Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Selon une étude, la production de certaines cultures vivrières pourrait être impossible en Afrique subsaharienne

Publié par MaRichesse.Com sur 14 Mars 2016, 05:03am

Catégories : #ALIMENT, #AFRIQUE, #NUTRITION, #ENVIRONNEMENT

Selon une étude, la production de certaines cultures vivrières pourrait être impossible en Afrique subsaharienne

Si des actions de mitigation des effets du changement climatique ne sont pas menées, la production de certaines cultures vivrières sera impossible dans certains endroits, en Afrique subsaharienne. C’est la conclusion d’une étude sur les effets du changement climatique sur neuf cultures, menée par des scientifiques, renseigne Ecofin.

Selon ces derniers, la région pourrait perdre jusqu’à 30% de ses zones de production de maïs et de bananes et jusqu’à 60% de celles produisant des haricots. «Cette étude dit, où et surtout quand, des interventions doivent être faites pour empêcher le changement climatique d’affecter la production alimentaire en Afrique», a affirmé Julian Ramirez-Villegas, qui a dirigé cette étude pour le programme de recherche du CGIAR sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire. «Nous savons ce qui doit être fait, et pour la première fois, nous avons des délais pour poser des actions», poursuit-il avant d’indiquer qu’environ 40% des zones de production de maïs devront connaître des transformations allant d’un changement de type de cultures pratiquées sur ces superficies à l’abandon des activités agricoles sur ces terres.

Si les interventions doivent être urgentes dans des poches situées dans la région sahélienne notamment en Guinée, au Sénégal au Burkina Faso et au Niger, des pays comme le Bénin ou le Ghana pourraient voir certaines zones ne pouvant plus produire de la banane. Outre des actions de court-terme comme des efforts dans l’irrigation ou l’adoption de nouvelles variétés tolérantes à la sécheresse, des actions doivent être entreprises par les gouvernements afin de donner un cadre adéquat à la lutte qui doit se mener. «Nos recherches démontrent que le temps presse pour la transformation de l’agriculture africaine. Ceci nécessitera non seulement une augmentation du financement mais un environnement législatif favorable aux solutions à appliquer aux régions affectées.», a conclu M. Ramirez-Villegas.

Moctar FICOU / VivAfrik

 

Commenter cet article

Archives