Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La beauté d’une policière agite la toile

Publié par MaRichesse.Com sur 1 Avril 2016, 03:14am

Catégories : #POLICE, #INSOLITE, #CANADA

La beauté d’une policière agite la toile

A Chateauguay, dans la grande banlieue de Montréal, au Québec, la police est en émoi. Il faut dire que l’une de ses membres s’est fait remarquer ces derniers jours sur internet suscitant une enquête interne de la part de sa hiérarchie. 

 

"Likes" par centaines et demande en mariage

A première vue, pourtant, rien de répréhensible dans la photo de l’une de ses agents photographiés dans sa voiture de police avec tout l’attirail lié à sa fonction : gilet pare-balles, écusson de la ville et lunettes de soleil. Le cliché serait sans doute passé inaperçu s’il n’avait atterri sur une page Facebook américaine consacrée aux actions de la police et de l’armée.

Rapidement, la beauté de la fonctionnaire de police est saluée à travers les "likes" qui s’accumulent sous son portrait et les commentaires pleuvent. "Avec une policière comme ça, tout le monde veut se faire arrêter", réagit notamment un internaute. Une personne l’a même demandée en mariage, a repéré Le Journal de Montréal, qui rapporte l’histoire.

 

 

Les selfies interdits en service

"On a décidé d’ouvrir une enquête afin de déterminer s’il y a eu manquement aux directives déontologiques et disciplinaires de la Ville", a indiqué l’inspecteur Yanick Dufour, de la police de Châteauguay, cité par le quotidien. Le journal précise en effet que les agents n'ont pas le droit de prendre des photos d’eux en service et de les publier ensuite sur les réseaux sociaux.

L’enquête devra notamment déterminer si la jeune femme, qui n’a aucune notification dans son dossier disciplinaire, a posté elle-même la photo ou si cette publication est l’œuvre d’une tierce personne. En attendant, la policière n’a pas été suspendue de ses fonctions par son employeur, qui n’a d’ailleurs pas exigé le retrait du cliché. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives