Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L'innovation : de l'oxygène et de l'élan pour l'économie belge

Publié le 20 Avril 2016, 15:13pm

Catégories : #ECONOMIE

L'innovation : de l'oxygène et de l'élan pour l'économie belge

De nombreux pays vivent aujourd'hui la transition d'une économie industrielle vers une économie tertiaire moderne. La Belgique ne déroge pas à la règle. De nombreux entrepreneurs innovants opèrent donc sur le(s) nouveau(x) marché(s). Leurs collaborateurs et eux pensent et travaillent autrement qu'hier.

L'innovation : de l'oxygène et de l'élan pour l'économie belge

La société et l'économie belges ont connu d'importants changements, ces dernières années. Epinglons la crise financière et économique, mais aussi le ralentissement actuel de la croissance. Sans oublier les épiphénomènes qui découlent éventuellement des tendances précédentes.

 

 
Olivier Peeters, BNP Paribas Fortis.

Olivier Peeters, BNP Paribas Fortis.

 

Olivier Peeters est responsable de l'innovation, tant en interne qu'en externe, chez BNP Paribas Fortis. " Jusqu'il y a une dizaine d'années, les jeunes intégraient automatiquement une grande entreprise au terme de leurs études supérieures et y restaient le plus longtemps possible. Aujourd'hui, 50% des jeunes diplômés envisagent de rejoindre une petite structure. Ils changent plus souvent d'employeur ou décident, à un certain moment, de lancer leur propre activité indépendante. "

 

 
Raf Spinoy, BNP Paribas Fortis.

Raf Spinoy, BNP Paribas Fortis.

 

1.000.000 d'indépendants

" Plus d'un million de personnes travaillent sous le statut d'indépendant dans notre pays ", explique Raf Spinoy. En sa qualité de Directeur de La banque des Entrepreneurs chez BNP Paribas Fortis, Raf est responsable du segment des petits indépendants, des professions libérales et des PME dont le chiffre d'affaires est inférieur à 7,5 millions d'euros. " De nombreuses personnes lancent une activité indépendante après leur retraite et beaucoup de salariés exercent aussi une activité indépendante à titre complémentaire. N'oublions pas que de nombreux salariés ont perdu leur emploi pendant la crise et qu'ils désirent ou ont besoin d'un supplément de revenus ou de pension. "

 

 
Bernard Janssen, ING.

Bernard Janssen, ING.

 

Bernard Janssen est responsable du segment Professional Banking d'ING, qui cible essentiellement les professions libérales et les petites entreprises. " Le nombre d'indépendants a grimpé de 36%, ces dix dernières années. Cette croissance est principalement due aux professions libérales médicales, en raison du vieillissement de la population et des avancées majeures de la médecine. De nombreuses maladies ont aujourd'hui un caractère chronique plutôt qu'aigu. Nous vivons plus vieux et en meilleure santé, mais nous avons aussi besoin de soins médicaux plus longtemps. "

 

 
Joëlle Boutefeu, Securex.

Joëlle Boutefeu, Securex.

 

Entreprendre par pure -passion

Business Coach chez Securex, Joëlle Boutefeu constate, elle aussi, chaque jour à quel point le marché du travail change. " On dénombre de plus en plus d'indépendants. Un point important est que le nombre celui des indépendants à titre complémentaire connaît une croissance plus rapide que celui indépendants à titre principal. Les gens sont visiblement de plus en plus nombreux à cumuler des les emplois. Peut-être parce qu'ils souhaitent - après les crises - faire de leur passion ou hobby leur travail, sans pour autant abandonner directement la sécurité de leur fonction. Ou parce qu'ils misent sur leur qualité de vie et la diversité. Peu d'indépendants à titre complémentaire deviennent d'ailleurs indépendants à titre principal. Les tendances sont nettes, mais la rigidité de la réglementation du travail freine encore l'évolution. "

 
PARTAGER

"Laissez collaborer des travailleurs expérimentés avec des jeunes collègues diplômés: ce mélange fonctionne!"

" De plus en plus de travailleurs de 35 à 45 ans se lancent dans l'aventure de l'entreprise ", souligne Olivier Peeters. " Par choix délibéré ou parce qu'ils se lassent de leur emploi ou de leur employeur. Nous notons, en parallèle, que les entreprises innovantes connaissent un vif succès lorsque des travailleurs expérimentés collaborent avec leurs jeunes collègues diplômés. Ce mélange d'expériences, de connaissances, de réseaux, d'enthousiasme, de curiosité et d'ambition fonctionne assurément ! Les grandes entreprises devraient, elles aussi, prendre le pli de promouvoir l'esprit d'entreprendre en interne. Il s'agit d'une excellente manière de laisser une chance aux idées innovantes, de rompre avec la routine et de tirer un trait sur le burnout. "

Augmentation du nombre d'indépen-dants exerçant entre 2010 et 2015*

Selon une enquête menée par le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) - en collaboration avec Securex et la Compagnie Royale des Experts Comptables et Comptables (CRECCB) - seuls 17 % des indépendants à titre complémentaire développent une activité indépendante par nécessité (pour des raisons financières). La plupart le font à titre de hobby (25%) ou par passion (40%). Les indépendants à titre complémentaire ne sont toutefois que 23% à envisager une activité indépendante à titre principal : la sécurité financière dont bénéficie un salarié reste importante.

*En 2015, le nombre d'indépendants exerçant à titre principal a connu une croissance un peu plus forte que celle des indépendants à titre complémentaire.

Source : Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI)                                                                         source

Commenter cet article

Archives