Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le microdon, le petit geste qui monte

Publié le 20 Avril 2016, 11:21am

Catégories : #ECONOMIE

Le microdon, le petit geste qui monte

Et si le don faisait partie de notre quotidien ? L'entreprise Microdon, lancée en 2009, propose à chaque client d'effectuer des dons tout simplement en arrondissant les sommes payées en caisse. Ces quelques centimes, multipliés par des centaines d'achats, peuvent permettre de collecter des dizaines de milliers d'euros pour des associations caritatives. « Les petits ruisseaux font les grandes rivières », résume la page d'accueil du site internet de Microdon. Un autre système a également été mis en place pour chaque entreprise afin d'effectuer des dons sur les salaires. Des dizaines d'enseignes et d'entreprises ont déjà été convaincues par le système, et un million d'euros de dons ont été collectés l'an dernier ! Pierre-Emmanuel Grange, qui a fondé Microdon, présentera son entreprise lors du forum ÉcoRévolutions, organisé par Le Point en mai prochain. Il nous explique sa démarche.

Le Point.fr : Comment l'idée de créer Microdon est-elle née ?

 

 

Pierre-Emmanuel Grange, fondateur de Microdon. © DR

 

Pierre-Emmanuel Grange : Je travaillais dans un grand groupe américain. Bénéficiant d'un programme pour jeunes diplômés, j'ai été envoyé pour une mission au Mexique. Sauf que j'avais pris « allemand » en deuxième langue et que j'étais limité dans les échanges ! La première fois que je suis allé au supermarché, l'agent de caisse me pose une question et je réponds « oui » bêtement. En fait, je venais d'accepter l'arrondi. En somme, je payais quelques centimes de plus destinés à des œuvres de charité. J'ai trouvé ça génial, j'étais amoureux de cette idée !

Pourquoi avez-vous franchi le pas et créé cette entreprise ?

J'avais envie d'expérimenter l'idée, d'aller plus loin. J'ai d'abord confronté l'idée à des personnes de mon entourage, qui m'ont encouragé à la faire. En fait, payer une somme ronde, c'est presque inscrit dans le subconscient collectif. À la station-service, la majorité des personnes vise un chiffre rond avant d'arrêter la pompe. Il y avait donc une attente, un potentiel « marché », comme on dit en terme commercial. Il fallait que je me lance !

Concrètement, comment  Microdon fonctionne-t-elle ?

Le principe, c'est de greffer une opportunité de dons dans nos achats quotidiens. Nous parlons de « générosité embarquée ». À titre d'exemple, nous avons mis le système en place dans les magasins Adidas. Au moment de payer, la machine à carte bleue demande au client s'il souhaite arrondir le prix, généralement à un euro supplémentaire, pour contribuer à une association. En cinq mois, dans les 29 boutiques de la marque, nous avons récolté plus de 100 000 euros !

Vous proposez également un système aux entreprises…

Exactement. Les entreprises peuvent choisir des associations bénéficiaires et, chaque mois, les salariés sont directement prélevés sur leur salaire. Nous souhaitons que ce petit geste soit le début d'autre chose. Le don en entreprise, ça permet de créer du lien avec les associations, de tisser des partenariats et d'engager les entreprises dans un geste concret.

 

« Démontrer que chacun peut contribuer »

Des entreprises ont déjà mis en place ce « don sur salaire » ?

Il y a une quarantaine de grandes entreprises, soit environ 100 000 salariés, qui y contribuent. Parmi ces entreprises, on compte la Maif, Pepsico, Raja ou encore la Française des jeux. Concernant le système de « don en caisse », les enseignes Franprix, Nature et Découverte ou encore Devred y participent.

Microdon est une entreprise. Quel est son modèle économique ?

Nous, nos « clients », ce sont les entreprises. Mais nous garantissons que 100 % des dons vont directement aux associations. Ce qui a été compliqué, c'est que nous avons dû créer nous-mêmes notre « marché » et l'offre. Il n'y avait pas de référentiel sur lequel se baser !

Quelles sont les perspectives de Microdon ?

Désormais, les initiatives solidaires se multiplient et il y a une réelle maturité sur le sujet de la part des entreprises. L'an dernier, nous avons réussi à collecter un million d'euros de dons. L'essentiel, alors qu'un Français sur deux ne donne pas d'argent aux associations, c'est de démontrer que chacun peut contribuer, même à une toute petite échelle. Nous sommes ainsi proches de la fameuse philosophie du colibri vantée parPierre Rabhi.

Pierre-Emmanuel Grange fait partie des intervenants au forum ÉcoRévolutions, organisé par Le Point les 10 et 11 mai prochains à Nancy. Plus d'information sur notre site dédié.                                                                                                                                              source

Commenter cet article

Archives