Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Vous êtes procrastinateur ? Et si c'était un problème neurologique ?

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Décembre 2015, 02:00am

Catégories : #CERVEAU, #SCIENCE, #SANTE-BIEN-ETRE

Vous êtes procrastinateur ? Et si c'était un problème neurologique ?

Vous avez du mal à quitter le canapé ? Vous êtes toujours à la traîne. Vous manquez cruellement d'esprit d'initiative ? Bref vous êtes totalement apathique et avez énormément de mal à vous motiver en règle générale. Et bien sachez que cela pourrait être plus grave que ce que vous pensez.

Attention toutefois à ne pas confondre apathie et dépression. Les gens qui souffrent d'un manque chronique d'entrain ne sont en général pas malheureux. Tout le contraire des personnes se trouvant dans une situation psychologique délicate. Des chercheurs en neurologie à l'université d'Oxford ont ainsi voulu mettre en évidence le lien entre apathie et trouble cérébraux. Les résultats de leurs travaux ont été publiés dans la revue Practical Neurology

► Méthodologie : 40 volontaires
Pour étayer leur théorie les scientifiques britanniques ont observé 40 cobayes dont l'état de santé général était bon. Ils ont tous passé des tests psychologiques poussés et ont subi des IRM pour observer leur activité cérébrale.

 

► Ce que l'étude a démontré : une zone du cerveau plus active chez les sujets apathiques
Les observations des chercheurs ont été à l'encontre de ce qu'ils pensaient trouver. Là où ils supposaient qu'ils allaient découvrir une activité cérébrale plus faible chez les sujets qui ont tendance à procrastiner, c'est tout le contraire qui s'est déroulé sous leurs yeux. Chez ces personnes, la zone des lobes frontaux du cerveau était beaucoup plus stimulée que chez les autres.

► Ce qu'il faut en conclure : un manque de dopamine ?
Le manque d'entrain de ces sujets pourrait ainsi avoir une explication chimique. Si les lobes frontaux ne fonctionnent pas normalement cela pourrait avoir une incidence sur les niveaux de dopamine que ces personnes expérimentent. La dopamine agit comme une récompense sur notre organisme. Quand quelqu'un effectue une action que l'on pourrait qualifier de satisfaisante, le cerveau libère de la dopamine qui nous procure un sentiment de bien être immédiat, or les personnes apathiques pourraient ne pas expérimenter cette sensation, ce qui pourrait expliquer leur manque d'entrain. A plus ou moins long terme donc, il serait peut-être possible d'envisager un traitement pour ces patients. 

 Metronews

Commenter cet article

Archives