Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 astuces pour devenir un maître de pacotille

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Avril 2016, 12:54pm

Catégories : #ASTUCES, #DEVELOPPEMENT

10 astuces pour devenir un maître de pacotille

Aujourd’hui, dans ma grande bonté, je vous livre 10 astuces incontournables, inoubliables et absolument formidables pour débuter comme Maître dans les relations D/s. Grâce à moi, vous trouverez la soumise de vos rêves.

 

1. Le choix du pseudo

Choisissez un pseudo classieux, beau et bien ficelé. L’idée est de ferrer une jolie femelle élégante, intelligente, prête à porter un bâillon boule rose paillette sans aucune réticence (ou juste une toute petite résistance pour avoir le plaisir de la punir avec une cravache que vous lui aurez demandé d’apporter, il ne faudrait pas que votre porte-monnaie ait trop à pâtir de vos goûts pervers et assumés comme tels).

Utilisez sans modération les mots  maître (pas Gims), monsieur, Grey, Shades, Fiftyqui  seront PARFAITS.  Cependant,  il vous faudra rajouter un chiffre symbolique pour vous distinguer des 500 000 autres prétendants qui trainent leur guêtre sur le web. Ne vous inquiétez pas, choisir ce chiffre n’est qu’un détail. Avec un peu d’imagination vous utiliserez votre date de naissance, le numéro de votre département, votre âge (si vous n’êtes pas trop gâteux), ou le code de votre carte bleue.

 

2. Le choix de la photo

Faîtes sobre et élégant. Une chemise blanche, une veste de costume noire. Ne mettez pas votre visage, il faut que la proie (la future soumise consentante, pardon) puisse avoir le loisir de fantasmer. La cravate, c’est un must. Photo en noir et blanc obligatoire. Pas de vulgarité surtout. Si vous avez un peu de bide (après tout, votre activité professionnelle de prestige ne vous laisse pas  le temps de faire du sport à part celui en chambre, haha) vous pouvez aussi choisir la photo d’un mec en costume sur le net, bien foutu de préférence. Elles n’y verront que du feu. Regardez la couv de Fifty Shades of Grey, c’est la meilleure source d’inspiration.

 

3. Le choix des photos

Que ce soit pour votre bannière FB, les photos que vous publierez sur Twitter, les photos d’album de sites en ligne, etc., les meilleures sources d’inspiration sont  dans Manara, et Histoire d’O. Ces illustrations sont des valeurs sûres. Pour les autres photos, choisissez des photos en noir et blanc représentant des femmes en postures humiliantes (selon vos critères personnels). Que les femmes soient élégantes, qu’elles portent des bas et des talons vertigineux, qu’elles n’aient aucunes rides. Qu’elles soient imberbes, surtout. Ce dernier point est fondamental. Soyez glam, porno chic, bling bling parfois. N’oubliez pas non plus d’exhiber vos jouets : pinces à tétons, fouet, martinet, gode énorme, collier, cordes, écarteurs, menottes….

 

4 . Le choix du niveau langagier pour les correspondances

Le seul et unique conseil est d’utiliser un style langagier ampoulé, avec des nuances légèrement surannées et des pointes de pédantisme. C’est une manière de prouver votre pouvoir lié à la maîtrise parfaite de la grammaire, de l’orthographe, et des phrases alambiquées. Il faut qu’en quelques lignes votre future chienne comprenne que vous êtes un homme éminemment cultivé précis et rigoureux. Vous vous devez à vous-même d’être irréprochable. Bien entendu, quand la soumise se sera confiée entre vos mains savantes, vous la traiterez de noms d’oiseaux. Mais, nous brûlons les étapes, et vous n’aimez pas cela. Il vous faut poser un cadre sans débordement possible.

 

5. Vous mettre en valeur

N’oubliez jamais de vous mettre en valeur, notamment en dénigrant les autres pseudos maitres. Vous, vous en êtes un vrai, un pur et dur. Vous, vous savez comment il faut faire, comment il faut s’y prendre avec les femmes. Ne tolérez aucune moquerie sur les relations D/s, aucune simplification du BDSM. C’est tellement plus complexe que ce que les non-initiés peuvent comprendre. Ayez des convictions fortes et ancrées comme par exemple : « Trop de personnes ne sont que des BSM, c’est à dire sans aucune véritable discipline ».

 

6. Les premiers échanges épistolaires

N’oubliez pas qu’il faut un peu de temps pour apprivoiser une femme. N’oubliez pas qu’elles sont bourrées de réticences bien qu’elles adorent se faire bourrer sans qu’elles n’osent se l’avouer. Alors prenez le temps. Expliquez-lui ce qu’elle ressent. Vous le savez bien mieux qu’elle. N’oubliez aucun cliché. La future soumise est souvent une femme cadre, débordée par son travail, qui évolue dans un monde d’hommes et qui, au lit, a besoin de retourner aux fondamentaux, à savoir se soumettre à un homme. Dites-lui que si elle croit vouloir garder sa liberté en couchant avec qui bon lui semble, ce n’est qu’une illusion. Plus la femme semble puissante, plus cela valorise votre ego. Ne l’oubliez jamais.

 

7. Donnez-lui rapidement des ordres

« Madame, ne portez pas de culotte aujourd’hui. Rappelez-vous que ce n’est pas pour votre plaisir mais pour le mien. »

Conseil Number One : ne pas faire porter de culotte à sa soumise est fondamental. Ne jamais sauter cette étape. Sinon, vous ne serez jamais un vrai maître.

 

8. Cessez donc de lire

… ce billet, si vous ne l’avez pas déjà fait. Définitivement, je vous caricature.

 

9. LE CONTRAT

Malheur, j’ai failli oublier de parler du contrat ! Bien entendu, on n’établit pas un contrat tout de suite. Non, il faut un peu de temps pour connaître cette femme qui s’est remise corps et âme entre vos mains et sous votre sexe tout puissant. Pas d’humour dans le contrat ! Mais fallait-il que je vous précise ce point ? Si vous êtes marié, n’oubliez pas de stipuler que votre soumise vous sera fidèle sauf si c’est vous qui l’envoyez se faire humilier chez un autre homme. Notez scrupuleusement les heures où elle peut vous contacter, genre à 13h00 ou entre 23h00 et 2h00. Il ne faudrait pas que bobonne ou que votre patron vous prenne la main sur la cravache. Ce serait une humiliation terrible pour vous.

 

10 . La soumise est en fait maître du jeu

Répétez à loisir cet adage. Faîtes en sorte que votre soumise en soit bien consciente. Rassurez-vous, vous êtes un si bon maître que jamais le syndrome de Stockholm se développera. Non. Vous vous créez le manque par des non-réponses, des silences, des absences, seulement pour le bien de votre soumise. Disparaissez du circuit pour des raisons « personnelles », cela augmentera la frustration de la soumise. Ayez plusieurs soumises, pour éviter de vous attacher trop à l’une d’elle et pour les mettre en compétition symbolique. Mais n’oubliez pas que la soumise est en fait le maître du jeu.

 

Conclusion :

Pour le collier, le dressage, le temps et la fréquence des séances, pour le sexe compris on non pendant la séance, pour la gestion des SMS, les photos de nude, il me faudrait un autre billet. Déso.

Vous êtes fin prêt pour la chasse à la soumise parfaite. Si vous souhaitez un coup de pouce, n’hésitez pas à demander à un maître installé, s’il n’a pas des soumises en rab. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives