Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


C’est confirmé : le blocage des sites ne sert à rien pour lutter contre le terrorisme

Publié le 19 Avril 2016, 10:28am

Catégories : #PAIX, #MONDE

C’est confirmé : le blocage des sites ne sert à rien pour lutter contre le terrorisme

Bien sûr, l’information n’a pas été lâchée telle quelle dans les bureaux feutrés de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), dans le IIe arrondissement de Paris.

Mais difficile de ne pas tirer ce constat du rapport que l’institution a rendu ce vendredi sur le blocage des sites internet [PDF]

Pour lutter contre le terrorisme, et malgré ce qu’en disait François Hollande la veille sur France 2, tout cela semble bien vain.

Attention aux dérives

Pour la première fois depuis la mise en route de ce dispositif, la gardienne de la vie privée a fait ses retours sur la possibilité, accordée aux services de police (en l’occurrence, l’OCLTIC), de demander le blocage ou le retrait de contenu sur Internet.

C’est en effet elle, ou plus exactement une « personnalité qualifiée » en son sein assistée de huit agents, qui a été chargée par la loi de 2014 de vérifier que cette amputation du réseau, opérée uniquement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la pédopornographie, n’aboutit pas, par exemple, à la censure d’un contenu tout ce qu’il y a de plus légitime.

Une opposition : la photo du Bataclan

Fort heureusement, aucune dérive de ce genre n’a été constatée. Ni surblocage, ni censures abusives à répétition, malgré une recrudescence très nette de demandes de retraits de contenus au lendemain des attentats de novembre dernier.

L'évolution des demandes de retraits de contenus, de mars 2015 à février 2016
L’évolution des demandes de retraits de contenus, de mars 2015 à février 2016 - Cnil

Seul un désaccord a vraiment divisé la Cnil et les services de police, précise Alexandre Linden, la « personnalité qualifiée » évoquée plus haut. Il portait sur une photo très controversée du Bataclan, dans laquelle on pouvait voir des corps inertes et ensanglantés.

Pour Linden, le retrait exigé de près de 100 liens renvoyant à cette image n’était pas fondé. En évaluant leur contexte (« une question extrêmement délicate »), le contrôleur de la Cnil a en effet estimé qu’ils ne participaient pas à l’apologie du terrorisme.

Sa recommandation a finalement été suivie. Aucun cas n’a donc atterri sur le bureau du juge administratif, que la Cnil peut saisir en cas de désaccord avec les services du ministère de l’Intérieur.

Sites terroristes bloqués mais pas visités

Bonne nouvelle donc pour tous ceux qui voient dans le blocage des sites un danger réel pour la liberté d’expression. En pratique, ça se passe plutôt bien. Alexandre Linden évoque de « bonnes relations » et affirme même qu’à sa connaissance, le ministre de l’Intérieur n’a jamais court-circuité la Cnil, alors même que les nouvelles mesures de l’état d’urgencel’y autorisent.

C’est moins réjouissant sur le volet de l’efficacité, également mis en cause. On ne reviendra pas sur la possibilité, maintes fois vérifiée (notamment à Rue89), de contournement du blocage.

S’ajoute à cela un autre souci, révélé par rapport : les sites terroristes effectivement bloqués ne sont en fait pas du tout visités.

Le message affiché par le ministère de l’Intérieur, lors d’une connexion sur un site bloqué (ancienne version).

Pour le déterminer, la Cnil s’appuie sur le nombre de demandes de visites. Et plus particulièrement, le nombre de fois que la page prévue par la ministère de l’Intérieur en lieu et place du contenu bloqué, s’affiche. Ce message (anciennement accompagné d’une maladroite main rouge), est différent pour les sites terroristes et les sites pédopornographiques. Résultat, sur plus de 35 000 affichages :

  • 99 % cherchaient à se rendre sur des sites pédopornographiques ;
  • 1 % sur des sites terroristes.

Cette très faible sollicitation ne peut même pas s’expliquer par une quelconque navigation privée, ou masquée sur le navigateur Tor : à en croire des spécialistes du réseau, la demande d’accéder à un site web est également comptabilisée dans ces deux cas.

Ce qu'il se passe quand un site est bloqué en France
Ce qu’il se passe quand un site est bloqué en France - AF/Rue89

De nouveaux sites pédopornographiques

En clair donc : on bloque des sites qui n’intéressent personne. En tout cas dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Sur la pédopornographie, ça semble plus efficace, même si les réserves portaient ici moins sur l’efficacité que sur les risques de contre-productivité : en chassant des sites relativement accessibles, certains redoutaient de rendre l’identification des auteurs de ces actes plus difficile – le blocage les incitant à se terrer un peu davantage dans le réseau.

L’audience contrariée de ces sites ne veut néanmoins pas dire que le blocage ne s’apparente pas, ici aussi, au boulot de Sisyphe. Alexandre Linden précise en effet que bien souvent, de nouveaux sites similaires réapparaissait.

« Un site au nom tel que “sexygirl4.com” va être remplacé par “sexygirl5.com”, et ainsi de suite. »

Des retraits en partie examinés

Alors certes : la lutte contre le terrorisme passe avant tout par le retrait de contenu – 80 % des sites bloqués portent en effet sur la pédopornographie.

La suppression rapide d’images, de vidéos, ou de textes jugés choquants sur Facebook ou Twitter a d’ailleurs été l’un des gros débats de l’ère après-attentats. Et la Cnil confirme que les réseaux sociaux constituent la majorité des 1439 demandes de retraits de contenus formulées depuis mars 2015. A en croire les chiffres fournis par l’OCLTIC, 82 % de ces demandes ont été suivies d’effets.

Présentation du rapport d'activité de la personnalité qualifiée pour le blocage des sites Internet, à la Cnil, le 15 avril 201
Présentation du rapport d’activité de la personnalité qualifiée pour le blocage des sites Internet, à la Cnil, le 15 avril 201 - Rue89/AF

Twitter, Facebook et les autres se montrent-ils plus coopératifs qu’en janvier 2015 ? « On ne peut pas dire s’il y a des difficultés », rétorquent les responsables de la Cnil, qui renvoient alors au service du ministère de l’Intérieur.

Là encore, compliqué donc de jauger de l’efficacité du dispositif. Après tout, ces sites reçoivent et gèrent en direct des demandes de retraits de contenus. Tout ne passe pas par les services de police français.

Bernard Cazeneuve lui-même avait fait un tour dans la Silicon Valleypour demander à ses acteurs d’améliorer leurs procédures en la matière. Et un rendez-vous régulier est toujours fixé entre Beauveau et les représentants français des géants du web.

La Cnil ne fait donc la police que sur une partie des contenus effectivement retirés. Facebook et Twitter jugent bien souvent seuls de ce qu’il est opportun ou non d’effacer. Devenant de fait des justiciers du Net, alors même qu’il s’agit d’entreprises privées.                                                           source

Commenter cet article

Archives