Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Conforama jette l’éponge dans la bataille pour Darty

Publié le 27 Avril 2016, 10:35am

Catégories : #ECONOMIE

Conforama jette l’éponge dans la bataille pour Darty

Fin de partie. L’enseigne de distribution Conforama a annoncé, mercredi 27 avril,abandonner le champ de bataille pour conquérir Darty face à la Fnac. Son «  offre à 160 pence pour chaque action Darty est la dernière et ne sera pas augmentée », a indiqué le groupe dans un communiqué, justifiant sa prise de décision par le fait que ce prix « reflète les critères d’évaluation que nous utilisons pour toutes nos acquisitions ». La Fnac avait annoncé, mardi 26 avril, avoir obtenu le soutien de la majorité des actionnaires de Darty. Après des rachats successifs de blocs d’actions Darty sur le marché, lundi et mardi, l’enseigne de produits culturels détient à présent 29,73 % du capital de l’enseigne d’électroménager.

La Fnac a, par ailleurs, obtenu « des engagements irrévocables d’actionnaires de Darty » représentant 22,11 % des titres du distributeur. Au total, elle revendique ainsi avoir le soutien d’actionnaires représentant plus des 50,1 %, seuil qu’elle s’était fixé pour déposer son offre formelle.

Dès lors, son rival Conforama était dans l’impossibilité de l’emporter, expliquait, mardi, une porte-parole de l’enseigne présidée par Alexandre Bompard. Lundi, la filiale du groupe sud-africain Steinhoff avait assuré « étudier toutes les options ». Depuis, elle n’avait pas réagi aux annonces successives de la Fnac. D’autant que« théoriquement, en droit anglais, les engagements irrévocables donnés par Knight Vinke et DNCA ne seront pas caducs, même si une offre plus élevée se présentait », explique Mark Chivers, associé du cabinet DLA Piper et spécialiste du droit boursier anglais.

 

Lire aussi :   La Fnac lance une ultime surenchère pour emporter Darty

L’offre formelle déposée dans les prochains jours

Fnac et Conforama se livrent depuis plusieurs mois une bataille acharnée pouracquérir Darty. L’affrontement, qui avait commencé en septembre avec une première proposition de la Fnac, contrée en mars par une première offre concurrente de Conforama, s’est subitement accéléré le 21 avril. En moins de 24 heures, Fnac et Conforama ont multiplié les surenchères. Et lundi, la Fnac avait dévoilé une « troisième et ultime surenchère », au prix de 170 pences par action, valorisant l’enseigne d’électroménager de près de 1,2 milliard d’euros. Dans la foulée, le groupe a racheté près de 10 % du capital, sa participation passant de 18,93 % lundi à 29,73 % dans la journée de mardi. L’enseigne a ainsi coiffé au poteau Conforama ; l’enseigne d’ameublement détient 20,5 % du capital de Darty.

La Fnac déposera son offre formelle « dans les prochaines semaines ». A cette date, les engagements des fonds Knight Vinke et DNCA, représentant 22,11 % du capital, deviendront irrévocables, explique un porte-parole. Les deux actionnaires ont promis d’apporter leurs titres dans le cadre de l’opération d’échanges de titres proposés par la Fnac.

L’opération du rachat de Darty demeure soumise à un long processus de décision. Elle doit obtenir l’aval de l’Autorité de la concurrence, avant d’être soumise aux votes des actionnaires de Darty et de la Fnac lors de prochaines assemblées générales.

 Lire aussi :   La Fnac joue son va-tout pour emporter Darty

Cette annonce n’est pas pour rassurer les syndicats de Darty, qui avaient exprimé, vendredi 22, leur préférence pour une reprise du groupe par Conforama. L’intersyndicale – CAT, la CFE-CGC, la CGT, la CFDT, la CFTC et FO – de Darty déclarait dans un communiqué : « L’ensemble du personnel Darty, toutes catégories confondues, ainsi que l’ensemble des organisations syndicales qui les représentent, rejettent clairement le rapprochement souhaité par la Fnac. »Estimant que ce projet « n’a pas la capacité de rendre pérenne (leur) entreprise et ne pourra aboutir qu’à un fiasco total sur l’emploi des deux enseignes ».

Elle avait également fait part de ses inquiétudes sur la « situation de surendettement des deux enseignes Fnac et Darty », et estimé que « plus de 3 000 salariés pourraient être impactés par la perte de leur emploi, et une quinzaine de magasins parisiens concernés par la décision de l’autorité de la concurrence ».

L’acquisition de Darty représentait un enjeu important pour les deux entreprises, face au géant américain Amazon ou au français CDiscount, dans un marché de l’électrodomestique très disputé et en phase de reprise.                                                                                                                  source

Commenter cet article

Archives