Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


«Je me demande si porter des couches n’est pas devenu source d’excitation»

Publié le 30 Avril 2016, 10:22am

Catégories : #SCIENCE

«Je me demande si porter des couches n’est pas devenu source d’excitation»

Cette semaine, Lucile conseille Raphaël, qui sent qu’il «redevient un bébé», y compris dans ses fantasmes sexuels, et s’en inquiète.

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse:cestcomplique.slate@gmail.com.

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

J’ai 20 ans et cela fait trois ans que je suis parti de chez mes parents.

Dans des périodes de stress ou de fatigue intense, il m’arrive de ne plus pouvoir me retenir pendant la nuit. À force, ces incidents m’ont obligé à porter des protections d’habitude réservées aux enfants jusqu’à 15 ans.

Petit à petit, porter une couche en cas de pipi au lit est devenu rassurant, au point de ne plus pouvoir m’en passer sans me réveiller trempé et devoir passer une heure à tout nettoyer.

Mon problème va au-delà de ces simples soucis: je sens que je redeviens un bébé et cela déteint sur ma personne.

Dans certains cauchemars, des amies découvrent ce secret, puis cela se transforme en rêve mouillé quand elles s’occupent de moi comme si j’étais leur enfant, me changent, etc.

Finalement, je me demande si le fait de porter des couches, après une certaine période d’adaptation, ne serait pas devenu une source d’excitation pour moi.

Petit à petit, porter une couche en cas de pipi au lit est devenu rassurant

Je me sens vraiment perdu, alors j’envoie ce message en espérant que vous puissiez m’aider, m’apporter des réponses ou un avis.

Raphaël

Cher Raphaël,

L’énurésie chez l’adulte n’est pas si exceptionnelle que nous voulons tous le croire puisque 2 à 3% des adultes en souffriraient. Les raisons sont celles dont vous parlez: un traumatisme, du stress, de la fatigue. Même si le tabou social existe, vous pouvez toujours en parler avec votre médecin, qui vous orientera vers l’une ou l’autre des solutions pour remédier à ce problème: thérapie, médicaments, adaptation de l’hygiène de vie.

Ce qui m’interpelle, c’est le parallèle que vous semblez en faire avec vos fantasmes et donc votre vie sexuelle. Il n’est pas exclu que cela soit un mécanisme de défense mais il existe aussi une communauté forte de fétichistes qu’on nomme les «adults babies» ou les «diapers lovers». Les premiers aiment être infantilisés à l’extrême et être choyés, nourris, traités comme des bébés par des femmes appelées «nounou». Les seconds aiment porter des couches culottes, faire leurs besoins à l’intérieur et être changés. Dans le monde du fétichisme, ces deux communautés, AB et DP, sont bien distinctes. Et je me sens obligée de préciser que cela n’a rien à voir avec une sexualisation de l’enfant et une éventuelle pédophilie.

Vous êtes au croisement de deux chemins. L’un est celui de la guérison de l’énurésie. L’autre est celui du fétichisme

Vous imaginez bien que la mise en pratique n’est pas évidente; c’est pourquoi les fétichistes de ces types ont souvent recours aux services d’une maîtresse dominatrice. Avec un peu de chance, il n’est toutefois pas impossible de trouver une «nounou» spécialisée dans les «adult babies» qui s’occupera de vous tendrement, avec ou sans compensation financière. Ces expériences sont souvent soumises à des rendez-vous, codifiées, mais sans violence et de manière générale sans dérives sexuelles. Hommes comme femmes y trouvent leurs comptes dans la fuite d’un quotidien parfois trop pesant ou dans les souvenirs d’une période de leur vie plus simple et douce.

Mais, avant de se lancer dans la mise en pratique, peut-être vaut-il mieux être sûr que ces tendances sont bien les vôtres: et pour cela il existe une quantité demoyens de mise en relation, vidéos, récits de fétichismes de ces genres sur internet.

La question ici est de savoir ce que vous désirez en faire. Vous êtes au croisement de deux chemins. L’un est celui de la guérison de l’énurésie avec une équipe de médecins et thérapeutes qui vous permettrait d’avoir une vie d’adulte «normale»et la possibilité d’une vie amoureuse qui aille dans ce sens. L’autre est celui du fétichisme, de l’appartenance à une communauté soudée mais souvent mal comprise.

Je ne peux pas prendre cette décision à votre place mais je peux néanmoins vous assurer que, dans un cas comme dans l’autre, vous n’avez aucune honte à avoir. Que vous décidiez que c’est une maladie ou un penchant, vous n’êtes pas seul et vous ne faites de mal à personne. Avoir des désirs non conventionnels est souvent un chemin semé d’embûches mais il est aussi l’assurance d’une vie personnelle riche en rencontres et en expériences. Quelle que soit votre décision, je vous souhaite de trouver la sérénité et d’avoir la chance d’être entouré par des personnes qui vous comprennent.

Lucile Bellan

 
 
 

Commenter cet article

Archives