Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


5 stratégies d'autodéfense face aux personnes toxiques

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Février 2016, 12:43pm

Catégories : #5-TRUCS-A-SAVOIR, #RELATIONS, #DEVELOPPEMENT

ous êtes entouré de personnes toxiques? Certains proches, amis ou collègues ont le don d’empoisonner votre vie? Voici 5 stratégies d’autodéfense.

 

5 stratégies d'autodéfense face aux personnes toxiques

En leur compagnie, vous vous sentez dévalorisé, contrôlé, déprimé, exténué, irascible ou encore sur la défensive. La solution: les rayer de votre vie. Impossible? Alors, limitez les rencontres et jetez un coup d’œil sur nos stratégies d’autodéfense pour désarçonner cinq personnalités toxiques.

Le critiqueur

Le critiqueur ne rate aucune occasion de vous juger ouvertement, de vous rabaisser ou de relever vos plus infimes imperfections. Il n’a aucun tact. C’est le genre à dire: «Tu portes une belle robe, mais tes souliers sont vraiment affreux!» Ou: «Franchement, tu aurais pu servir un vin de meilleure qualité!» Bref, il trouve constamment à redire sur ce que vous faites ou ce que vous dites. Ses commentaires vous blessent et minent peu à peu votre confiance.

Stratégie d'autodéfense

La personne qui critique sans cesse jouit d’une si faible estime d’elle-même qu’elle n’arrive pas à discerner les aspects positifs chez les autres. Au fond, elle projette ses propres faiblesses. Elle vous déprécie pour tenter de se valoriser. Sachant cela, prenez ses critiques avec un grain de sel. Dites-lui ce que vous ressentez en employant le «je». De cette façon, elle ne se sentira pas attaquée.

À la collègue qui vous critique sans cesse, déclarez calmement: «J’ai fait mon maximum. Mais, avec toi, j’ai l’impression de ne jamais être à la hauteur. Peux-tu dire clairement ce qui te dérange et ce que je pourrais changer concrètement?» Et à l’amie qui vous juge, répondez avec une pointe d’humour: «Je te remercie de ton commentaire. J’en prends bonne note pour la prochaine fois.» Ou: «Dommage, parce que moi, j’adore ces chaussures!» Par contre, sachez reconnaître les commentaires pertinents. Finalement, consolidez votre propre estime. Vous serez moins vulnérable à la critique.

 

Le compétiteur

Le compétiteur cherche toujours à gagner, à performer, à être le premier. Il saisit toutes les occasions pour se mesurer aux autres et renchérir en tout: les biens matériels, la reconnaissance des pairs et… même les maladies! Assurément, vous n’avez jamais eu aussi mal à la tête que lui!

Stratégie d'autodéfense

La personne qui renchérit sans cesse manque manifestement de confiance en elle et de capacité d’écoute. Pour elle, la seule façon de créer une relation, c’est par la compétition. Eh bien, n’entrez pas dans son jeu! Elle finira par se lasser. Au fond, plus vous vous assumerez, moins les personnalités toxiques auront du pouvoir sur vous. Alors, demandez-vous pourquoi leurs attitudes vous touchent tant. La réponse vous aidera à modifier ce qui vous atteint.

Cela dit, devant la personne compétitrice, votre meilleur atout, c’est l’humour. Demandez-lui sur un ton un peu narquois: «Est-ce que tu te sens mieux à présent que tu as gagné?» Ou dites: «C’est drôle, mais chaque fois que je fais ou que j’achète quelque chose, tu essaies d’en faire davantage. Est-ce que je me trompe?» L’humour vous aidera à désamorcer les situations les plus délicates, tout en réduisant votre pression artérielle!

 

 

La personne susceptible s’offusque de tout et de rien. Elle se sent constamment visée. Même les remarques ou les gestes les plus anodins risquent d’être mal interprétés par elle. Naturellement, elle n’a aucun sens de l’humour. Si elle se sent attaquée, elle boude, pleure ou devient agressive, c’est selon. Bref, avec elle, vous marchez continuellement sur des œufs. Éreintant!

