Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


EDF : l'État va renflouer à hauteur de 3 milliards d'euros

Publié le 23 Avril 2016, 11:24am

Catégories : #ECONOMIE

EDF : l'État va renflouer à hauteur de 3 milliards d'euros

EDF, confronté à de lourds défis, a annoncé vendredi une série de mesures-chocs pour renforcer sa situation financière, dont un projet d'augmentation de capital de 4 milliards d'euros, auquel l'État entend participer à hauteur de 3 milliards.

Dans un communiqué publié vendredi d'un conseil d'administration, le groupe détenu à près de 85 % par l'État a dit vouloir procéder à cette opération de renflouement d'ici à la clôture de ses comptes 2016 (c'est-à-dire au début de l'année prochaine), et ce, si les conditions sur les marchés financiers le permettaient.

Une réduction des charges opérationnelles

Bercy a annoncé dans la foulée son intention de participer à cette augmentation de capital, pour un montant de 3 milliards d'euros. Le gouvernement a en outre accepté de recevoir les dividendes d'EDF qui lui seront dus au titre de 2016 et 2017 sous forme d'actions, plutôt qu'en numéraire, ce qui va soulager fortement la trésorerie du groupe.

« L'État réaffirme ainsi sa confiance dans la direction de l'entreprise et l'ensemble de ses salariés pour assurer la réussite d'EDF dans le cadre d'un dialogue social de qualité », ont fait valoir les ministères de l'Économie et des Finances dans un communiqué commun. De son côté, EDF va se mettre encore plus au régime. Il entend désormais diminuer ses charges opérationnelles d'un milliard d'euros en 2019 par rapport à 2015, bien au-delà des 700 millions qu'il visait déjà en 2018.

Réduction des investissements

Le géant de l'électricité va également réduire de 2 milliards d'euros les investissements prévus entre 2015 et 2018, et entend céder pour 10 milliards d'euros d'actifs sur la période 2015-2020. Ces cessions incluront notamment une « évolution du capital » de RTE, autrement dit une cession totale ou partielle du gestionnaire du réseau électrique haute tension, actuellement détenu à 100 % par EDF, une hypothèse qui était à l'étude depuis des mois.

Bercy a confirmé cette perspective, en indiquant avoir chargé les présidents de RTE et d'EDF de préparer « d'ici fin juin un schéma d'ouverture du capital de RTE, qui puisse être mis en oeuvre d'ici fin 2016 ». Les autres actifs dont EDF prévoit de se séparer consistent en des centrales électriques d'origine thermique (autrement dit, fonctionnant au gaz, au fioul ou au charbon), situées hors de France, et des « participations minoritaires », détaille EDF. Alors que le groupe subit la forte baisse des prix de l'électricité en Europe et doit financer à moyen terme une batterie d'investissements colossaux, ces mesures visent à « lui permettre, face à ces conditions de marché défavorables, de poursuivre son développement stratégique » d'ici 2030, a indiqué le groupe.                                                                                                                                             source

Commenter cet article

Archives