Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


5 erreurs du Président Soglo contre la candidature de Zinsou

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Janvier 2016, 19:11pm

Catégories : #POLITIQUE, #AFRIQUE, #FRANCE, #NEWS

5 erreurs du Président Soglo contre la candidature de Zinsou

A l’aube de la nouvelle année 2016, l’ancien président de la République a soulevé la poussière avec la naissance d’un Front anti Zinsou. Mais, il n’est pas le seul géniteur du monstre. L’ancien médiateur de la République Albert Tévoèdjrè et consorts participaient à l’hérésie. En meneur fanatisé de mouvement, Nicéphore Dieudonné Soglo a offert sa vision politique à la grille de la lecture de la nation. On y découvre des tares que traînent le retraité politique et son cortège d’anti Zinsou forcenés.
La première erreur de Soglo et la plus naïve est de continuer à croire au soir de sa vie qu’il peut changer le cours irrémissible des choses. Un octogénaire qui vit dans l’illusion s’offre les petites portes de l’histoire. Tombé dans l’anachronisme ruineux, celui qui fut premier ministre de la transition en 1990 et premier président élu du renouveau démocratique suit sa courbe descendante. De la Marina à la mairie puis à une retraite forcée, Hercule cherche vainement à rebondir. Le chemin de la rédemption n’est pas le tuyau dégradé de l’activisme politique.
La deuxième erreur relève soit de l’hypocrisie ou d’une grave amnésie. Mais Soglo, homme de grande culture, a encore de la mémoire. La piste de l’hypocrisie est donc à privilégier. La conférence nationale des forces vives de la nation avait confié la transition au franco-béninois Nicéphore Soglo qui sera élu président de la République un an plus tard. En guerre contre la double nationalité, Soglo vote paradoxalement au consulat de France. D’ailleurs, ses deux fils, Lehady et Galiou au parfum franco-béninois, étaient tous anciens candidats à la présidentielle.
La troisième erreur est de réduire le débat politique en une campagne anti Zinsou et de considérer dans une vaine illusion la Françafrique comme l’enjeu de la présidentielle. Obsédé par le fantôme de Jacques Foccart, le président Soglo voit partout les méthodes directives et expéditives du feu « Monsieur Afrique » du gaullisme dont les réseaux avaient contribué à la déstabilisation du continent noir.
La quatrième erreur est de mettre la Renaissance du Bénin, le parti dont il est leader historique, dans l’embarras. Soglo devient un vecteur de division de la Rb. Visiblement, sa voix ne porte pas la position du bureau politique que dirige son fils Lehady. L’ancien président s’expose à la rouille du discrédit à force de jouer le soldat anti colon, sauveur artificiel de la nation. A la veille de la clôture du dépôt de dossiers de candidature, la Rb est toujours sans candidat.
La cinquième et dernière erreur est ce refus de se mettre au dessus de la mêlée. Le frondeur Soglo se noie dans une rivière partisane avec la parole anti Zinsou et un réquisitoire aveugle, trop taillé sur mesure pour entrainer l’adhésion de la majorité. Il aurait dû aller à l’école du regretté Kérékou qui, depuis son départ du pouvoir jusqu’à sa mort, fit preuve de retenue.
Soglo n’assume pas son statut d’ancien chef de l’Etat, rare privilège, qu’il gaspille en s’offrant en spectacle dans un combat irrationnel. La sagesse s’est évaporée sous l’effet d’enjambées volatiles. L’homme d’Etat de notoriété mondiale a perdu son charme. Une question fatale vient se greffer sur la grande agitation du front anti Zinsou. Le président Soglo est-il manipulé ? Avec le recul du temps, cette interrogation accouchera d’une réponse que l’histoire se chargera de porter à l’appréciation de la postérité.
La légende Soglo doit continuer à s’écrire plutôt à l’encre de la sagesse et d’une forme de neutralité qui devraient faire de cet immense homme, un arbitre respecté.
Sulpice Oscar GBAGUIDI

Commenter cet article

Archives