Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi faut-il rester jeune toute sa vie ?

Publié par MaRichesse.Com sur 25 Décembre 2015, 17:18pm

Catégories : #VIE, #LONGÉVITÉ, #JEUNESSE, #SANTE-BIEN-ETRE

Pourquoi faut-il rester jeune toute sa vie ?
Depuis l’antiquité, la lutte contre le vieillissement a toujours été une préoccupation. De nos jours, la peur de vieillir devient presque une obsession : l’apparence physique a pris une place très importante dans notre société, et vieillir est pour certains un véritable complexe. C'est un sujet de plus en plus présent dans la société, et qui se manifeste notamment par le recours croissant aux produits cosmétiques et à la chirurgie esthétique.
Par ailleurs, le fait de vouloir repousser les limites du temps est aussi la conséquence d'une société dont l'espérance de vie augmente. En effet, le vieillissement est un phénomène dont les retentissements biologiques, psychologiques et sociaux sont étroitement liés. Les médias, l'apparition de produits "miracles", et la chirurgie esthétique ne font qu'accroître l'espoir d'une jeunesse "éternelle" ! 
 
Le vieillissement est un phénomène biologique normal et universel, prélude à la mort et laissant la place à de nouvelles générations. La science, en analysant les raisons de ce vieillissement programmé, cherche les moyens d’y remédier, et en attendant, s’attaque aux symptômes. Mais la volonté de ne pas “faire son âge” ne passe pas seulement par la science ou la médecine. Pour finir, nous essaierons de comprendre ce qui peut nous inciter à chercher à masquer l’âge de nos artères et à vouloir être touché par la même grâce que Dorian Gray... sans en payer le même prix.
 
 
 

LE VIEILLISSEMENT, C'EST QUOI ?

 

Chez l'Homme, le vieillissement est un processus complexe, lent et progressif, qui implique divers facteurs biologiques, psychologiques et sociaux.
Il se caractérise d’abord par ce qu'on remarque en premier et ce qui gène le plus: l'apparence physique.
 
Le blanchissement des cheveux provient du ralentissement, puis de l'arrêt de la synthèse du pigment qui colore les cheveux, la mélanine. La mélanine n'étant plus synthétisée au niveau de la base des cheveux, ceux ci perdent leur couleur naturelle et blanchissent. Ce phénomène s'installe vers l'âge de 40 ans et de façon progressive. Le blanchissement des cheveux est dû au vieillissement des cellules.

Le vieillissement de la peau, donc l’apparition des rides, est dû aux fibres du derme qui ne résistent plus aux mouvements des muscles du visage. Parfois, cela peut être dû aux méfaits des radicaux libres, molécules instables agissant comme la rouille sur le métal. Un radical libre est un atome ou une molécule qui a gagné ou perdu un électron. Celle ci n’aura alors de cesse de capter ou céder un électron à une autre molécule de son entourage, propageant ainsi le phénomène. Lorsqu’elle se produit dans l’organisme, cette réaction en chaîne est communément appelée stress oxydant. Au niveau de la peau, les radicaux libres s’en prennent aux membranes des cellules en dégradant le collagène, élément essentiel impliqué dans l’apparition de la ride. Le vieillissement de la peau est alors déclenché, l’épiderme n’est plus soutenu ni nourri correctement.
 
 
D’autres causes entrent en jeu, comme bien sûr les facteurs extérieurs: la pollution, une exposition non protégée au soleil, une mauvaise alimentation, les cigarettes, l’alcool, un manque de sommeil sont autant d’autres causes de l’apparition des rides. Il y a également les facteurs innés, tels que les troubles hormonaux et le vieillissement hormonal. En effet,  par exemple, la baisse de la sécrétion d’œstrogènes observée au fil du temps (et notamment à partir de la ménopause) est associée à une diminution de la production de collagène et d’élastine, substances essentielles à l’élasticité de la peau. Les rides peuvent aussi tout simplement être inscrites dans nos gènes. 
 
