Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Bien dormir pour prévenir les infections

Publié le 28 Avril 2016, 15:43pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

Bien dormir pour prévenir les infections

Après une bonne nuit dans les bras de Morphée, se lever est facile et la forme est là (même si, pour certains, ce n'est pas immédiat). Pour les insomniaques, la situation est tout autre. Non seulement ils ne sont pas reposés, mais, en plus, ils ont un risque supérieur par rapport aux bons dormeurs de souffrir de problèmes infectieux, notamment liés aux parasites et aux champignons. C'est ce que vient de démontrer une équipe de Montpellier* après avoir suivi, pendant quatre ans, près de 9 300 personnes qui se plaignaient de la mauvaise qualité de leur sommeil (et qui présentaient une somnolence diurne excessive). Ses résultats, publiés dans Scientific Reports, confortent l'hypothèse selon laquelle le sommeil aiderait le système immunitaire à fonctionner et à se reconstituer.

Sylvaine Artero, qui a dirigé l'étude, rappelle que si toutes les espèces animales dorment, même si cela les rend vulnérables aux prédateurs, c'est parce que le bénéfice du sommeil est supérieur au risque. « Cette mise au repos permet sans doute de consacrer son énergie à d'autres fonctions », précise-t-elle. D'ailleurs, on sait bien aujourd'hui qu'elle favorise l'apprentissage, la mémorisation et la réparation du système nerveux. En revanche, l'effet sur le système immunitaire, bien que souvent annoncé, restait à démontrer.

Somnifères

Un pas a été franchi avec ce travail incluant les données de consommation de médicaments – notamment anti-infectieux (antibiotiques, antiviraux, antifongiques, antiparasitaires) – recueillies auprès de l'Assurance maladie. « L'analyse statistique de ces données a confirmé que ceux qui dormaient de la manière la plus efficiente étaient moins souvent traités par des médicaments antifongiques et antiparasitaires », précise le communiqué de l'Inserm. Certes, « beaucoup d'infections virales, comme une angine ou une rhinopharyngite, ne sont pas traitées par les antiviraux. La consommation de ces médicaments ne reflète donc qu'une partie des épisodes infectieux qui leur sont liés. À l'inverse, les antibiotiques peuvent être prescrits en prévention, et parfois à mauvais escient ». Reste maintenant à mieux comprendre la corrélation entre le sommeil et ces deux types d'infections.

Pour évaluer la proportion d'insomniaques et connaître les moyens qu'ils utilisent pour améliorer leurs nuits, l'UFC-Que choisir a proposé en février un questionnaire à ses lecteurs. Près de 4 000 y ont répondu et, parmi eux, seuls 21 % déclarent bien dormir. Les autres sont nombreux à recourir à des techniques de détente : relaxation, hypnose (ou auto-hypnose), sophrologie, en plus du choix d'une bonne literie. Mais ils sont quand même 28 % à prendre des médicaments, « qui ne doivent être utilisés qu'en solution d'appoint », précise le mensuel. Et pourtant, la moitié des adeptes de ces traitements en consomment depuis plus d'un mois. Or, au-delà de quatre semaines, « l'efficacité des somnifères (benzodiazépines) s'estompe et leurs effets indésirables perdurent, voire s'aggravent », rappelle le mensuel, qui met également en garde contre les infusions de plantes, certains compléments alimentaires et la mélatonine. Pas de quoi retrouver le sommeil…

* Inserm U1061-université de Montpellier « Neuropsychiatrie : recherche épidémiologique et clinique ».                                                                                                                                                  source

Commenter cet article

Archives