Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


‘Les épargnants sont expropriés’

Publié par MaRichesse.Com sur 15 Mars 2016, 18:27pm

Catégories : #NEWS

‘Les épargnants sont expropriés’

Les journaux allemands ont beaucoup critiqué le stimulus additionnel que la Banque Centrale Européenne (BCE) a annoncé mettre en place jeudi pour relancer la croissance en Europe. Beaucoup de commentateurs ont estimé que la politique monétaire était nuisible pour les épargnants allemands, et ils n’ont pas mâché leurs mots pour expliquer ce point de vue.

Le Handelsblatt a publié une photo sur sa page d’accueil où l’on voit le président de la BCE, Mario Draghi, allumer un cigare avec un billet de 100 euros, avec la légende suivante “Le jeu dangereux les économies des épargnants allemands”.

 

 

 

Le Frankfurter Allgemeine Zeitung a écrit que “Les réactions des économistes concernant les décisions audacieuses de Draghi sur les taux d’intérêt ont été unanimes… pour le condamner”, sans préciser qu’il ne s’agissait que des économistes allemands.

Le journal Bild,  un quotidien publié à plus de 2 millions d’exemplaires – a cité le président de la Fédération allemande du commerce extérieur de gros, du commerce extérieur et des services ( BGA) Anton Börner comme suit:

“Les épargnants sont expropriés. Il s’agit d’une gigantesque redistribution du Nord vers le Sud”.

Jeudi soir, l’économiste Geert Noels a donné son point de vue dans l’émission “De Afspraak” de la chaîne flamande VRT.

Selon lui, les mesures de Draghi (qui ne n’ont pas d’équivalent en six siècles d’économie) sont liées avec la situation financière désastreuse de plusieurs pays méditerranéens. Ceux-ci ont des dettes si élevées qu’il n’y a que deux solutions: une restructuration de la dette ou la création importante d’inflation pour faire évaporer ces dettes. Ces pays bénéficient déjà d’un allégement de la dette grâce à des taux d’intérêt plus bas, mais la BCE semble vouloir aussi le combiner à de l’inflation artificielle, affirme Noels.

La BCE vendrait cette stratégie sous le couvert de “mesures nécessaires pour permettre aux gens de dépenser plus et pour encourager les entreprises à investir”. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives