Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Comment un tatouage raté a converti une jeune femme au basket

Publié le 29 Avril 2016, 09:56am

Catégories : #TECHNOLOGIE, #INTERNET, #SPORTS

Comment un tatouage raté a converti une jeune femme au basket

Holland Christensen a vécu deux derniers mois mouvementés.

Au début du mois d’avril, une jeune femme a proposé à toute une partie de Reddit de la rejoindre à un match de NBA. Son ami venait de se décommander à la dernière minute, elle se retrouvait avec un billet en trop et personne pour l’accompagner à Charlotte, où les Hornets devaient affronter les Brooklyn Nets.

Holland Christensen, c’est son nom, n’est pourtant pas la fan habituelle de basket. En fait, elle n’était pas vraiment intéressée par ce sport jusqu’à ces dernières semaines. Et pour savoir pourquoi elle a choisi de soutenir Charlotte, une ville assez éloignée de Chattanooga, dans le Tennessee, d’où elle est originaire, il faut revenir un peu plus de deux mois en arrière.

Du chinois traduit sur internet

Cela faisait un moment déjà qu’elle voulait se faire un tatouage, en chinois, ce qui «fait un peu tatouage de fille blanche», admet-elle dans une vidéo postée depuis sur YouTube. Mais elle ne renonce pas: «J’aime bien les langues, et j’aime bien voyager donc, à l’époque, ça me semblait être une super idée.»

 

Le problème, c’est qu’elle a demandé la traduction à quelqu’un sur internet:

«Il ne faut pas faire ça. Il ne faut jamais demander quoi que ce soit à quelqu’un sur internet. Tout le monde le sait mais, je le répète, je n’ai pas trop réfléchi à l’époque.»

Elle n’a pas non plus vérifié ce que cette personne venait de lui répondre:

«Je voulais le faire. Je gardais ça tout le temps dans un coin de ma tête. Je dois vérifier ça, je dois demander à d’autres personnes, ou à Google Traduction. Je dois être sûre que c’est bien ce que je veux dire avant de le faire.»

Elle n’a, bien évidemment, rien fait de tout ça. Et, sur un coup de tête, elle a finalement fait son tatouage. Elle en était d’ailleurs très contente, et trouvait que c’était très joli. Quelques jours plus tard, elle décide finalement de vérifier ce qui est désormais sur sa peau, histoire d’apaiser son esprit:

«J’ai demandé à quelqu’un en lui disant que je venais de me faire faire ce tatouage. “Ça dit bien ce que je pense, non?”»

Pas vraiment. La personne lui répond que son tatouage veut en réalité dire: Jeremy Lin.

Jeremy Lin, si vous ne suivez pas de près le championnat de basket américain, est un joueur américain qui évolue aux Charlotte Hornets. Après un début de carrière compliqué, où il est baladé d’équipes en équipes, Lin finit aux New York Knicks, où il réalise une partie de saison particulièrement remarquée et voit se développer autour de lui ce que l’on a appelé la «Linsanity». Lin a ensuite connu de gros passages à vide et, après quelques saisons compliquées, il est arrivé aux Charlotte Hornets, en juillet 2015.

 

«Légitimer ce tatouage»

Quand Holland Christensen réalise qu’elle aura le nom d’un joueur de basket qu’elle ne connaît pas inscrit sur sa peau à vie, elle ne le vit pas très bien:

«Ça ne veut rien dire pour moi. Je ne connais pas du tout le basket. Et mon tatouage est le nom d’un joueur de basket? Vous vous foutez de ma gueule? Je ne sais pas pour qui il joue, à quoi il ressemble. J’étais vraiment énervée. Je voulais faire ce tatouage parce qu’il voulait dire quelque chose pour moi et, maintenant, il ne veut plus rien dire. J’étais tellement gênée.»

J’ai passé les deux derniers mois à regarder toutes les vidéos de Jeremy Lin sur YouTube. Je vous jure que j’ai regardé tous ses matchs. Je me suis dit que, si j’avais son nom sur moi jusqu’à la fin de mes jours, il allait bien falloir que je le regarder jouer

Holland Christensen sur Reddit

C’est là que l’histoire devient passionnante. Comme elle l’explique sur Reddit, plutôt que de ressasser cette erreur jusqu’à la fin de ses jours, et de se sentir honteuse à chaque fois qu’elle tombe sur son tatouage, elle a décidé de se l’approprier et de «devenir la plus grande fan de Jeremy Lin».

Alors, quand elle propose à des gens de l’accompagner à un match de Charlotte sur Reddit, Holland décide finalement, après avoir passé un moment sans que personne ne lui réponde, d’ajouter le passage sur la tatouage:

«J’ai passé les deux derniers mois à regarder toutes les vidéos de Jeremy Lin sur YouTube. Je vous jure que j’ai regardé tous ses matchs. Je me suis dit que, si j’avais son nom sur moi jusqu’à la fin de mes jours, il allait bien falloir que je le regarder jouer. Il a l’air vraiment génial, et au travers de tout ça je suis devenue fan des Hornets [la nouvelle équipe de Lin] et de la NBA en général. Avec un peu de chance, je pourrai le rencontrer un de ces jours, pour légitimer ce tatouage. Donc parmi d’autres raisons, voici pourquoi je ne veux pas rater ce match.»

 

«Je me suis fait tatouer le nom de Jeremy Lin sur ma cheville par erreur. Je serai à Charlotte ce soir pour l’encourager.»

Soudainement, les réponses affluent et quelqu’un se propose pour l’accompagner. Elle n’est arrivée que lors de la mi-temps mais explique avoir passé un bon moment, même si elle a raté Lin.

