Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 conseils (en or) pour organiser un enterrement de vie de jeune fille

Publié par MaRichesse.Com sur 2 Avril 2016, 11:10am

Catégories : #ASTUCES, #COUPLE, #RELATIONS, #VIE

Passage obligé pour toutes les futures mariées, l’enterrement de vie de jeune fille – ou EVJF pour les initiées  – vire souvent au casse-tête pour celle qui doit l’orchestrer. Découvrez les secrets d’une pro pour éviter les catastrophes.

 

10 conseils (en or) pour organiser un enterrement de vie de jeune fille

Maëlis Jamin-Bizet, blogueuse mariage connue sous le pseudo «La Fiancée du Panda», a créé un guide à l’attention des témoins. Son nom: «EVJF, Mode d’emploi» (Ed. Eyrolles, 2016). Les innombrables questions de ses lectrices sur les enterrements de vie de jeune fille lui ont donné envie de mettre ses astuces sur papier. Merci à elle! Nous avons sélectionné 10 perles trouvées dans cet ouvrage.

 

1. Respecter le nombre d’or

Qui convier à cet événement exceptionnel? A moins d’être totalement «siamoisée» à votre amie qui se marie, mieux vaut lui demander la liste des personnes à convoquer. Selon Maëlis, le «nombre d’or» d’un EVJF se situe à 6-7 invitées (oui, comme Bar Refaeli). En dessous, cela risque d’être un peu tristounet tandis qu’au-dessus, les choses deviennent vite compliquées à gérer.

 

2. Ne pas se laisser prendre par le temps

Afin de réserver une journée ou un week-end qui convienne à toutes, il est nécessaire de fixer une date 6 mois à l’avance. Et pensez à surprendre la future mariée en agendant le jour en question avec son amoureux.

 

3. Parer les problèmes d’argent

Là, ça se corse: le budget reste toujours l’épineuse question à régler. «Personne n’aime parler de sous, mais je vous promets qu’il vaut mieux prendre les devants sur le sujet pour éviter de se retrouver dans des situations épineuses», conseille Maëlis. Entre Sylvie, cadre dans une société d’agroalimentaire et Caroline, serveuse-chanteuse, les possibilités financières risquent de fortement diverger. Mettez les choses à plat et demandez clairement à chaque participante quel est son budget. Le choix des activités dépendra de la somme totale à disposition. Et pour calculer le pourcentage que chacune doit verser, tournez-vous vers des applis qui vous facilitent la vie: FacilADDLes bons comptes entre amisDebal, etc.

 

4. Apprendre à déléguer

Non, témoin ne rime pas avec esclave. On ne se tape pas tout le boulot seule sous prétexte d’être l’élue. L’idée: donner à chacune de petites tâches en tenant compte des compétences et qualités de ces demoiselles. Celle qui a de supers idées do it yourself (DIY), celle qui est copine avec Excel, celle qui maîtrise l’art de choisir les bons restos, etc. L’outil fétiche de «La Fiancée du Panda»? L’appli gratuite Asana qui permet de gérer une équipe en assignant des tâches à chacune, deadline incluse.


Laurent Becot Ruiz - Epouse-moi cocotte

 

5. Prévoir large

Lors de l’élaboration du planning de la journée, ajoutez systématiquement 30 minutes à chaque escale. Pourquoi? L’inertie de groupe nous fait forcément avancer moins vite. Et c’est sans compter sur les petits tracas du jour J: se tromper de bus, oublier son portable, attendre trois plombes sonrepas de midi, etc. 

 

6. Savoir créer une dynamique sympa

Entre les copines de danse, la cousine française, les amies d’enfance et la collègue de boulot, personne ne se connaît vraiment. «Pas de panique, le mélange des genres peut s’avérer tout à fait sympathique, note Maëlis. Vous pouvez, par exemple, recourir aux techniques de team building: un dress code commun, une activité manuelle à mener en équipe comme un défi façon «Top Chef», etc.» Autre conseil, si vous redoutez vraiment l’échéance: mettez en place une réunion pré-EVJF. Une occasion en or pour briser la glace et parler des réjouissances à venir. 

 

7. Choisir un fil rouge

Opter pour un thème qui corresponde à la personnalité de votre amie, c’est savoir se simplifier la vie. On décline déco, restos, activités, tenues des invitées sur ce dernier. Et les possibilités sont multiples! Choisissez une série qu’elle adore, un conte de fées, son péché mignon, une ville qu’elle rêve de visiter, etc. 

