Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Dans quatre ans, voici à quoi votre journée très connectée ressemblera

Publié par MaRichesse.Com sur 1 Avril 2016, 08:05am

Catégories : #TECHNOLOGIE, #VIE

Dans quatre ans, voici à quoi votre journée très connectée ressemblera

Les allées du Mobile World Congress pourraient bien abriter le futur proche de notre quotidien.

Pour la troisième année consécutive, la grand-messe du téléphone mobile mondial, le Mobile World Congress, organisé à Barcelone fin février, accueillait en marge de son gigantisme le plus humain «4 Years From Now (4YFN)». Salon dédié aux jeunes entrepreneurs, le 4YFN se présente comme «l’espace de rencontre de la communauté croissante des start-ups, des investisseurs et des grandes compagnies». Interrogé sur les quatre signes du nom du salon, son directeur Esteban Redolfi les décrypte ainsi:

«L ’expression “4 Years From Now” s’utilise beaucoup dans la Silicon Valley. Quatre ans, c’est le temps qu’en théorie met une start-up pour se transformer en quelque chose qui peut changer le secteur. Pour mentionner un exemple très classique, c’est le temps qu’a mis Wikipédia à mettre en place une nouvelle manière de publier des contenus.»

Ainsi, si l’on en suit la logique, entre inventions-gadgets, créations astucieuses et utilisation de technologies réellement disruptives, les allées du salon barcelonais abriteraient le futur proche de notre quotidien… Voici donc à quoi pourrait bien ressembler votre journée dans quatre ans

 

 

 

7h30: imprimante alimentaire et Mamie connectée

Vous êtes réveillé grâce à votre montre connectée, qui a déjà anticipé votre journée en ordonnant directement à votre cafetière de faire son office. Jusque-là, rien de très nouveau, excepté que, grâce à votre nouvelle imprimante imprimante 3D alimentaire capable de reproduire n’importe quel plat industriel sans conservateur, les œufs pochés-avocat sur toast sans gluten que vous avez commandés hier soir vous attendent également dans la cuisine. Pendant que vous appréciez le fait de pouvoir vivre le luxe à domicile de n’importe quelle star hollywoodienne en pension complète au château Marmont, votre mobile se met à vibrer. Votre grand-mère (ça marche aussi pour les parents/oncles/tantes dépassés par la technologie) vous a laissé quarante-cinq nouvelles notifications via l’application Familiyar.

 

 

En effet, grâce à l’émergence de ces nouvelles applications à interface spéciale«Senior» censées lutter contre l’isolement des personnes âgées, Mamie s’est transformée en véritable stalker, vous plongeant dans un profond sentiment de culpabilité à chaque fois que vous ne pouvez pas lui répondre. Comme l’explique le sociologue spécialiste de l’innovation et théoricien de l’accélération technique Hartmut Rosa dans un article d’El Mundo du 17 mars, l’immédiateté des communications a modifié de la même manière les habitudes au travail et en dehors de celui-ci. Ce dernier décrit une société dans laquelle nous sommes voués à culpabiliser «parce que demain quelqu’un vous dira que vous n’avez pas répondu à tel message ou fait telle chose»:

«Nous sommes en train de nous transformer en objets coupables parce que nous ne pouvons pas répondre à toutes les attentes.»

Grâce à l’émergence de ces nouvelles applications à interface spéciale «Senior» censées lutter contre l’isolement des personnes âgées, Mamie s’est transformée en véritable stalker

Bien lové dans votre sentiment de faute honteuse, vous survolez les dizaines de vidéos d’animaux mignons envoyées par votre aïeule (imaginez l’apocalypse quand deux phénomènes qui s’ignorent jusqu’à présent, les grands-mères et les cute cats, vont entrer en collision grâce aux cerveaux malades de jeunes créatifs). C’est alors que l’application«spécial Mamie» et sa vision très personnelle du secret médical vous fait parvenir une notification du médecin traitant de cette dernière: ses analyses d’urine sont normales. Vous ne terminez pas vos œufs-pochés avocat sous le regard réprobateur de votre imprimante 3D.

