Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Arnaques au trading sur Internet : le nouveau « casse du siècle »

Publié par MaRichesse.Com sur 2 Avril 2016, 04:01am

Catégories : #INTERNET, #JUSTICE

Arnaques au trading sur Internet : le nouveau « casse du siècle »

« L’arnaque du siècle » n’aura finalement conservé son titre qu’une poignée d’années. Entre l’automne 2008 et le printemps 2009, l’escroquerie aux quotas de carbone avait coûté près de 2 milliards d’euros aux caisses de l’Etat, d’après les calculs de la Cour des comptes. 

Un montant colossal qui lui a permis de se voir affubler du titre convoité de « casse du siècle » par la presse. Cette « performance » serait aujourd’hui détrônée par les arnaques liées aux sites illégaux de Forex (un des marchés mondiaux où s’échangent les monnaies) et d’options binaires (des instruments financiers très spéculatifs).

Selon le procureur de la République de Paris, François Molins, ces fausses plateformes en lien avec « le monde de la criminalité organisée » auraient rapporté aux escrocs près de 4 milliards d’euros sur ces six dernières années. Derrière ces sites opérant depuis Chypre ou Israël se cacheraient notamment de vieux briscards de taxe carbone issus du milieu franco-israélien selon le procureur.

Près de 360 sites douteux

Le phénomène est exponentiel. En 2010, la première liste noire de l’AMF comptait quatre noms de sites douteux. Ils seraient près de 360 aujourd’hui dans le collimateur de l’autorité.

Tous ne sont pas illégaux. Certains disposent de l’agrément de la Cysec, le régulateur boursier chypriote. Mais ce dernier n’est pas vraiment réputé pour la sévérité de ces contrôles. Et leurs pratiques commerciales seraient également douteuses : selon l’AMF, neuf clients sur dix y perdraient leur mise. 

La façade de l'AMF à Paris, le 13 janvier 2016
La façade de l’AMF à Paris, le 13 janvier 2016 - ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Ces chiffres ont été révélés ce jeudi lors d’une conférence de presse organisée conjointement par le parquet de Paris, l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, le régulateur bancaire) et la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

« Arnaque au président »

Les quatre institutions souhaitaient ainsi alarmer face à l’ampleur prise par le nombre d’arnaques financières sur Internet. Et alerter le public sur les dangers qui se cachent derrière des offres aux taux d’intérêts mirobolants. Benoît de Juvigny, le secrétaire général de l’Autorité des marchés financiers, explique ainsi :

« Nous faisons face à une véritable avalanche. »

Les aigrefins de la finance ne manquent en effet ni d’imagination ni de moyens. Si le Forex concentre à lui seul près de 4 milliards d’euros de pertes, il faut ajouter près de 500 millions d’euros détournés par les spécialistes de l’arnaque aux faux ordres de virement, communément appelée « arnaque au président » : un individu se faisant passer pour le dirigeant d’une société, un avocat mandaté ou un fournisseur demande un virement confidentiel et urgent au service comptabilité.

Avancer les frais de dossiers

Jusqu’à présent, la France est le pays le plus touché par cette escroquerie. Mais le phénomène aurait, selon le procureur, commencé à gagner l’Espagne. Ce n’est pas tout. Une nouvelle escroquerie serait également en plein développement. Elle concerne des offres de crédit frauduleuses.

Se donnant des airs respectables sur leur page d’accueil, des sites proposent aux internautes des prêts à des taux très avantageux et avec des conditions d’obtention simplifiées. « Obtenez de 500 à 1 000 000 d’euros en 48 heures », clame l’un d’eux. 

Seule demande : l’emprunteur doit avancer les frais de dossiers. Bien entendu, une fois ces frais réglés, l’argent promis n’arrive jamais. Un des intervenants raconte :  

« Parfois, ces sites demandent à ce que l’apport pour l’achat d’un bien immobilier soit versé sur leur compte pour débloquer l’argent du crédit, une victime aurait ainsi perdu près de 100 000 euros. »

Près de 500 pages Facebook en relation avec ces offres de crédit frauduleuses auraient déjà récemment été dénombrées par l’ACPR. 

Des publicités racoleuses

Comment expliquer la multiplication de ces arnaques ? Le contexte de crise et la persistance de taux d’intérêts bas auraient leur part de responsabilité. Ils inciteraient les épargnants à chercher des rendements meilleurs hors des produits financiers classiques. Au risque de tomber sur des miroirs aux alouettes.

En outre, ces plateformes abreuvent l’Internet de publicités racoleuses (« 100% de bonus », « comment investir 4 000 euros avec seulement 10 euros » et ont recours à des pratiques commerciales proches du harcèlement pour recruter ou garder un client.

Sans scrupules, les escrocs n’hésitent pas à usurper l’identité de médiateurs ou d’organismes de régulation pour arnaquer une seconde fois leurs victimes. 

Une cinquantaine d’enquêtes en cours

Pour lutter contre ces arnaques, l’AMF saisit depuis quelques mois la justice pour demander le blocage des sites non autorisés. Mais la démarche est longue et pas toujours des plus efficaces : ces plateformes ont la faculté de renaître rapidement de leurs cendres sous un autre nom.

Les sommes détournées sont, quant à elle, difficiles à tracer du fait de la multiplicité des acteurs et de la rapidité des flux. Si les premiers virements des clients abusés se font généralement vers des entités bancaires étrangères ayant pignon sur rue, l’argent ne reste jamais très longtemps sur ces comptes. Il est aussitôt transféré vers des contrées qui rechignent à coopérer. 

Une cinquantaine d’enquêtes serait toutefois en cours au parquet de Paris (en tout, elles représenteraient près de 500 victimes).

« Fuyez ces sites ! »

La semaine dernière, une juge d’instruction du pôle financier s’est même déplacée en Israël pour mener une quinzaine d’interrogatoires de suspects et de témoins mais également procéder à cinq perquisitions dans le cadre de l’enquête sur une importante affaire d’escroquerie au Forex. Une opération effectuée en partenariat avec la police israélienne. Le signe d’une meilleure coopération entre les deux pays ?

En attendant, le procureur de la République le répète :

« La meilleure arme, c’est la prévention. »

« Fuyez ces sites ! », conseille pour sa part le secrétaire général de l’AMF. Et ce dernier de regretter que sur les cinq plateformes sponsorisant des clubs de L1 (PSG, AS Monaco, OGC Nice, Olympique lyonnais, AS Saint-Etienne) figurent trois sociétés sanctionnées par la Cysec, pourtant pas réputée pour sa sévérité. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives