Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 bonnes raisons d’apprendre les échecs aux enfants

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Mars 2016, 12:45pm

Catégories : #ENFANT, #ASTUCES, #CERVEAU, #DEVELOPPEMENT

10 bonnes raisons d’apprendre les échecs aux enfants

Jeu cérébral par excellence, le jeu d’échecs est une activité ludique qui requiert des mécanismes d’analyse et de concentration.  Les régions du cerveau mobilisées lors d’une partie d’échec font l’objet de nombreuses études de la part, des chercheurs qui espèrent mettre à jour les dispositifs décisionnels des meilleurs joueurs, mais aussi comprendre les vertus du célèbre damier sur notre système cognitif. Il semble que la qualité du joueur d’échecs cumule compétences spatiales et raisonnements analogiques.

Selon le Pr Thierry Ripoll, directeur du Département de psychologie cognitive et expérimentale de l’Université de Provence:  « Si l’on s’investit beaucoup aux échecs, on va développer la concentration, la planification, la capacité à être attentif pendant longtemps à quelque chose dont on a besoin dans tous les domaines de l’activité cognitive ».

Jouer à ce jeux  peut donc conduire à améliorer les compétences cognitives de nos enfants. et pourquoi pas les nôtres!

10 bonnes raisons d’apprendre les échecs aux enfants

  • Le jeu d’échec est très amusant et divertissant pour les enfants de tous âges. Beaucoup d’enfants commencent à jouer dès l’âge de la maternelle et de développer un intérêt long de la vie dans le jeu.
  • Ce jeu stimulant enseigne la résolution de problèmes et les compétences analytiques.
  • Il favorise aussi une meilleure prise de test des compétences. En jouant, les élèves apprennent à développer des stratégies pour surmonter leurs faiblesses. Ces nouvelles compétences d’adaptation deviennent une seconde nature au fil du temps et se traduisent souvent par des scores plus élevés aux tests standardisés. Les enseignants ont également remarqué que les élèves qui jouent régulièrement semblent avoir une meilleure mémoire et des compétences organisationnelles que leurs camarades de classe.
  • Il améliore l’image de soi.
  • Il enseigne l’habileté sociale. Il s’agit d’un jeu où les enfants doivent apprendre à gagner et à perdre avec élégance. Les enfants apprennent à attendre tranquillement que l’adversaire choisisse ses options. En outre, ce jeu offre des récompenses immédiates pour les bons choix,et,active la capacité à prendre des décisions réféchies rapidement.
  • Ce jeu peu coûteux améliore également des compétences en mathématiques.
  • Les résultats en lecture et en sciences s’améliorent également.
  • Ce jeu permet également d’aider certains jeunes en difficulté en remplacant d’autres passe-temps plus dangereux et souvent moins passionnants.
  • De plus, c’est jeu facile à transporter qui peut être joué dans n’importe quel endroit, y compris les coins de rue, les restaurants, les salles de classe et les parcs.
  • Enfin … Voila une bonne occasion pour jouer avec nos enfants.

Comment elles ont changé mon cerveau

Par 

L’Américain Mark Samuelian est arrivé 3e d’un tournoi de poker et, selon lui, c’est grâce aux échecs.

Habitué des «blitz», ces parties express de trois minutes, il confie dans les pages de The Atlantic que son addiction à ce jeux a considérablement amélioré sa concentration et sa capacité à prendre des décisions rapidement.

Mark Samuelian raconte comment il s’est progressivement passionné pour cette façon de jouer qu’il avait initialement choisie pour son côté pratique et rapide:

«Le problème, cependant, c’était que j’étais tellement absorbé par le jeu que je jouais pendant des heures. J’étais surpris par mon niveau de concentration et je ressentais ce mouvement incroyable que tu ressens quand tu es tellement impliqué dans quelque chose que tu perds toute notion du temps.»

A tel point qu’il est aujourd’hui convaincu des bénéfices du blitz et encourage la création de cours d’échecs dans les écoles.

«Je crois que l’épreuve d’avoir à prendre 40 décisions dans dans un jeu en trois minutes entraîne ton cerveau à penser à un niveau plus élevé (…). J’ai arrêté de me laisser distraire par des emails et je finis sans difficulté les tâches les plus ennuyeuses.»

C. S-G pour Slate.fr

 

Commenter cet article

Archives