Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Au Québec, Marine Le Pen un peu plus ignorée qu'elle ne le dit

Publié par MaRichesse.Com sur 3 Avril 2016, 04:44am

Catégories : #CANADA, #PEOPLE, #POLITIQUE

Au Québec, Marine Le Pen un peu plus ignorée qu'elle ne le dit

La présidente du Front national assure que si elle n'a pas rencontré de politiques canadiens, c'est qu'elle n'en avait pas exprimé le souhait. Voire.

  •  
  • Au Québec, Marine Le Pen un peu plus ignorée qu'elle ne le dit

Que diable allait-elle faire dans cette galère ? De sa visite au Québec et Saint-Pierre-et-Miquelon, Marine Le Pen rapporte sur son blog des photos avec des chiots de traîneaux tout mignons, des déambulations dans les rues et les musées locaux, un instantané d’une «rencontre avec des responsables économiques» la montrant en fait avec Roger Rode, le secrétaire départemental du FN de Saint-Pierre-et-Miquelon, et de nombreuses photos avec les journalistes québécois. Ajoutons un «un appel à la francophonie» sur son blog et, sur le site du Front national, les communiqués à propos de ses interventions médiatiqueset de ses hôtels annulés. Mais où sont les rencontres avec des politiciens fédéraux que Sébastien Chenu, conseiller de Marine Le Pen, semblait avoir promis à Radio Canada? De fait, il n’y en a eu aucune… 

Ce n’était pas l’objet, dit aujourd’hui le FN. Interrogé sur ce voyage, largement présenté comme désastreux par la presse locale et française, le vice-président du parti, Florian Philippot, a contesté cette version lundi sur BFM TV:

 «Vous dites "des responsables politiques canadiens n’ont pas voulu la voir". Mais elle n’a pas demandé à les voir. Est-ce que vous pensez que ça intéresse Marine Le Pen d’aller voir le Sarkozy québécois, le Jean-Christophe Lagarde québécois ou le Jean-Christophe Cambadélis québécois ? Non, pas du tout. Elle ne va pas aller voir l’UMPS locale, ça ne l’intéresse pas. Ils disent la même chose qu’en France avec encore plus de naïveté. Ça n’a aucun intérêt.»

«Boutade»

Ce que Marine Le Pen a répété quasi mot pour mot lors de sonintervention filmée sur Facebook mercredi: «Je ne suis pas allée au Québec pour rencontrer des responsables politiques. J’aimerais qu’on m’explique quel intérêt je pourrais avoir à faire 5500 kilomètres pour aller rencontrer le Cambadélis canadien ou le Juppé québecois… J’ai pas besoin de me déplacer, j’ai les mêmes à la maison.»

Marine Le Pen, écrasant de son mépris les «Bisounours» de la politique québécoise, n’a donc pas cherché à les croiser ? Côté exécutif, l’affaire a été vite entendue, le porte-parole du premier ministre Philippe Couillard, Harold Fortin, ayant déclaré que personne au gouvernement n’avait l’intention de rencontrer Marine Le Pen. Sans qu’on sache (le cabinet du Premier ministre ne nous ayant pas répondu) si une demande avait été fomulée par l’entourage de la responsable frontiste. Pour le reste, il y a quatre partis représentés à l’Assemblée nationale québécoise (le Parti libéral québécois, le Parti québécois, la Coalition avenir Québec et le Québec solidaire), que Désintox a donc contactés, pour savoir s’ils avaient cherché à voir la responsable du FN, ou été approchés par le parti.

Bilan : le Parti libéral québécois ne nous a pas répondu, le parti de gauche Québec solidaire nous a confirmé par mail n’avoir pas eu «de contact direct avec l’équipe du FN ou de Marine Le Pen». C’est par «boutade» que son député Amir Khadir a proposé devant la presse de rencontrer la présidente du front national. Pas non plus de demande officielle reçue par le Parti québécois, que Marine Le Pen avait félicitélors des élections générales de 2012. Marine Le Pen a bien rencontré quatre jeunes militants dudit Parti, mais la direction s’estformellement dissocié «de cette initiative d’issue personnelle».

 

«Pas d’intérêt pour cette rencontre»

Reste le parti de centre droit Coalition avenir Québec qui, comme l’a révélé tout d’abord Radio Canada, et contrairement à ce que disent Philippot et Marine Le Pen elle-même, a bien été approché par le front national. Joint par Désintox, son directeur des relations publiques, Guillaume Simard-Leduc, «confirme que le cabinet de M. Legault a reçu une demande en ce sens via un courriel de M. Ludovic De Danne, secrétaire général du groupe ENF, le 10 mars dernier». Par mail, il ajoute que la rencontre ne s’est pas faite pour des raisons d’agenda et d’intérêt :«L’agenda du chef de la Coalition Avenir Québec ne lui permettait pas de rencontrer Mme Le Pen. C’est ce que nous leur avons répondu par courriel. Cela étant dit, Radio-Canada nous a demandé si M. Legault aurait rencontré Mme Le Pen si son agenda l’avait permis. Nous leur avons effectivement répondu que nous ne voyions pas d’intérêt pour cette rencontre de toute façon.»

Par téléphone, Sébastien Chenu, le conseiller de Marine Le Pen qui l’accompagnait lors de ce voyage, confirme cette «approche avec la Coalition Avenir Québec. On avait commencé à fixer des dates de rendez-vous avec eux».

On ne sait pas si François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec, est plutôt un «Cambadélis canadien» ou un «Juppé québecois» dans l’esprit de la cheffe frontiste… mais le fait est qu’il a été question de le croiser. Preuve que Marine Le Pen a essayé de croiser au moins un«Bisounours» lors de son voyage. Et qu’il est toujours plus confortable de faire croire qu’on n’a pas sollicité un rendez-vous plutôt que d’assumer avoir pris un vent.  

 Source

 

Commenter cet article

Archives