Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Étude : programmes de prévention insuffisants pour protéger les foetus de l'Accutane

Publié le 26 Avril 2016, 10:34am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

Étude : programmes de prévention insuffisants pour protéger les foetus de l'Accutane

Un groupe de chercheurs voudrait que Santé Canada impose des restrictions plus sévères sur l'utilisation de l'isotrétinoïne, communément appelé Accutane, un médicament utilisé pour traiter des cas graves d'acné qui pose des risques élevés aux foetus.

Selon une étude publiée lundi dans le Journal de l'Association médicale canadienne, jusqu'à la moitié des femmes qui suivent un traitement d'isotrétinoïne ne respectent pas les consignes relatives à la contraception, se mettant à risque de concevoir un foetus avec de graves anomalies congénitales.

L'isotrétinoïne, un traitement contre l'acné, a fait son entrée sur le marché canadien en 1983 sous la marque Accutane. Le médicament est aussi disponible sous la marque Accutane Roche et plusieurs formes génériques.

Le médicament peut causer de graves malformations chez le foetus, notamment à la tête, au visage, au coeur et au système nerveux central.

Santé Canada impose de nombreuses conditions d'utilisation de l'isotrétinoïne, notamment la signature d'un formulaire de consentement. Les femmes doivent aussi fournir deux tests de grossesse négatifs et accepter d'utiliser au moins deux méthodes contraceptives efficaces en tout temps.

Une approche qui ne marche pas, selon l'auteur principal de l'étude, le Dr David Henry. « Le programme n'a que la moitié de l'efficacité qu'il devrait avoir. »

Dr David Henry, scientifique principal à l'Institut de recherche en services de santé (IRSS) et professeur à l'Université de Toronto
Dr David Henry, scientifique principal à l'Institut de recherche en services de santé (IRSS) et professeur à l'Université de Toronto   PHOTO : CBC

Le Dr Henry et son équipe de chercheurs ont étudié les dossiers de 59 271 femmes âgées de 12 à 48 ans de la Colombie-Britannique, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l'Ontario qui ont suivi un traitement d'isotrétinoïne au cours des 15 dernières années.

Au cours de cette période, il y a eu 1473 grossesses, soit environ 100 par année. Selon les auteurs de l'étude, entre 30 et 50 % des patientes n'auraient pas respecté les consignes relatives à la contraception.

Les auteurs de l'étude voudraient que Santé Canada impose des balises encore plus strictes sur l'utilisation de ce médicament chez les femmes qui souffrent d'acné.

[Le médicament] devrait être réservé uniquement pour les cas les plus graves, parce que cela réduira le nombre de femmes en âge de procréation qui seront exposées au médicament.

Dr David Henry, auteur principal de l'étude

L'âge moyen des utilisateurs canadiens de l'isotrétinoïne est de 24 ans.

Arrêt de grossesse dans 90 % des cas

La majorité de ces grossesses survenues chez des utilisatrices du médicament, soit 70 %, se sont soldées en avortement parce que la patiente et son médecin s'inquiétaient de possibles malformations. Environ 20 % des grossesses se sont soldées en fausse-couche et 10 % ont donné lieu à des naissances vivantes.

Parmi les enfants nés de mères qui avaient suivi un traitement d'isotrétinoïne, 11 bébés sont nés avec des anomalies. Les chercheurs n'avaient toutefois pas accès aux données sur la sévérité des anomalies congénitales et ne savent pas si l'utilisation du médicament en était la cause.        source

Commenter cet article

Archives