Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le tabagisme augmente le risque de mortalité chez les schizophrènes

Publié le 21 Avril 2016, 09:53am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #TABAC

Le tabagisme augmente le risque de mortalité chez les schizophrènes

Les schizophrènes ont plus de mal à arrêter de fumer. Ils sont donc plus à risque de mourir de maladies cardiaques.

Le tabagisme augmente le risque de mortalité chez les schizophrènes

Les personnes qui souffrent de schizophrénie sont de gros consommateurs detabac et plus accros que les personnes en bonne santé mentale, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Schizophrenia Research . Et, comme ils ont plus de mal à abandonner le tabagisme, ces patients ont 12 fois de risque que les autres de mourir d'une crise cardiaque.

Les chercheurs de l'université de Montréal (Canada) ont comparé, en utilisant des techniques de neuro-imagerie, les réactions cérébrales de 18 fumeurs atteints de schizophrénie et de 24 fumeurs sans problème de santé mentale. Les participants ont été appelés à remplir un questionnaire pour évaluer leurs symptômes dépressifs.

Les résultats de l'étude ont montré que la prévalence du tabagisme chez les personnes qui souffrent de schizophrénie est élevée et que le taux d'abandon du tabagisme est faible. Les fumeurs atteints de schizophrénie courent 12 fois plus de risques de mourir d'une maladie cardiaque liée au tabagisme que les gens qui ne fument pas.

«Le tabagisme est un véritable problème chez les personnes schizophrènes», explique Stéphane Potvin, chercheur à l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal et auteur de l'étude. «Leur santé et leur espérance de vie sont souvent hypothéquées par cette dépendance dont les mécanismes cérébraux étaient jusqu'à présent encore méconnus», poursuit le professeur agrégé de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal.

De nouvelles études nécessaires

Les chercheurs souhaitent réaliser d'autres études pour comprendre quelle était la cause de cette forte addiction à la nicotine.

 

«C'est nécessaire d'explorer des solutions qui permettront d'appuyer ces personnes dans leurs efforts pour abandonner la cigarette », conclut le chercheur. «C'est pourquoi nous voulons poursuivre nos recherches, pour savoir si cette activation de la partie ventrale du cortex préfrontal est causée par la maladie elle-même ou par les antipsychotiques.»

A lire aussi:

Schizophrénie : un pas vers la compréhension de la maladie

La schizophrénie aurait un gène commun à la prédisposition à fumer du cannabis

Schizophrénie : un jeu améliorerait la vie des patients

 

 

Commenter cet article

Archives