Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Un "monstre" marin s'est-il échoué sur une plage d'Australie ?

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Février 2016, 05:11am

Catégories : #INSOLITE, #AUSTRALIE

Un "monstre" marin s'est-il échoué sur une plage d'Australie ?

Voilà le genre de gros poisson que l'on ne voudrait pas croiser en se baignant. Cette étrange créature, filiforme et peu engageante, aurait été vue sur les plages d'une lagune près de Sydney en Australie, échouée sur les bords du lac Macquarie.

Selon le Daily Telegraph, un certain Ethan Tipper, un père de famille originaire de Newcastle, une ville à trois quarts d'heure de là, aurait posté cette photo sur Facebook, assorti du très légitime commentaire : "P****n, qu'est-ce que c'est que ce truc ?". Bien que l'authenticité de la photo n'ait pas été prouvée, ni même l'identité de son photographe, nous avons mené l'enquête pour savoir ce qui squatte les paisibles plages de nos amis australiens.

Cette mystérieuse créature serait un cousin éloigné de l'anguille.

Cette mystérieuse créature serait un cousin éloigné de l'anguille.

Chameleons Eye/REX/REX/SIPA

Photo:


Selon le professeur Guy Duhamel, directeur du département Milieux et Peuplements Aquatiques au Muséum national d'histoire naturelle, il s'agirait d'une "pike eel" (littéralement une "anguille-brochet") de la famille des Muraenesocidae, soit "un très gros 'Morénésoce commun' qui peut atteindre 2 mètres de long" et a l'habitude de rôder dans ces eaux-là. En clair, il s'agirait d'un énorme cousin de l'anguille. Cette hypothèse vient corroborer celle de son homologue australien, interrogé par le Daily Telegraph.

Un canular ?

 

 

Une autre analyse nous a cependant été donnée. Pour le professeur Rodolphe Gozlan, expert en biodiversité et en ichtyologie (la biologie marine) à l'Institut de recherche pour le développement, "ce poisson ne ressemble en rien à quelque chose de connu". Sa taille et sa mâchoire indiqueraient qu'il serait "un prédateur de haut rang", et sa voracité l'aurait conduit près des lieux de pêche (où par définition, il peut trouver du poisson) avant de s'échouer sur le rivage.

Ses yeux, quant à eux, seraient la preuve qu'il vit en grande profondeur. En cela, il pourrait se rapprocher de l'Aphanopus carbo, ou sabre noir, un poisson que l'on trouve entre 180 et 1700 mètres sous l'eau. "Pour autant, sa position sur la rive, l'absence de nageoire visible, sa bouche ouverte ne paraissent pas du tout naturelles", insiste le spécialiste. Peut-être que notre animal peuple tout simplement les bureaux d'ordinateurs – équipés de Photoshop, bien sûr. 

 metronews

 

Commenter cet article

Archives