Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Des Belges auraient placé plus de 4 milliards d'euros en Suisse

Publié le 18 Avril 2016, 09:50am

Catégories : #ECONOMIE

Des Belges auraient placé plus de 4 milliards d'euros en Suisse

Plus de quatre milliards d'euros ont été placés par des Belges, selon cette enquête que relaie vendredi après-midi l'eurodéputé Vert Bart Staes.

Ce service fiscal a envoyé des courriers aux Etats membres de l'Union européenne pour les prévenir de ces sommes d'argent placées en Suisse, qui pratique le secret bancaire. Pour la Belgique, on parle de plus de quatre milliards d'euros.

"J'appelle le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, à étudier ces informations de manière adéquate et à communiquer à ce sujet de manière transparente avec le parlement fédéral", a commenté Bart Staes.

Le gouvernement de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et en particulier son ministre des Finances, Norbert Walter-Borjans, a en effet offert aux autorités belges l'occasion d'examiner ces données, tout en réclamant une réciprocité.

"Après le PanamaLeaks et le LuxLeaks, c'est un nouveau chapitre du SwissLeaks, des informations qui montrent qu'avec de la volonté politique et un échange d'informations entre autorités, on peut s'attaquer à la fraude fiscale, ce qui donne plus de revenus aux autorités et rééquilibre le focus européen dogmatique de l'épargne", a-t-il ajouté.

Les données recueillies par le Land allemand contiennent des informations sur des particuliers et des entreprises disposant de comptes en Suisse pour un montant total de plus de 101 milliards de francs suisses (environ 93 milliards d'euros). Les comptes appartenant à des Belges représentaient au 1er juillet 2006 4,78 milliards de FS (4,38 milliards d'euros) et au 30 novembre 2008 3,24 milliards de FS (soit 2,97 milliards d'euros).

M. Van Overtveldt a indiqué avoir ordonné à l'Inspection spéciales des Impôts (ISI) d'enquêter sur ces dossiers.

Selon son cabinet, il s'agit d'une liste anonyme, avec des codes par pays. L'enquête s'annonce compliquée et prendra du temps, a-t-on souligné de même source.

 

 
 

En savoir plus sur:

Commenter cet article

Archives