Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi l'impolitesse au travail est un fléau pour l'entreprise et ses collaborateurs

Publié par MaRichesse.Com sur 25 Décembre 2015, 14:01pm

Catégories : #ENTREPRISE, #RELATIONS

Pourquoi l'impolitesse au travail est un fléau pour l'entreprise et ses collaborateurs

Beaucoup de lieux de travail disposent d'une politique interne prévoyant des sanctions -entre autres - contre le harcèlement sexuel, à juste titre.

 

Mais des problèmes moins graves peuvent causer beaucoup de dégâts s'ils demeurent sans réponse: c'est le cas de l'impolitesse quotidienne, selon l'étude menée par Trevor Foulk, étudiant en gestion à l'Université de Floride.

La grossièreté peut sembler sans importance mais ses effets finissent par handicaper productivité et performances : lorsque nous sommes confrontés à une conduite impolie, notre cerveau tente de traiter l'événement et notre attention est détournée du travail.

L'impolitesse est contagieuse

Foulk a étudié les réactions d'élèves lors d'une interaction désagréable entre un étudiant-leader et un retardataire. Puis il leur a demandé de répondre de façon neutre au courriel d'un client. Ceux qui avaient ressenti la réaction du leader comme peu aimable étaient plus enclins à répondre de la même façon. Il en a conclu que les lieux de travail où une dose même infime de grossièreté était acceptée pouvaient développer une culture de l'impolitesse.

L'impolitesse est contagieuse parce qu'elle réveille une partie du cerveau sensible à la grossièreté, qui commence à considérer tout ce qui nous entoure comme hostile. C'est pourquoi nous avons tendance à réagir en devenant nous-mêmes grossiers.

Empêcher l'impolitesse de se répandre

Combattre la grossièreté au travail est une décision institutionnelle, prévient Foulk. Des politiques similaires à celles qui régissent les autres abus doivent être adoptées, car il ne faut pas sous-estimer les effets destructeurs de ce comportement. 

 Express

Commenter cet article

Archives