Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Elle dit avoir avoué un meurtre pour sauver sa vie

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Avril 2016, 03:37am

Catégories : #JUSTICE, #CANADA, #POLICE

Elle dit avoir avoué un meurtre pour sauver sa vie

Une femme accusée du meurtre prémédité de son conjoint violent dit avoir avoué le crime pour sauver sa vie et celle de ses amis après que la police lui ait tendu un piège. 

 

En 1998, James Dubé a été retrouvé mort sur son divan avec une balle de .22 logée dans la tête à Grande-Rivière en Gaspésie. L’arme du crime, propriétée de la victime, n’a jamais été retrouvée.

À l’époque, Johanne Johnson, conjointe et mère des deux filles du défunt, était la principale suspecte des enquêteurs, mais la Sûreté du Québec n'était pas parvenue à amasser suffisamment de preuves pour l’accuser.

 

En 2013, 15 ans après le meurtre, Mme Johnson a fini par passer aux aveux aux termes de l’opération « Esturgeon », de type Mr Big orchestrée par la SQ.

Des agents doubles se sont fait passer pour des membres du crime organisé. On lui a fait vivre une vie de princesse, mais on lui a aussi fait voir des gestes violents pour lui montrer que l’organisation était sérieuse et ne tolérait pas le mensonge. La fausse organisation criminelle menée par les policiers l’a tranquillement amenée à avouer le meurtre, qu’elle dit ne pas avoir commis.

Supercherie

Lors de son plaidoyer hier à Percé, l’avocat de la défense, Me Rodrigue Beauchesne  a qualifié l’opération policière «d’énorme supercherie à l’encontre d’une personne fragile, trompée, battue, humiliée pendant 20 ans, sans égard aux conséquences terribles qui s’en sont suivies», a dit l’avocat aux 7 femmes et 5 hommes qui composent le jury de ce procès.

 

Vie de luxe

Mme Johnson a été handicapée à l’épaule à la suite d’une agression de son conjoint subie en 1996. Elle ne pouvait donc plus travailler et vivait de rentes, jusqu’au jour où des agents doubles de la SQ sont devenus ses amis en décembre 2012.

« Les agents doubles lui ont fait vivre une expérience incroyable, une vie de luxe jamais connue jusqu’alors», poursuit Me Beauchesne.

Selon lui, la suspecte a aussi été mise en face de situations d’une extrême violence, du trafic d’armes et de dynamite pour qu’elle soit consciente du danger.

«Elle a même été témoin d’une scène de menace de mort par arme à feu», signale l’avocat qui allègue qu’on a clairement tout fait pour lui laisser entendre que l’organisation pouvait mettre sa vie en danger si elle leur mentait.

Le soir où elle est passée aux aveux, elle était dans un chalet isolé avec le chef de l’organisation qui lui a dit qu’il ne tolérait pas le mensonge. Mme Johnson a dit avoir eu peur pour elle et qu’elle a dit ce que le chef voulait entendre.

Selon l’avocat, il n’y a eu aucune preuve directe pendant le procès qui a pu confirmer la véracité des aveux de Mme Johnson.

Ce sera à la couronne de faire la sienne jeudi. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives