Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les ambassades à Londres se brouillent avec leur voisin millionnaire

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Janvier 2016, 17:14pm

Catégories : #NEWS, #ANGLETERRE

Les ambassades à Londres se brouillent avec leur voisin millionnaire

La bière italienne Peroni pourrait bien être rachetée par le groupe japonais Asahi. Six ambassades à Londres se liguent contre leur voisin millionnaire et ses travaux délirants.

Ça se passe en Italie : L’italienne Peroni troquera bientôt son passeport britannique pour un japonais.

3,12 milliards d’euros c’est la somme que le groupe japonais Asahi est prêt à débourser non pour un demi mais pour la totalité de la marque de bière italienne Peroni. D’après les informations publiées par le quotidien nippon Yomiuri, l’offre de 400 milliards de yens devrait être soumise ces prochains jours au britannique SABMiller. Elle concernerait également la marque hollandaise Grolsch. Une proposition bien accueillie puisqu’elle est indispensable à l’octroi du feu vert des autorités européennes de la concurrence à la fusion entre le groupe belgo-brésilien Anheuser-Busch InBev et le britannique SABMiller. Le numéro 1 du secteur a acheté l’automne dernier le numéro 2 pour 100 milliards d’euros devenant ainsi le producteur de plus de 30% des bières consommées dans le monde. Pour rassurer Bruxelles, la vente de ces deux marques premiums Grolsch et Peroni était indispensable.

La blonde italienne née en 1846 à Vigevano en Lombardie avait déjà changé de nationalité en 2003 après son rachat par SABMiller. Une opération qui lui a permis, notamment grâce à sa marque Nastro Azzuro, de renforcer sa présence à l’étranger. Sur les 4,8 millions d’hectolitres produits chaque année par le groupe Peroni (avec 70% de l’orge cultivé en Italie), 1,3 millions sont vendus hors de la péninsule. Ils pourraient bientôt l’être également bien plus dans l’Archipel.

Si l’offre d’Asahi était retenue, il s’agirait de la plus importante acquisition à l'international jamais réalisée par un brasseur japonais. La dernière en date remonte à 2009 lorsque Kirin Holdings avait racheté pour 3 milliards d’euros l’australien Lion Nathan. Asahi, dixième producteur mondial, espère ainsi s’offrir une tête de pont en Europe pour diversifier sa présence à l’international face à un marché nippon saturé et sans grande perspective de croissance. Une stratégie adoptée ces dernières années par les poids lourds du secteur agro-alimentaire japonais. Selon l’OMS, la bière est aujourd’hui le deuxième alcool le plus consommé au monde (34 % du marché), après tous les spiritueux mélangés (50 % du marché) et loin devant le vin (8 %).

Asahi trouvera sur sa route les fonds américains de capital-investissement KKR, Bain Capital et TPG qui ont fait part de leur intérêt pour les deux marques mises en vente par SABMiller ainsi que Les fonds européens PAI Partners, BC Partners, Cinven et Permira, selon des sources citées par Reuters.

Ça se passe au Royaume-Uni : à Londres, six ambassades se liguent contre leur voisin millionnaire

Pas question de supporter des années de travaux chez le voisin d’à côté ! A Londres, l’ambassade de France se bat pour faire annuler le permis de construire de son voisin, le multi-millionnaire Jon Hunt, qui a fait fortune en vendant l’agence immobilière Foxton. Nous sommes dans l’une des rues les plus huppées de la capitale britannique, Kensington Palace Gardens, à deux pas de Hyde Park et de Kensington Palace, où résident le prince William et sa famille. Jon Hunt a acheté l’une des demeures de cette avenue, l’une des plus chères du monde, en 2008, et il envisage aujourd’hui des travaux de grande envergure. De gigantesques espaces souterrains sont prévus sous la maison et son jardin pour accueillir, en particulier, ses voitures de collection.

Le voisin immédiat de cette demeure, la résidence de l’ambassade de France, ne l’entend pas de cette oreille. L’ampleur et la durée des travaux, qui s’étaleraient sur plusieurs années, nuiraient au bon fonctionnement du travail diplomatique, assure la représentation française. L’ambassade a attaqué le permis de construire devant la justice l’an dernier mais elle a été déboutée en novembre.

Elle a désormais décidé de faire appel de la décision, comme la révélé le « Financial Times » ce week-end. La France n’est plus la seule à protester. Cinq autres ambassades, qui ont leurs locaux dans la même rue, ont uni leurs forces pour tenter d’empêcher les travaux. Le Japon, le Liban, l’Inde, la Russie et l’Arabie saoudite ont adressé une lettre, avec la France, au Crown Estate, l’organisme qui gère l’empire immobilier de la reine d’Angleterre et qui est propriétaire du terrain. La lettre a également été adressée à la souveraine elle-même et au ministère des Affaires étrangères britannique. Selon le « FT », les diplomates invoquent la convention de Vienne, signée en 1961, qui garantit l’inviolabilité des ambassades.


Lesechos.fr/

Commenter cet article

Archives