 

8. Immortaliser ce moment

Pas question de repartir sans quelques photos souvenirs! L’option «photographe pro» donnera probablement les meilleurs résultats, mais cela pèsera sur votre budget. Si ce dernier est trop serré, chargez l’une des participantes (la plus calée sur le sujet) de s’en charger. Attention à définir une plage horaire précise. Cela permettra à l’amie-artiste de ne pas se sentir «de corvée» durant toute la journée… 

 

9. Miser sur une jolie déco

La déco, c’est la vie (Valérie Damidot sort de ce corps!). S’il est inutile de dévaliser tous les magasins Maisons du Monde, quelques touches bien choisies donneront néanmoins une atmosphère à l’ensemble. Maëlis Jamin-Bizet conseille de se tourner vers des DIY faciles à réaliser «qui ne demandent ni un budget pharaonique, ni les compétences d’un ingénieur de la NASA». Miser sur des piques à cocktail colorées, quelques banderoles et bougies, un candy bar aux couleurs coordonnées, de jolies étiquettes pour présenter les plats, etc. Avant de vous lancer, commencez par faire le tour du petit groupe pour déterminer qui peut amener quoi. Le truc en plus: «pour obtenir un maximum d’effet, tâchez de tout mettre en place avant l’arrivée de la future mariée, pour qu’elle ait la surprise en entrant dans la pièce». 

 

10. Faire plaisir à la mariée

En ayant suivi les 9 conseils précédents, il n’y a aucun risque que vous vous plantiez. Souriez, rigolez… et profitez si vous le pouvez!


Laurent Becot Ruiz - Epouse-moi cocotte

Les témoignages de nos internautes 

 

Laetitia: «Un week-end parfait à Biarritz»

«Mon EVJF était parfait! Direction Biarritz pour un week-end entre copines. Accueillie avec des colliers de fleurs, un super appart, une sélection de musique, de nourriture, de cocktails (elles avaient même prévu le blender, les filles!), une compil de tests rigolos tirés de magazines féminins, du soleil, de la bonne humeur, une journée à Caliceo, des ballades, du chocolat, une soirée à Irun…
Parfait! Et puis à l'aéroport avant de partir, on se retrouve toutes à glousser devant Marc Lavoine qui embarquait sur un autre vol. Je ne pouvais pas rêver mieux! Une photo de ce week-end a même servi à faire un tableau façon Warhol: inoubliable.» 

 

Christoffa: «Un incroyable déguisement de fée»

«Mon meilleur souvenir, ça a été le gage d'Elodie. La déguiser en fée et faire un jeu de piste au parc de la Tête d'Or, à Lyon… Mémorable. On a trop rigolé, tous les gens se retournaient sur notre passage!» 

 

Marion: «De jolies activités simples et enfantines à la campagne»

«Ma sœur, est une personne simple loin des clichés féminins. Elle est ingénieure agronome et se ressource volontiers à la campagne. Aussi nous devions prendre le contre-pied de ce que nous voyons habituellement (pole dance, manucure, vendre des choses dans la rue, etc.). Cela a été très difficile à mettre en place, chaque invitée ayant ses propres contraintes. Et surtout, j’ai tout dû organiser à distance, vu le peu de disponibilité et l’éloignement de certaines participantes!
Nous sommes retournées dans notre village natal, où j’ai contacté des agriculteurs qui ont compté dans son parcours professionnel. Nous avons organisé des activités dans chaque ferme (une course de rollers en tenant une cuillère dans la bouche avec un œuf que ma soeur ne devait pas laisser tomber, une course aux sacs, le jeu de la patate à mettre dans un verre d’eau en s’accroupissant…) Bref, autant de jolies activités simples, enfantines et mettant l’être humain au centre de cette journée. Nous avons fini dans un chalet d’alpage sans électricité, à chanter et à apprécier ce moment.
Je crois que s’adapter à la personne pour qui nous organisons l’enterrement de vie de jeune fille est essentiel pour que celle-ci se sente à l’aise. Vouloir faire ce qui se fait, à savoir rendre ridicule la future mariée, lui faire vendre des choses alors qu’elle est de nature timide, c’est montrer que l’on ne la connaît pas vraiment. Ma sœur a été ravie! Par contre, j’ai déjà vécu un autre enterrement de vie de jeune fille dans lequel je ne me suis pas investie car tout ce qui avait été organisé me paraissait loin de lafuture mariée. J’ai été mal à l’aise pour elle, car justement les pires gages lui avaient été imposés…» 

 

Sophie: «Un deuxième EVJF dans la foulée»

«Lorsque j’ai reçu le programme, je n’étais vraiment pas emballée: un cours de pole dance… De plus, je ne connaissais pas la moitié des invitées, je redoutais un peu cette journée. Finalement, nous avons passé des moments incroyables, comme si l’on était un groupe hyper soudé depuis des années. C’était assez fou de vivre cela! On a passé une super soirée chez la témoin à chanter, raconter des bêtises et manger des gâteaux. Ce moment a été tellement génial que l’on remet ça cette année! Bon, cette fois, sans le cours de pole dance.» 

 Source

 

Commenter cet article

Archives