Stratégie d’autodéfense

Pas de doute: cette personne n’a pas une bonne image d’elle-même. Mais, cela, vous n’y pouvez rien. Ne prenez donc pas la responsabilité de sa réaction. En revanche, si vous savez qu’elle risque de réagir à vos propos, prévenez, en partie, les contrecoups en lui parlant ouvertement de la situation, en clarifiant vos intentions et en la rassurant si elle émet des doutes. Exemple: «J’ai l’impression que chaque fois que j’exprime une opinion, tu te sens visée. Tu sais, quand j’ai fait une blague sur tel sujet ou que j’ai dit telle chose, ce n’était vraiment pas pour te blesser. Cela n’avait rien de négatif.» Ou encore – à la collègue de travail: «Je sais que tu risques de penser que je veux dire telle chose et de le prendre mal. Sois rassurée. Je ne suis pas en train de t’attaquer. J’apprécierais simplement que tu ajoutes telle info à ton rapport.» Une autre formule: «Écoute, j’ai quelque chose à te dire. Je crois que cela peut te rendre service, mais je ne voudrais pas que tu le prennes mal.» Rien n’y fait? Alors, tant pis! Dédramatisez sa réaction en le prenant avec un brin d’humour. La personne susceptible ne changera sans doute pas, mais vous serez libéré d’un poids. Déjà pas mal!

 

Le manipulateur

Le manipulateur utilise tous les moyens (bouderie, flatterie, rapprochements, mensonges, ruse, menaces, agressivité, etc.) pour gagner la confiance de sa victime et atteindre ses objectifs personnels, souvent aux dépens d’autrui. À ce jeu, il est d’ailleurs fort habile. Son discours du genre: «Voyons donc! Je ne comprends pas que tu puisses penser ça de moi!» vous fait constamment douter de vous-même. Vous pouvez aller jusqu’à vous sentir coupable d’avoir pu croire qu’il veuille vous embobiner. C’est tout dire!

Stratégie d’autodéfense

Le manipulateur manque tellement d’assurance que son seul moyen d’exister est de prendre le contrôle des autres pour se sentir supérieur ou arriver à ses fins. Mais ne vous laissez pas berner: un manipulateur ne s’engage jamais dans une vraie relation. Il ne pense qu’à son bien-être. Fiez-vous à votre instinct, c’est un excellent radar. Validez votre intuition en nommant clairement les choses devant une telle personne et en lui exposant son stratagème. Elle sera désarçonnée. Si elle revient à la charge, alliez humour et fermeté dans votre refus. Exemple: «Dis donc, tu es vraiment insistante ! Mais rien ne me fera changer d’idée.» Pour ce faire, développez votre capacité à vous affirmer et à dire non. La bonne nouvelle: le manipulateur s’éloigne rapidement des gens insensibles à son pouvoir et capables de lui tenir tête.

 

Le gros ego...

Il n’est pas méchant, mais Dieu qu’il bavarde ! Ses récits sont interminables. Pire, chaque fois que vous prenez la parole, il vous interrompt et ramène tout à lui. Lassant ! Vous finissez par décrocher. Le plus triste, c’est que vous avez l’impression de ne pas compter pour lui.

Stratégie d’autodéfense

En réalité, c’est pour être aimée, considérée et se sentir importante que cette personne bavarde autant. Alors, plutôt que de ronger votre frein en maugréant contre elle, dites-lui calmement ce que vous ressentez: «Je t’apprécie énormément (si c’est le cas, évidemment), mais tu parles vraiment beaucoup. Tu prends toute la place. J’ai aussi l’impression que tu ne m’écoutes pas, car tu me coupes toujours la parole. Ça m’ennuie vraiment.» Et chaque fois que ce type de personne vous interrompt, lancez: «Je suis en train de parler, est-ce que tu peux me laisser terminer?» Il s’agit d’une collègue qui intervient sans cesse pendant les réunions? Gardez votre calme. Inspirez profondément pour vous concentrer sur vous, puis expirez en pensant à cette personne toxique que vous rejetez avec l’air de vos poumons. Répétez au besoin. Une fois apaisé, il ne vous reste plus qu’à attendre la fin de son verbiage. L’avantage: vous aurez le temps de peaufiner votre propos.  

 Lebelage.ca

 

Commenter cet article

Archives