Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


13 perturbations du cycle du sommeil liées aux troubles bipolaires

Publié par MaRichesse.Com sur 1 Janvier 2016, 10:40am

Catégories : #SOMMEIL, #SCIENCE, #SANTE-BIEN-ETRE

13 perturbations du cycle du sommeil liées aux troubles bipolaires

Les troubles bipolaires sont caractérisés par des alternances de phases maniaques avec excitation, irritabilité, effervescence, et de phases de dépression caractérisées par une grande tristesse et une apathie. Ces troubles possèdent des causes à la fois environnementales et génétiques. Du côté des gènes, ceux contrôlant les cycles circadiens (cycles d'alternance entre veille et sommeil) pourraient être impliqués, selon une étude publiée dans la revue PNAS et menée par des chercheurs en neuroscience et en psychiatrie d'universités des Etats-Unis, de Colombie, de Grande-Bretagne, du Costa-Rica et du Guatemala.

Bipolarité et cycle circadien étroitement liés

Les chercheurs se sont intéressés aux troubles du sommeil et de l'activité circadienne car ils précèdent généralement les premières manifestations de la bipolarité. Ils se sont donc attelés à décrire les caractéristiques du sommeil et de veille de 558 participants, regroupant à la fois des personnes bipolaires et des membres de leur famille proche, non bipolaires. Leurs travaux ont permis d'identifier 13 traits génétiques liés à la qualité des cycles veille/sommeil et présents plus fréquemment chez les personnes bipolaires que chez leurs proches. Ces traits comprennent la durée de la phase de veille, celle de la phase de sommeil, l'amplitude du cycle veille/sommeil, l'intensité du pic d'activité, les variations de l'activité d'un jour à l'autre, l'activité moyenne entre minuit et six heures du matin, le délai d'endormissement ou encore le nombre de réveils pendant la phase de sommeil. Ces recherches ont permis de mettre en évidence que le sommeil était raccourci et les phases d'activité plus intenses et plus fréquentes avant et pendant les épisodes maniaques. Deuxième conclusion de ces travaux : les épisodes dépressifs s'accompagnent de nuits longues et de périodes d'activités courtes et peu intenses. Enfin, les chercheurs ont également pu identifier la position de certains gènes responsables de ces troubles du sommeil. "Ce rapport entre génome et stabilité des cycles au fil des jours nous offre l'opportunité d'identifier les séquences de gènes qui contribuent aux causes biologiques de ce désordre" soulignent les auteurs de l'étude. Une meilleure compréhension de ces facteurs génétiques permettrait de développer des traitements plus adaptés et plus efficaces.

En France, la prévalence du trouble bipolaire est estimée à 2,5 % de la population générale. Mais ce chiffre pourrait être très largement sous- évalué, selon la Haute Autorité de Santé.

Topsante:

Commenter cet article

Archives