avec un score de 4,1 sur une échelle de 10. « Cette étude nous apprend qu’il n’y a pas, à un niveau macroéconomique, un problème généralisé d’accès au financement pour les entreprises familiales dans notre pays. Je peux vous dire que la situation est toute différente dans un pays comme l’Espagne, par exemple. Ceci ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de drame parmi la minorité de PME qui ne parviennent pas à se financer. Ou qu’il n’y ait pas de poches, notamment parmi les starters, où l’accès au financement est plus difficile », commente Philippe Ledent, économiste senior chez ING Belgique.

Selon lui, cette étude corrobore en grande partie un autre sondage réalisé par Look&Fin et BECI auprès de 200 PME bruxelloises (hors horeca) selon lequel 25 % des PME estiment que le problème de financement, aggravé depuis la crise financière de 2008, constitue un frein à leur développement.

Cette autre étude Look&Fin/BECI confirme par ailleurs le sentiment que l’âge d’une entreprise est souvent inversement proportionnel à sa capacité à décrocher des crédits bancaires. Ainsi, 95 % des PME de moins de 10 ans sont obligées de fournir des garanties pour décrocher un crédit bancaire, alors que cette part tombe à 35 % pour les PME de plus de 15 ans. À cet égard, les entreprises familiales, bâties parfois sur plusieurs générations, sont sans doute privilégiées.                         source

Commenter cet article

Archives