Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pour Gérard Depardieu, "les Restos du cœur sont une fumisterie"

Publié par MaRichesse.Com sur 23 Décembre 2015, 07:45am

Catégories : #NEWS, #FRANCE

Pour Gérard Depardieu, "les Restos du cœur sont une fumisterie"

"Tous ces hommes politiques sont grossiers. C'est grossier de vouloir faire le bien des autres quand on n'est pas honnête. Non, ça ne m'intéresse pas du tout", lance également Gérard Depardieu dans une interview accordée à Var Matin.

Dans un entretien accordé à Nice-Matin et Var-Matin le 20 décembre, l'acteur a une nouvelle fois prouvé qu'il n'était pas adepte de la langue de bois. Interrogé sur l'association des "Restos du cœur", qui revient sur le devant de la scène chaque hiver depuis 1985, Gérard Depardieu répond sans détour : "Moi, je déteste les Restos du cœur. Une fumisterie terrible (…) Pas Les Restos, tant mieux que ça existe. Mais on a un peu honte. Pas pour les gens qui ont faim, mais pour l'État qui devrait s'en occuper.

 

 

 

Honte pour ceux qui gouvernent".

L'acteur s'attaque également à la question de l'honnêteté de la classe politique en France : "Tous ces hommes politiques sont grossiers. C'est grossier de vouloir faire le bien des autres quand on n'est pas honnête. Non, ça ne m'intéresse pas du tout".

"Notre société est bourrée de mensonges et d'informations diluées, rediluées et re-rediluées. Une espèce de concept idiot où la vie n'a pas d'intérêt (…) Ce que je remarque aujourd'hui, c'est qu'il y a des gens qui sortent du bureau en costard-cravate et qui font les poubelles. À huit heures du soir, ils sont là, à récupérer une orange au Carrefour Market. C'est hallucinant la vie moderne (…) En fait, on est pareil que lorsqu'on sort de l'école, sauf qu'on gagne un peu plus d'argent et qu'on est mal foutu", déclare également Gérard Depardieu, dont la nouvelle biographie, "Innocent", est disponible en librairie depuis le 18 novembre.


Atlantico.fr/

Commenter cet article

Archives