Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Orne : un détenu se fait livrer un colis de Noël de 59 kilos

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Décembre 2015, 09:17am

Catégories : #INSOLITE, #JUSTICE, #FRANCE

Orne : un détenu se fait livrer un colis de Noël de 59 kilos

C'est un très beau cadeau de Noël que s'est offert un détenu du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe (Orne) : il vient de recevoir un colis de 59 kilos, principalement de la nourriture, livré en transpalette. Habituellement, juste avant les fêtes de fin d'année, chaque détenu peut recevoir un colis de Noël de sa famille. Poids autorisé : 5 kg... Cette livraison a soulevé un tollé parmi les surveillants, raconte le quotidien Ouest France

« La direction, avec probablement l'assentiment de la Direction interrégionale, a décidé d'octroyer royalement un laissez-passer pour faire entrer un colis de 59 kg, au bénéfice d'un braqueur multirécidiviste et auteur d'évasions spectaculaires », s'est offusqué le bureau national du syndicat Force ouvrière. «C'est une décision loufoque ! Inadmissible et incompréhensible !», au profit  d'«un caïd libérable en 2052», s'insurgent les responsables du syndicat FO des personnels de surveillance.

«Cet individu qui, en 2009, s'est évadé de Moulins (Allier) avec des explosifs et en prenant en otage des Personnels de surveillance mérite-t-il de telles faveurs?» s'interrogent les syndicalistes qui déroulent la biographie du détenu. «Ce dangereux criminel qui, à Fresnes (Val-de-Marne) en 2001, opérait une évasion (échouée) à l'aide d'un hélicoptère, et dont les complices, n'ont pas hésité a faire feu, sur les agents en poste au mirador.»

«Les détenus sont rois, les surveillants sont en permanence humiliés»

Le colis était si lourd qu'il a fallu un transpalette pour l'amener jusqu'à la cellule du détenu. À l’intérieur, beaucoup de nourriture «mais rien n'a été fouillé», déplore Emmanuel Baudin, secrétaire interrégional de Force ouvrière pénitentiaire. Pas plus les paquets de gâteaux que les sachets de farine. Une preuve supplémentaire, pour le syndicat, que l'administration pénitentiaire «cède sur tout».

«Les détenus sont rois, les surveillants sont en permanence humiliés. Les collègues n'en peuvent plus… Il est urgent que la Direction de l'administration pénitentiaire se positionne et applique des consignes claires, poursuit Emmanuel Baudin. Vendredi dernier, des détenus ont bloqué les ateliers de travail, réclamant une prime de Noël... Ils se sentent chez eux.»

Contactées par Ouest France, la direction du centre pénitentiaire et la Direction interrégionale n'ont pas souhaité s'exprimer sur cette affaire. 

 Leparisien

Commenter cet article

Archives