 

 

 

10h00: Yvette Horner polyglotte

En 2020, vous ne pourrez pas encore vous rendre au bureau en hyperloopce transport du futur à base de capsules ultra rapides filant dans un tube sous basse pression. Porté par Elon Musk, également PDG de Tesla, ce projet de transport à énergie positive qui devrait permettre de réaliser un Paris-Barcelone en qurante-cinq minutes, devra attendre encore un peu. Toutefois selon Musk, vous devriez être capable de vous rendre au bureau dans une voiture électrique qui se conduira toute seule (à condition bien sûr que d’ici-là vous ayezassez économisé gagné au Loto pour vous payer une Tesla). De quoi vous libérer les mains pendant votre trajet jusqu’au boulot et taper vos premiers emails à l’aide de Trewgrip, votre laptop du futur à clavier agrippable, arrêté dans les embouteillages du périphérique au milieu de centaines d’autres Yvette Horner numériques.

 

Arrivé au bureau, Lexiphone, votre interprète téléphonique automatique traduit en direct votre conversation en mandarin avec votre nouveau client taïwanais. Grâce à ce nouveau service, vous êtes désormais capable de parler couramment dans leur langue maternelle avec, entre autres, des interlocuteurs russes, allemands, polonais,espagnols, portugais et hébreux…

 

Double appel: c’est votre partenaire québécois. Pas de problème! Votre interprète virtuel supporte également une version française «spécial Canada». Une ingéniosité technique qui vous permet de ne plus bloquer sur l’obsession de votre associé à multiplier les pronoms personnels, et qui en retour vous donne un gage de sympathie supplémentaire auprès de ce dernier en gommant ce vilain accent français aux airs supérieurs… 

 

13h00: Rendez-vous à «besace.gramme.couloir»

À l’heure du déjeuner, vous localisez enfin ce petit resto de fusion food qui travaille l’algue et la sauterelle comme personne (eh oui, la fusion food à base d’algue et d’insecte est l’avenir de la gastronomie). Vous vous entêtiez à vous rendre à «gauchère.courge.mallette» alors que la véritable adresse est «besace.gramme.couloir». En effet, dans un futur proche, des applications comme celle de la start-up anglaise «What3Words» devraient changer notre façon de définir les adresses. Grâce à un algorithme créant une combinaison unique de trois mots qui identifie chaque zone de trois mètres sur trois partout sur la planète, cette application londonienne permet de donner une adresse ultra précise à tous les recoins du monde.

 

Un futur plein de graphes ultra précis sur les battements cardiaques et le niveau d’activité de votre compagnon canin s’ouvre devant vous

Une technologie qui ouvre le champ des possibles dans le domaine du marketing (imaginez le prix de l’adresse best.place.ever) mais aussi en ce qui concerne la sécurité: grâce à l’algorithme, il sera en effet possible de communiquer sa position avec plus de précision pour se retrouver, être secouru ou secourir. Une technologie qui a, sans le savoir, un sens de l’humour grinçant. Ainsi, avec ce nouveau système, l’adresse du siège du FN, rue des Suisses, devient rimer.noir.eliminer. Si l’offre de What3Words se démocratise, quelques petits ajustements de communication risquent d’être demandés à la version française… 

 

16h00: l’intestin de votre chien envoie une notification

De retour au boulot, c’est la tuile. Vous recevez une notification urgente de PetPace, l’application du collier connecté de Jack, votre berger belge. Ce dernier a encore attrapé la gastro. La brochure de cette application qui estime en temps réel l’état de santé de votre quadrupède vous avait pourtant prévenu: «Les gastro-entérites aiguës sont communes chez les chiens de par leur tendance à manger tout sans discernement.» Une fâcheuse manie qui vous irrite de plus en plus chez Jack, surtout depuis que vous avez acheté votre imprimante 3D alimentaire…

En dehors d’une visite obligatoire chez le véto, s’ouvre devant vous un futur plein de graphes ultra précis sur la température, les battements cardiaques et le niveau d’activité de votre fidèle compagnon canin. Une véritable orgies de datas que vous pourrez directement contrôler depuis votre téléphone, envoyer à votre vétérinaire ou tout simplement utiliser pour le kif de partager de superbes infographies de l’activité posturale de votre chien.

Pour les moins fondus de données mais toutefois désireux de «futuriser» leur animal de compagnie, l’univers des objets connectés offrira d’autres options: gamelle connectée qui scanne et pèse les chats, collier à Led pour éviter les accidents de la circulation, casque sensoriel censé traduire les émotions des précieux canidés, en passant par la balise GPS, que cette start-up française propose de façon fort délicate de déployer à tous les membres de la famille: chat, chien mais aussi enfants et seniors (ce qui s’avère toutefois bien pratique si votre grand-mère a la fâcheuse manie de monter aux arbres).

