Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Athènes assure être près d'un accord avec ses créanciers

Publié le 20 Avril 2016, 10:45am

Catégories : #ECONOMIE

Athènes assure être près d'un accord avec ses créanciers

Les négociations entre Athènes et ses créanciers sont entrées dans leur "phase finale pour un accord" sur les réformes réclamées, a assuré mardi le gouvernement grec, excluant l'adoption à ce stade de mesures supplémentaires envisagées par l'UE et le FMI.

"Notre estimation est que les négociations ont atteint leur phase finale pour un accord (...) qui sera la base pour la conclusion de la première revue du programme grec lors de l'Eurogroupe", réunion des ministres des Finances de la zone euro prévue vendredi, a affirmé la porte-parole du gouvernement, Olga Gerovassili, lors d'un point de presse. 

Les ministres grecs ont repris mardi après-midi leurs discussions avec les représentants des créditeurs européens, après une pause le week-end pour la réunion de printemps du Fonds monétaire international (FMI). La représentante du FMI rejoindra les réunions mercredi, a indiqué le ministère des Finances. A Washington, les créanciers européens et le FMI ont tenté de réduire leurs désaccords sur les objectifs budgétaires assignés à la Grèce en 2018, à l'expiration de l'actuel plan d'aide financière.

Ils ont envisagé de demander à Athènes d'adopter des mesures supplémentaires qui seraient activées si le pays n'atteignait pas l'objectif d'un excédent budgétaire primaire (avant paiement des intérêts de la dette) de 3,5% du PIB en 2018. Mais Mme Gerovassili a exclu à ce stade un accord grec en ce sens. "Nous ne pouvons pas dès aujourd'hui discuter de ce qui se passerait en 2018 si les objectifs n'étaient pas atteints, cela minerait l'économie", a-t-elle affirmé. 

Athènes entend en rester à "ce que prévoit l'accord" conclu en juillet avec l'UE et le FMI, c'est-à-dire "conclure la revue" avec l'UE et le FMI des réformes mises en ?uvre, "et ensuite entamer des discussions sur la dette", a-t-elle souligné. "Lors de cette discussion (sur la dette) on pourra voir s'il y a des écarts à combler, mais en discuter avant ne respecterait pas les engagements pris en juillet", a-t-elle précisé. 

Côté européen, le vice-président de la Commission chargé de l'Euro, Valdis Dombrovskis, a confirmé lors d'un point de presse à Bruxelles qu'"il y avait eu des progrès substantiels ces dernières semaines avec les autorités grecques". "Nous sommes près de conclure la première revue. Si toutes les parties sont prêtes à faire un dernier effort, elle pourrait s'achever dans un court délai", a-t-il souligné. La directrice du FMI, Christine Lagarde, a pour sa part affirmé dans un entretien mis en ligne mardi par le quotidien Le Figaro qu'elle participerait à l'Eurogroupe de vendredi. 

"J'y serai effectivement, mais ce n'est pas pour autant que ce sera réglé. Ce que je souhaite est de contribuer à faire avancer le dossier. Car contrairement à ce qu'on a voulu nous attribuer, on n'est pas là pour faire traîner les choses, mais pour avancer des solutions", explique-t-elle. Mme Lagarde a rappelé que lors de ces discussions, il fallait "tenir compte du contexte des flux de réfugiés, pour lequel la Grèce est un partenaire particulièrement important".

Pour Mme Gerovassili, l'optimisme grec sur un accord prochain avec ses créanciers se fonde sur "l'image positive de l'économie grecque, qui sera donnée par le rapport d'Eurostat" prévu jeudi et qui doit confirmer selon elle, "un excédent primaire budgétaire plus élevé que prévu" pour 2015.                                                                                                                                                  source

Commenter cet article

Archives