 

«Je m’amuse beaucoup à ce match, et j’espère toujours pouvoir montrer mon tatouage à Jeremy. Hornets, venez me voir. Je suis à la place 104C.»

«Tiens-moi au courant si tu viens aux play-offs»

L’histoire aurait pu s’arrêter si Jeremy Lin n’avait pas décidé de remettre une pièce dans la machine.

 

«Je viens de voir ce tatouage sur internet et je l’ai copié. Quelqu’un sait ce que ça veut dire?»

Je viens de voir ce tatouage sur internet et je l’ai copié. Quelqu’un sait ce que ça veut dire?

Jeremy Lin trollant gentiment Holland Christensen sur Reddit

Évidemment, Holland Christensen n’a pas tardé à répondre.

«C’est Holland. Tu viens d’ensoleiller ma journée, merci de ta réponse. J’espère que l’on pourra se voir pour comparer ton tatouage au marqueur et le mien.

–Plus sérieusement, merci de ton soutien et d’avoir partagé ton histoire. Je suis content que tu aies réussi à transformer cette erreur en quelque chose de positif. Tiens-moi au courant si jamais tu viens à un match des play-offs.

–Bien entendu que je vais venir à un match des play-offs (voire deux) :)
Regarde à quel point on est mignons.»

 

Comme l’avait noté le cofondateur de Reddit, Alexis Ohanian, l’histoire avait tellement été upvotée par les utilisateurs du site participatif qu’elle a fini sur la page principale.

Elle avait évidemment été repérée ensuite par la presse américaine, qui s’est empressée de faire quelques articles sur le sujet, alors que les play-offs, la phase-finale de la saison, à laquelle Holland souhaitait assister dès le premier match contre les Brooklyn Nets, venaient de débuter, et que Charlotte devait affronter Miami lors du premier tour.

Holland en avait alors profité pour remercier son ami qui l’avait abandonné à la dernière minute avant le match.

Ils vont gagner le prochain match. Je serai là. Je porte bonheur

Holland Christensen sur Twitter

 

«JE VIENS DE PARLER À MICHAEL JORDAN»

Après les deux premières défaites de Charlotte à Miami (les play-offs se jouent au meilleur des sept matchs), la ville de Caroline du Nord accueillait les deux suivants, et Holland Christensen avait bien évidemment pris ses places:

 
 

«Ils vont gagner le prochain match. Je serai là. Je porte bonheur.»

Premier match, première victoire. La première pour les Hornets depuis quatorze ans, en play-offs. Mais c’est lors du deuxième match que la magie a eu lieu. Holland a réussi à obtenir un pass lui permettant de voir encore de plus près les joueurs que depuis les tribunes (on ne sait pas si elle s’est fait inviter ou si elle l’a acheté).

 

«J’ai récupéré le bracelet, comme ça je peux me trouver là où les joueurs vont. Souhaitez-moi bonne chance.»

Elle rencontre notamment l’une des stars de l’équipe, le meneur Kemba Walker, avant de tomber sur Michael Jordan (légende vivante, et aujourd’hui propriétaire des Hornets):

 

«MICHAEL JORDAN VIENT DE S’EXCUSER. JE RÉPÈTE, JE VIENS DE PARLER À MICHAEL JORDAN.»

C’était vraiment génial et j’étais tellement soulagée de pouvoir tourner la page du tatouage. Je ne le regrette plus maintenant

Holland Christensen sur WBIR 

Elle rencontre une partie de la famille de Jeremy en loges, parvient à lui toucher la main, mais n’arrive pas à pouvoir parler avec lui. Les Hornets s’imposent finalement et reviennent à égalité dans la série. Holland en profite pour repartir dans les loges, où elle tombe sur Dikembe Mutombo, une autre légende de la NBA, célèbre notamment pour sa défense, ses contres, et ses «non» du doigt.

 

Quelques secondes avec Jeremy Lin

Mais Holland n’arrive toujours pas à trouver Jeremy Lin, et commence un peu à désespérer:

 

«Ça ne va pas se passer ce soir, mais je ne pourrai pas dire que je n’ai pas essayé.»

Elle décide finalement de tenter le coup une dernière fois, et revient vers la salle, quand soudain:

 
 

Dans un tweet, depuis supprimé, elle expliquait que c’était un ami de Lin, Josh, qui l’a appelé. Lin est ensuite sorti de la voiture, et la rencontre a eu lieu.Interrogée sur ces quelques secondes en compagnie du joueur, Holland explique à WBIR qu’elle était assez nerveuse avant de le rencontrer:

«Je ne m’y attendais pas vraiment, mais je l’étais pour une raison que je connais pas. [...] Je n’ai eu aucun problème quand j’ai rencontré toutes ces légendes du basket américain, je n’ai même pas vraiment essayé de les voir mais, pour trouver Jeremy, il a fallu faire un effort. [...] C’était vraiment génial et j’étais tellement soulagée de pouvoir tourner la page du tatouage. Je ne le regrette plus maintenant. [...]

 

[Jeremy Lin] a vraiment été génial dans toute cette histoire. C’était bizarre pour nous deux: moi je venais de me faire tatouer le nom d’un joueur de basket que je ne connaissais pas, et lui avait son nom sur la cheville d’une fille comme ça. Je lui suis tellement reconnaissante d’avoir été si gentil avec moi.»

Depuis, les Hornets ont remporté le cinquième match de la série, et sont désormais à un match d’un second tour de play-offs: une première depuis 2002. Et même si Holland Christensen ne croit pas vraiment en être responsable, elle veut bien qu’on la crédite pour cette renaissance.

Grégor Brandy                                                                                                                                      source         

Commenter cet article

Archives