 

19h00: ému par la pizza mozzarella-Doritos

En dehors de notre manière de nous situer et de repérer les autres dans l’espace, notre univers technologique proche risque également de prendre une tournure plus insidieuse. Le directeur du 4YFN analyse ainsi l’une des grandes tendances des quatre années à venir:

«Il y a une ligne très intéressante en ce qui concerne la détection des mouvements des yeux, la détection neuronale et le contrôle à travers des impulsions électriques grâce auxquels l’être humain n’aura plus besoin de penser pour faire les choses. Toutes les start-ups dans le salon proposent une forme qui est intuitive, facile, simple, immédiate de pouvoir faire n’importe quel type d’interaction.»

 

Y compris quand l’interaction se fait un peu au dépend de votre réelle volonté de participation. Situation simple: en rentrant du boulot, votre «vous de 2020» est alpagué pour une enquête de consommation sur le lancement d’une merveille de finesse et de gastronomie: la pizza mozzarella-tortillas Doritos. Grâce à son logiciel de reconnaissance faciale capable de détecter des émotions telles que le plaisir et l’intérêt comme celui proposé par la start-up Emotional Research LAB, l’enquêtrice qui vient de vous scanner subrepticement la face remarque immédiatement que votre histoire de régime sans gluten drastique est un gros mytho. En effet, l’application a tout de suite détecté que l’alliance des chips mexicaines et du fromage italien déclenche chez vous une avalanche d’émotions positives.

 

Comme l’explique la responsable de cette start-up espagnole qui destine essentiellement ce«Lie to me» portatif à l’investigation de marché, «souvent, les sondés ne verbalisent pas la vérité; pas parce qu’ils mentent mais parce que c’est un processus très inconscient de savoir pourquoi nous achetons un produit». Avec ce nouveau champ des possibles offert par les technologies de la reconnaissance faciale et de l’analyse émotionnelle, vos processus intimes pourront (enfin) être jetés en pâture aux publicitaires. Mais pas seulement:

«Nous avons mené des campagnes politiques en Amérique latine. Nous faisons des analyses pour savoir quelles campagnes touchent le plus les électeurs, quelles sont les “entrées” réelles du discours sur les citoyens.»

Avec son logiciel de reconnaissance faciale capable de détecter des émotions, l’enquêtrice remarque que votre histoire de régime sans gluten est un gros mytho

Une innovation qui expliquera peut-être en partie pourquoi vous êtes soudainement saisi d’une envie violente de voter Les Républicains après vous être gavé d’acides gras saturés.

21h00: cuité par une tireuse connectée

Perturbé par les émotions contradictoires que suscite en vous la junk-food et les spots de campagne sur l’immigration choisie, vous décidez de sortir déguster une bière artisanale afin de vous racheter une conduite en contribuant à l’économie des brasseries urbaines. Arrivé au comptoir, vous réalisez que votre serveur préféré, qui ne lésinait pas à laisser passer une pinte ou deux en votre faveur, a été remplacé par une tireuse à bière intelligente, laquelle vous sert un demi et pas une goutte de plus dans un silence religieux.

 

Après une rapide discussion avec le propriétaire du bar (qui a quitté son job de contrôleur de gestion dans la finance pour se lancer dans l’incroyable aventure de la bière gluten free), vous apprenez que, grâce à cette invention ultra pragmatique, ce dernier a économisé ce qui va lui permettre d’investir dans un bar à céréales. L’idée que l’application ait été inventée par quatre jeunes créatifs turcs vous met toutefois un peu de baume au cœur. D’après cette joyeuse équipe, «grâce à ce robinet intelligent, les ventes augmentent en réduisant les coûts de personnel mais aussi parce que les clients en libre service consomment deux fois plus». Vous ne pouvez que leur donner raison lorsque, après avoir bu un nombre incalculable de pressions pour oublier le manque cruel de conversation de votre nouveau barman, vous trébuchez dans l’entrée en rentrant chez vous, vous fracturant le poignet.

Heureusement pour vous, la technologie médicale a également évolué en parallèle des tireuses à bière. Le plâtre du futur ultra design que l’on vous posera en cinq minutes devrait vous permettra de récupérer 30% plus vite grâce à un système de rééducation basé sur des impulsions électriques. Qui a dit que notre futur ne serait pas radieux?

Laura Guien 

 Source

 

Commenter cet article

Archives