Au niveau de la fonction respiratoire, la compliance thoracique est fortement diminuée avec l’âge. On constate une perte de recul élastique pulmonaire et une diminution de la force des muscles respiratoires. La fonction respiratoire de repos est altérée par une augmentation du volume résiduel et une diminution de la capacité vitale. Le flux sanguin artériel pulmonaire diminue, et la pression artérielle pulmonaire augmente avec l’âge.
 
Quand au cerveau, il perd 12 % de son volume entre 20 et 85 ans, entraînant une coordination motrice affaiblie,une diminution de la mémoire, une baisse de l’impact des émotions sur la pensée, et une altération du goût et de l’odorat.
Ces symptomes sont pour partie liés à la génétique, et pour partie liée à l'histoire de vie de chacun. Le vieillissement de certaines cellules commence dès la naissance, voire in utero, comme par exemple les cellules d'embryon. Mais ce sont nos gènes qui déterminent la vitesse de la dégradation de notre organisme et la durée maximale de notre vie, évaluée à 120 ans pour l’espèce humaine. Nous ne sommes pas égaux face au vieillissement. Seules les lignées de cellules cancéreuses, dont le nombre de divisions n’est plus limité par les gènes, sont théoriquement immortelles.
 
Par convention, on parle de vieillissement à partir d'un certain âge dit « mûr », avant de différencier le 3ème âge (de 65 à 89 ans) du 4ème âge (> 90 ans).
Le vieillissement d'un organisme débute après la phase de maturité, et progresse alors de façon irréversible jusqu'à la mort. Il se caractérise le plus souvent par une dégradation des capacités générales de l'organisme : psycho-motrices, immunitaires ou reproductives

Le vieillissement au niveau des gènes:
Chacun des quatre "bras" d'un chromosome se termine par une séquence d'ADN répétée à plusieurs reprises, c'est le télomère, qui signifie en grec : partie située à l'extrémité.

Schéma d'un chromosome et ses télomères

Les télomères sont des structures qui sont produites pendant le développement embryonnaire. Elles prolongent le chromosome et le protègent des effets du temps.
Leur raccourcissement est un phénomène normal qui témoigne du vieillissement cellulaire, et plus ils sont courts, plus les cellules se rapprochent de la fin de leur vie.

Bientôt l'éternité?
Depuis quelques années, les scientifiques se passionnent pour la télomerase, qui est parfois surnommée "enzyme d'immortalité". Cette enzyme est naturellement présente dans notre organisme, et a pour rôle de réparer les télomères.

En effet, c'est en 1982 qu'Elizabeth Blackburn, Carol Greider et Jack Szostak, un groupe de chercheurs américains, ont découvert que les télomères étaient impliqués dans le processus du vieillissement et du développement des cancers, mais aussi qu'ils se trouvent presque à l'identique chez toutes les espèces. Un télomère, même transféré d'un espèce à une autre, pourrait empêcher la dégradation de l'ADN. Leurs recherches ont été récompensées par le prix Nobel de médecine 2009.

Les cellules cancéreuses tendent à devenir immortelles : malgré leur forte division cellulaire, leurs télomères restent intacts, elles semblent se servir de la télomérase pour croître de façon anarchique et incontrôlée. Par ailleurs, certaines maladies se caractérisent par un défaut de télomérase.
La télomérase protège donc les cellules du vieillissement, cependant si son activité est trop forte, cette enzyme entraîne un prolongement anormal, quasi éternel de la vie des cellules, favorisant la survenue d'un cancer. Elle offre de nombreux espoirs en matière de traitement des maladies dégénératives et en transplantation de cellules. Elle permettrait de cultiver en laboratoire des cellules "jeunes" en vue de transplantation, cette technique pourrait être intéressante pour des greffes.
 L'enzyme télomérase pourrait bien être l'enzyme de la jeunesse éternelle. 
 
Lire la suite...   

Commenter cet article

Archives