Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les bonnes tactiques pour payer moins d’impôts

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Avril 2016, 11:22am

Catégories : #ASTUCES, #ECONOMIE, #ARGENT

Les bonnes tactiques pour payer moins d’impôts

Investir uniquement pour bénéficier d’un avantage fiscal est rarement un bonne décision. Mais plus la facture est élevée, plus il est tentant de céder aux sirènes de la défiscalisation.

Le succès de l’investissement immobilier Pinel n’est certainement pas étranger au choc qu’on ressenti certains contribuables en découvrant le montant de leur dernier impôt sur le revenu. Devant la hausse de la facture, certains sont prêts à se lancer dans des opérations de long terme, parfois risquées, pas toujours rentables… Mais qui donnent l’insigne satisfaction de voir baisser la dîme versée au percepteur. Comment trouver la bonne voie dans ce jeu, pas toujours gagnant pour le contribuable, qu’est la défiscalisation ?

Première difficulté à résoudre, sur quel terrain joue-ton ? Le premier est celui de la déduction du revenu imposable. En d’autres termes, les montants engagés ne sont pas déduits de l’impôt final mais des revenus à déclarer. C’est généralement le plus favorable car les déductions ne sont pas concernées par le fameux plafonnement des niches fiscales à 10 000 euros (voire 18 000 dans certains cas).

 

Ici, l’opération sera d’autant plus fructueuse que la tranche marginale d’imposition est élevée : il est plus rentable de réduire la base imposable quand on est taxé à 45 % qu’à 14 %. C’est sur ce mécanisme d’incitation qu’est par exemple fondé le PERP (plan d’épargne retraite populaire). Beaucoup de PERP ont été commercialisés par des grands réseaux bancaires à des particuliers qui, faute d’être imposables ou l’étant très peu, sont complètement passés à côté de cet avantage. D’ailleurs, dans le projet de loi Sapin 2, il est prévu de permettre à ces « petits » PERP une sortie en capital alors que le produit impose normalement une sortie en rente (imposable).

Deuxième terrain de jeu de la défiscalisation, celui qui rassemble les crédits ou réductions d’impôt. Dans les deux cas, on peut déduire les sommes engagées du montant de l’impôt dû. Un effet directement mesurable… mais désormais, sauf exceptions, raboté à 10 000 euros. Et il ne s’agit pas d’un plafond par investissement mais d’un plafond global. C’est notamment le modèle de la réduction d’impôt Pinel consentie pour un investissement dans l’immobilier locatif neuf ou encore de l’avantage fiscal prévu pour l’emploi d’un salarié à domicile. Par exemple, un ménage qui déduit déjà de son impôt 5 000 euros grâce à sa femme de ménage et sa nounou ne dispose plus que de 5000 euros à déduire au titre de la loi Pinel. Il ne faut pas l‘oublier lorsque les commerciaux aguerris poussent à la signature en présentant des simulations avantageuses. Il n’est pas toujours évident que l’acquéreur fera le plein de l’avantage fiscal.

Dernière subtilité : ne pas confondre crédit et réduction d’impôt. Dans le premier cas, si le montant de l’impôt est inférieur à l’avantage fiscal consenti, le fisc rembourse le contribuable. Dans le second, l’avantage fiscal est tout simplement perdu… Autant de règles à connaître avant de se lancer dans la partie. 


Source

 

Commenter cet article

Archives