Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Hydrocarbures : l'italien ENI veut investir 20 milliards d'euros en Afrique

Publié le 20 Avril 2016, 11:28am

Catégories : #ECONOMIE

Hydrocarbures : l'italien ENI veut investir 20 milliards d'euros en Afrique

Le producteur de pétrole poursuit son offensive sur le continent africain, devenu sa première zone de production. Il mise notamment sur le gaz mais aussi sur le solaire.

ENI va investir 20 milliards d'euros sur quatre ans dans des projets pétroliers, gaziers mais aussi dans les énergies renouvelables comme ici au Nigeria, pour la production d'eau potable. 
 
ENI va investir 20 milliards d'euros sur quatre ans dans des projets pétroliers, gaziers mais aussi dans les énergies renouvelables comme ici au Nigeria, pour la production d'eau potable.  © eni
Agandir le texteRéduire le texteImprimerCommenterEnvoyer par mailFacebookTwitterGoogle +Linked InViadéo
Par 

Déjà présent dans une quinzaine de pays africains, la première compagnie pétrolière d'Afrique ENI ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Son directeur général, Claudio Descalizi a annoncé vendredi 15 avril dans le cadre de la conférence big IdEAs (grandes idées) organisée au siège de l'Agence internationale de l'énergie à Paris des investissements du géant pour un montant d' « environ 20 milliards d'euros » sur le continent au cours des quatre années à venir. Cette somme représente « environ 60 % des investissements » prévus par le groupe italien durant cette période, a indiqué le dirigeant italien.

20 milliards d'euros sur quatre ans

 

Ces investissements serviront majoritairement au développement des réserves gazières découvertes récemment par le major. ENI a, en effet, fait d'importantes découvertes de gaz en particulier au Mozambique et récemment en Égypte, portant à plus de 12 milliards de barils ses découvertes au cours des 7 dernières années. «À long terme, nous allons investir encore plus pour développer les champs gaziers géants que nous avons trouvés », a annoncé le responsable. Le second objectif étant de stimuler et diversifier le mix énergétique du continent, en investissant notamment dans le solaire. Selon Claudio Descalzi, malgré ces découvertes et dans le contexte de la forte croissance économique et démographique des économies africaines, l'accès à l'énergie sur le continent est resté médiocre. Depuis quelques années, l'italien investi dans le secteur des énergies renouvelables avec la construction de champs photovoltaïques au Nigeria et au Congo-Brazzaville. « L'Afrique a une demande en énergie en plein essor, mais un mix énergétique non durable », a-t-il expliqué, ajoutant que les pays du continent ont besoin de diversifier leurs sources d'énergie en faveur des énergies renouvelables et plus propres. Selon le directeur le groupe italien dépense déjà « des centaines de millions d'euros » dans le développement de l'énergie solaire en Afrique. Selon lui, le potentiel du domaine est estimé à environ 300 000 gigawatts. « La priorité absolue devrait être de construire un modèle d'énergie qui peut soutenir la croissance démographique. Ce sont les principaux points dont nous discutons avec les différents gouvernements africains », conclut le dirigeant.

L'Afrique premier continent de production

Le géant du pétrole italien revendique une place de leader sur l'Afrique, avec une production évaluée à 1 million de barils par jour et près de 3 millions de barils par jour gérés pour le compte de l'ensemble de ses partenaires. Sur les cinq dernières années, d'importantes découvertes de gaz et pétrole ont été réalisées sur le continent africain notamment : au Mozambique, en Angola, au Ghana, au Gabon, au Congo et dernièrement en Égypte, dans le champ offshore Zhor, qui renfermerait l'équivalent de 5,5 milliards de barils de pétrole. D'autre part, ENI a opéré des accès directs aux ressources algériennes et libyennes via des gazoducs. Au total, sur huit ans, l'italien a mis au jour 15 milliards d'équivalents barils de pétrole. Détenu à près de 30 % par l'État italien (à travers le ministère de l'Économie et des Finances et la Cassa Depositi e Prestiti), ENI a réalisé un chiffre d'affaires de 67,74 milliards d'euros en 2015 (- 27,3 %), pour une perte nette de - 9,378 milliards d'euros, contre un bénéfice net de 850 millions d'euros en 2014, résultat notamment dû à la chute du prix de l'or noir.

source

Commenter cet article

Archives