Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Prêtre soupçonné de pédophilie à Lyon: Le cardinal Barbarin assure avoir «agi immédiatement»

Publié par MaRichesse.Com sur 15 Mars 2016, 06:07am

Catégories : #RELIGION

Prêtre soupçonné de pédophilie à Lyon: Le cardinal Barbarin assure avoir «agi immédiatement»

L'archevêque de Lyon est pris depuis plusieurs semaines dans un scandale de pédophilie qui éclabousse son diocèse...

Empêtré dans un scandale de pédophilie, le cardinal Barbarin a nié ce mardi avoir couvert un prêtre et a assuré « prendre ses responsabilités », lors d’une conférence des évêques de France à Lourdes.

« Jamais, jamais, jamais, je n’ai couvert le moindre acte de pédophilie », a assuré Philippe Barbarin, l’archevêque de Lyon depuis 2002. De sa nomination comme évêque il y a 17 ans, le cardinal indique avoir eu connaissance d’actes pédophiles à deux reprises, « en 2006 et en 2014 ». « La police m’en est témoin et m’a rendu justice à ce sujet en me disant que j’avais réagi immédiatement », a indiqué le Primat des Gaules. Par la suite, il assure n’avoir « redonné un ministère » à aucune des deux personnes mises en cause.

>> A lire aussi : VIDEO. Pédophilie: Retour sur les affaires qui secouent le diocèse de Lyon

« Je ne dis pas que je ne me suis pas trompé »

Concernant l’affaire Preynat, ce prêtre mis en examen à Lyon le 27 janvier pour des agressions sexuelles présumées sur des scouts remontant aux années 1980-1990, le cardinal Barbarin a une nouvelle fois assuré avoir pour la première fois rencontré l’une des victimes de ce prêtre « en novembre 2014 pour des faits qui se sont arrêtés en septembre 1990 et qui ont été sanctionnés en février 1991 quand le cardinal Decourtray a su ».

A l’époque, sur la demande du cardinal, la victime aurait écrit les faits. « C’est la première fois que j’avais les faits précis, ces horreurs faites sur un garçon qui devait avoir à l’époque 10 ou 11 ans », ajoute l’archevêque de Lyon, qui avait toutefois déjà rencontré le Père Preynat en 2007 après avoir eu vent de son passé.

>> A lire aussi : Pédophilie à Lyon: Le cardinal Barbarin accusé d'avoir couvert les actes d'un autre prêtre

« A l’époque, il m’a dit : "j’ai été tellement ébouillanté parce que j’avais fait que je n’ai pas recommencé". On peut me reprocher de l’avoir cru (…) Je ne dis pas que je ne me suis pas trompé », a ajouté le cardinal, qui a également reconnu que des améliorations pouvaient être apportées par l’église au sujet de la prescription. « Il ne faut pas nous en tenir à une prescription juridique ou au fait qu’il n’y ait pas de plaintes. Manifestement, cela ne suffit pas, il y a quelque chose que nous devons changer ».

Il répond à Manuel Valls

Interrogé sur les déclarations du Premier ministre Manuel Valls, qui sur RMC, a demandé ce mardi matin au cardinal « de prendre ses responsabilités » après la sortie d’une nouvelle affaire, Philippe Barbarin a répondu : « Le Premier ministre est le Premier ministre, il sait ce qu’est la présomption d’innocence (…) Je lui promets que je vais prendre mes responsabilités ».

>> A lire aussi : Prêtre soupçonné de pédophile: Comment les victimes ont réussi à faire éclater le scandale?

Le cardinal, visé par plusieurs plaintes dans le cadre de l’affaire Preynat, est également mis en cause par un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur pour des faits présumés de pédophilie remontant au début des années 1990 et concernant un prêtre toujours en activité à Lyon. Cet homme a déposé plainte mi-février contre Philippe Barbarin pour « mise en danger de la vie d’autrui et provocation au suicide ». « Qui ai-je incité au suicide ? C’est inimaginable cette affaire-là », a déclaré le cardinal sur ce nouveau scandale.

« Ce sont des points très troubles de la vie d’un prêtre mais qui n’ont plus rien à voir avec de la pédophilie », a estimé l’archevêque, d’après lequel les actes ont été commis sur un jeune âgé de 16 puis 19 ans au moment des faits, dans les années 1990. Indiquant qu’il n’avait « pas d’assurance » que ces actes ne se reproduisent pas, le cardinal Barbarin a ajouté : « Je demande qu’il n’exerce pas son ministère dans le monde entier jusqu’à ce que la justice se fasse ».

Commenter cet article

Archives