Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Un Français a trouvé la solution pour la pénurie de sang dans le monde

Publié par MaRichesse.Com sur 10 Décembre 2015, 17:00pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #SCIENCE

Un Français a trouvé la solution pour la pénurie de sang dans le monde

Franck Zal a fait une découverte révolutionnaire. Mais, en France, le temps entre la découverte fondamentale et la création d'emplois reste très long.

 

Cet homme pourrait avoir un Nobel. Mais dans le cas de Franck Zal, ce qui compte, ce ne sont pas les prix, mais les vies sauvées, et les emplois créés. En France, la conversion recherche-emploi est fragile. La grande précarité des doctorants et des post-docs en témoigne, alors que la demande de tels profils ne cesse d'augmenter dans le privé. D'aucuns prétendent assister, tout de même, à une « renaissance du docteur » en France. Mais convertir la recherche en emplois reste structurellement difficile. Franck Zal a pu en témoigner. Lui qui a eu toutes les difficultés du monde à valoriser ses remarquables travaux. Qu'importe, le voilà à la tête d'une start-up révolutionnaire, Hemarina, qui produit les meilleures solutions au monde pour oxygéner les greffons, et une solution pour résoudre la pénurie mondiale de sang à transfuser, estimée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à 100 millions de litres par an.

La découverte de Franck Zal porte sur un ver pourtant très connu des biologistes, l'arénicole, dont l'apparence est proche de celle du premier animal à avoir développé l'hémoglobine dans l'évolution. Du coup, son sang possède des propriétés très précieuses, et c'est là que se situe la géniale découverte de Zal. D'une part, l'hémoglobine d'arénicole est universellement transfusable, et, n'étant pas portée par des globules rouges, elle peut être lyophilisée ; d'autre part, elle est cinquante fois plus oxygénante que l'hémoglobine humaine. Le potentiel d'application de cette découverte est immense, et l'une d'elles consiste à oxygéner les organes à greffer. Lors d'une transplantation, en effet, le premier ennemi du chirurgien est l'hypoxie (la suffocation) du greffon ; des centaines d'organes sont ainsi perdus dans le monde entier par manque d'une hémoglobine suffisamment performante pour les préserver.

L'armée américaine fascinée par les recherches de Zal

Si Zal a eu tant de mal à traverser le Rubicon qui sépare encore le laboratoire public de la création d'emplois, l'armée américaine est déjà fascinée par ses recherches. Philosophiquement, ce cas est remarquable : quand les GI ont débarqué en Normandie, ils cherchaient désespérément un substitut d'hémoglobine humaine ; l'albumine, bien que très inefficace, était le moins mauvais des ersatz. L'ironie de cette histoire, c'est que la solution était sous leurs pieds ! Les arénicoles des plages du Débarquement détenaient le secret d'une transfusion universelle. La nature est une bibliothèque, il faut la lire au lieu de la brûler…

En France, le temps entre la découverte fondamentale et la création d'emplois reste très long. Si Hemarina prépare une levée de fonds de plus de 14 millions d'euros en 2016, je ne peux donc que lui souhaiter de viser le Nasdaq quand elle entrera en Bourse, à l'instar de Criteo. En effet, l'histoire du Français Franck Zal, dont la découverte date de vingt ans, et qui a tout de même eu besoin de l'armée américaine pour percer, me rappelle ce discours de Barack Obama : « Les idées, voilà ce qui fait tourner notre économie. C'est ça qui nous distingue. C'est ce que l'Amérique a toujours été. Nous avons toujours été une nation de rêveurs, de preneurs de risques ; des gens qui voient ce que personne ne voit, avant tous les autres. Nous faisons de l'innovation mieux que personne - et cela rend notre économie plus forte. Quand nous investissons dans les meilleures idées avant tous les autres, nos entreprises et nos travailleurs peuvent faire les meilleurs produits, et délivrer les meilleurs services avant tout le monde. » Voilà qui éclaire le différentiel de dynamisme entre la France et les États-Unis.

 

Source

Commenter cet article

Archives